AFP

Jean Quiquampoix en argent au pistolet vitesse 25m

Quiquampoix, 20 ans et déjà en argent
Par AFP

Le 13/08/2016 à 18:09Mis à jour Le 14/08/2016 à 02:23

JO RIO 2016 - La première médaille française du jour est pour Jean Quiquampoix ! Le Parisien de 20 ans, ex-champion du monde juniors, a remporté la médaille d'argent en pistolet vitesse olympique à 25m. Le jeune Tricolore termine derrière l'Allemand Christian Reitz. Le Chinois Li Yuehong prend la médaille de bronze. C'est la 18e médaille tricolore, la 8e en argent depuis le début des Jeux.

La valeur n'attend pas le nombre des années. Citation de circonstance pour Jean Quiquampoix. Agé seulement de 20 ans, le Tricolore s'est adjugé la médaille d'argent de l'épreuve olympique de pistolet vitesse 25 m, samedi à Rio. Il s'agit de la première médaille de la France en tir aux Jeux de Rio et la première dans cette discipline où le pays n'était plus représenté depuis 1988.

Quiquampoix est devancé par l'Allemand Christian Reitz tandis que le Chinois Li Yuehong complète le podium. Troisième des qualifications, le Français, qui faisait figure de solide prétendant au podium, a tenu son statut avec un aplomb impressionnant. Le licencié du club d'Antibes s'est pourtant fait très peur en accomplissant une première série ratée en finale (2 touches sur 5). Il a dû ensuite courir après le score de ses concurrents pour effectuer une splendide remontée.

Une première médaille au tir pour la France

Il est monté en puissance, en réalisant un superbe 5/5 lors de la 5e série pour éliminer le champion olympique en titre Leuris Pupo, puis un autre sans-faute dans la foulée pour sortir le N.1 mondial Zhang Fusheng, dans un suspense haletant. Quiquampoix a aussi conservé des nerfs d'acier pour s'offrir Li Yuehong en barrages pour la médaille d'argent.

Cependant, handicapé par son retard initial, il n'a pu rattraper Reitz, le recordman du monde de la discipline, auteur d'une finale quasi-impeccable. Reitz, âgé de 29 ans, offre ainsi la cinquième médaille d'or à l'Allemagne en pistolet vitesse. Il succède notamment au palmarès à l'icône Ralf Schumann, sacré en 1992, 1996 et 2004. C'est une belle réussite pour Reitz qui visait une récompense olympique après n'avoir pris que le bronze à Pékin-2008, juste derrière Schumann en argent.

0
0