Pas de médaille pour le clan français. Malgré trois vraies chances tricolores avant le coup d’envoi du triathlon, Vincent Luis, Dorian Coninx et Louis Bergère ont tour à tour explosé, sans pouvoir s’inviter dans l’emballage final. Double champion du monde, Luis peut nourrir de vrais regrets mais sa course au pied a vite montré que ses limites étaient réelles ce lundi à Tokyo. En solitaire après un énorme coup de collier, Kristian Blummenfelt s’est couvert d’or. Alex Yee est en argent et Hayden Wilde en bronze.
Tout avait démarré de travers après un faux départ improbable dû à un bateau de l’organisation présent dans l’aire de départ. Après 1,5 km de natation, tout semblait remis à l’endroit, avec Vincent Luis pointant en tête à la sortie de la nage. Contrairement à Rio, le parcours à vélo n’aura marqué aucune vraie différence, la faute à un parcours plat qui aura permis la création d’un super groupe de 37 triathlètes. LA faute aussi à une chaleur accablante qui aura joué un vrai rôle. C’était alors écrit d’avance : tout se jouerait sur la course à pied. C’est bien ce qu’il s’est passé.
Tokyo 2020
Luis : "On a été jugé par des gens qui ne savent pas vraiment de quoi ils parlent"
02/08/2021 À 15:09

Coninx dans le coup avant de lâcher

Très rapidement, c’est la machine Alex Yee qui a pris les commandes de la course pour écrémer tout ce joli monde. Rapidement, Louis Bergère a dû se résoudre à laisser partir tous les favoris. Coninx, lui, semblait franchement dans le coup tandis que Luis montrait déjà des signes de fragilité. Ils se sont rapidement confirmés puisque le double champion du monde en titre a pioché avant le 3e kilomètre. Ils étaient alors dix encore en course pour le titre. Rapidement, ils n’étaient plus que trois.
Après 1h30 de course, Coninx a lâché sous la cadence infernale de Yee, jeune Britannique bluffant à la course. Mais, dans l’emballage final, c’est l’atypique Blummenfelt qui a su tirer les marrons du feu. Son accélération tout en puissance lui a permis de terminer en solitaire pour terminer au sommet de l’Olympe, son plus beau titre individuel jusqu’à présent. Peut-être le meilleur mais distancé par l’attaque du Norvégien, Lee est venu couper la ligne juste derrière, accompagné de Wilde. Luis, lui, termine à une 13e place frustrante, bien éloignée de ses attentes initiales. A 32 ans, le Français a peut-être dit adieu à sa plus belle chance en carrière. A moins que Paris 2024 soit une motivation suffisante pour rester dans le bain d’ici là.
Tokyo 2020
Beaugrand : "Ce n'est pas la médaille qu'on aurait voulu"
31/07/2021 À 04:29
Tokyo 2020
Luis, frustré individuellement, bronzé collectivement : "Il ne faut pas cracher dessus"
31/07/2021 À 04:04