Getty Images

Vincent Riou (PRB) a fini épuisé, physiquement et moralement

Riou a fini épuisé, physiquement et moralement

Le 17/11/2018 à 18:11Mis à jour Le 17/11/2018 à 18:13

ROUTE DU RHUM - Vincent Riou (PRB) a fondu en larmes à son arrivée à Pointe-à-Pitre, samedi. Usé par "une course contre-nature". Quatrième, loin de ses ambitions de victoire.

Vainqueur du Vendée Globe 2004/2005, de la Jacques Vabre 2013 et 2015, de la Fasnet en 2007 et 2011, Vincent Riou n'avait pourtant jamais connu une épreuve aussi dure que la Route du Rhum cette année. Samedi, au bout de lui-même, le skipper de PRB a conclu la course des Imoca à la 4e place, littéralement exténué, presque quatorzième heures après le vainqueur Paul Meilhat (SMA).

"C’est directement mes ennuis qui m’ont amené à naviguer un peu contre nature car je ne navigue pas comme ça d’habitude", a expliqué le navigateur de 46 ans, originaire de Pont-l'Abbé. "Je suis content d’être arrivé. Je suis content que le calvaire se termine car là, ça a été hyper dur… Je ne regrette rien car je suis allé au bout, je n’ai rien lâché. La dette de sommeil, c’est un accélérateur d’émotion incroyable… Quand on n’a pas dormi ou qu’on est fatigué comme ça, c’est compliqué. On peut passer du rire aux larmes en quelques secondes. Ça fait partie du jeu, on le sait."

"Moi j’ai plutôt l’habitude d’être dans la maîtrise, du sommeil et de toutes ces choses-là, a-t-il poursuivi. Là rapidement, je n’ai pas eu d’autre choix que de m’arracher pour essayer d’exister dans la course. Ce n’est pas un drame cette quatrième place même si je ne suis pas trop habitué à ça. Mais je n’étais pas venu pour ça. J’avais des prétentions je pense justifiées. J’ai choisi de me battre jusqu’au bout pour arriver ici sans regret."

0
0