Desjoyeaux s'impose, Duthil reste leader

Desjoyeaux s'impose, Duthil reste leader
Par Eurosport

Le 09/08/2007 à 11:45Mis à jour

Michel Desjoyeaux (Foncia) a franchi la ligne d'arrivée à Brest devant Frédéric Duthil (Distinxion) qui conserve la tête au général.

Exténués et heureux d’en finir avec ce sprint au couteau, les premiers concurrents sont arrivés à Brest au petit matin, terme de la deuxième étape de La Solitaire Afflelou Le Figaro. Michel Desjoyeaux remporte la mise tandis que Frédéric Duthil, beau second, conserve sa place au classement général. A la mi-temps, les écarts restent faibles entre les coureurs. Tous les espoirs sont donc permis pour la horde des poursuivants avant la troisième et avant-dernière étape de 762 milles vers La Corogne.

Ce matin à 5 heures, une enfilade de feux verts commence à percer dans l'obscurité, sous le halo lumineux du port de commerce. 19 minutes et 5 secondes plus tard, peu avant l'aube, Michel Desjoyeaux franchit la ligne d'arrivée et signe, dans la rade de Brest, sa sixième victoire d'étape depuis ses débuts dans La Solitaire en 1990. Le skipper de Foncia s'est donné jusqu'au bout pour ne pas décevoir après un départ parfait à Crosshaven et un premier pointage en tête à la bouée Radio France. Dans son sillage, Frédéric Duthil (Distinxion) n'accuse que 50 secondes de retard et reste logiquement sur le trône au classement général provisoire. Le brestois Gildas Mahé (Le Comptoir Immobilier) complète le podium à domicile après une superbe course disputée aux avant-postes. A 13h 27min 35sec, Jean Philippe Le Meitour (Construction Dorso) était le dernier concurrent à boucler son parcours.

En 1999, dernière escale de La Solitaire à Brest, 27 bateaux avaient franchi la ligne en l'espace d'une heure. Cette année, si le record n'est pas battu, il s'en approche (23 en une heure). Les sept premiers figaristes finissent en 10 petites minutes. Christophe Lebas (Lola la piscine assemblée), termine 4e grâce à son excellente stratégie après le passage du Fastnet ; Nicolas Bérenger (Koné Ascenseurs), 5e, égalise sa performance de la première étape devant l'autre brestois Gildas Morvan (Cercle Vert), qui avait pris les commandes de la flotte hier matin. Thierry Chabagny (Brossard) 7e, perd du terrain en fin de parcours et termine exténué devant un Gérald Véniard à peu près dans le même état.

"Zéro sommeil"

Car à voir les visages des marins à leur arrivée au ponton, on comprend que cette 2e étape de 344 milles, avalée par le vainqueur en 1 jour, 16 heures, 53 minutes et 05 secondes s'est transformée en concours de résistance au sommeil. Les yeux hagards et la démarche chancelante, les skippers, épuisés, ont du mal à trouver les mots… si ce n'est pour évoquer, comme un leitmotiv, l'absence de sommeil. « C'est la première fois que je passe deux nuits en mer sans dormir » avoue Michel Desjoyeaux. « Je n'ai pas du tout dormi » ; « zéro sommeil » ; « d'année en année, sur La Solitaire, je dors de moins en moins. Je me demande jusqu'où on peut aller » s'interroge Thierry Chabagny. « Je ne suis plus qu'à deux pour cent de mes capacités » confie Ronan Treussart (Groupe Céléos) qui ne sait plus très bien comment s'y prendre pour verser dans son gobelet un petit café réparateur. «Vers la fin, j'étais à quatre pattes dans mon bateau, je cherchais un bruit. Il y avait comme un bourdonnement, je le cherchais partout, mais au bout d'un moment, je me suis rendu compte qu'il était dans ma tête » raconte Gérald Véniard (Scutum), très mal parti à Crosshaven et qui a passé toute la course à cravacher pour rattraper son retard.

Le louvoyage tactique sous les côtes irlandaises et le grand run de 24 heures au portant, le tout dans un contexte de régate au contact, n'ont laissé aucun répit aux 50 skippers. Pas plus que les 55 derniers milles entre Ouessant et Brest où les conditions de navigation se sont franchement compliquées alors que les marins, à bout de fatigue, commençaient à perdre leur lucidité. « Après la Racon d'Ouessant, je me suis endormi… au sens figuré du terme. J'ai fait des conneries, j'ai changé de voiles d'avant, pas mis le spi au bon moment. Et dans le goulet c'était incertain. Il y avait des trous d'air, pas mal de courant » explique ‘Mich Desj''. C'est à ce stade de la course que Frédéric Duthil, en pleine spirale vertueuse, va réussir à doubler plusieurs concurrents. A l'inverse, Thierry Chabagny perd quelques places dans les ultimes bords.

Peu d'incidence sur le classement général

Finalement, les skippers auront puisé dans leurs dernières ressources pour quelques minutes de bonus sur un classement général plutôt ingrat. Car les écarts sont infimes : les cinq premiers tiennent en une demi-heure, les onze premiers en 1h10' et les quinze premiers en 1h30. « On connaît maintenant les forces en présence, mais tout reste à faire », résume le vainqueur du jour.

A l'issue de cette deuxième étape, le principal changement notable est l'arrivée de Nicolas Bérenger sur le podium provisoire, en 3e position à 24 minutes et 35 secondes du leader Frédéric Duthil (Distinxion). 13 minutes et 27 secondes plus loin, Michel Desjoyeaux (Foncia) gagne une place et se retrouve 2e. A l'inverse, le vainqueur 2006 Nicolas Troussel rétrograde de la 2e à la 6e place, à 51 minutes de Duthil. Gildas Mahé (Le Comptoir Immobilier) grimpe d'un échelon, de la 6e à la 5e , tandis que Thierry Chabagny (Brossard) se maintient en 4e position.

Derrière ce top 6 très régulier sur les deux étapes, Gérald Véniard, Gildas Morvan et une bonne dizaine de poursuivants, gardent leurs chances intactes dans cette édition 2007.

Le classement pourrait être totalement bouleversé à l'issue du ‘gros morceau' de cette 38e Solitaire : la prochaine et avant-dernière étape entre Brest et La Corogne (via le Fastnet) qui sera la plus longue de l'histoire avec ses 762 milles.

Les échos des pontons

Fred Duthil (Distinxion) 2e et leader au général : « Je n'ai pas dormi une seule minute. Cette arrivée prouve bien que le niveau est de plus en plus homogène. Sur des courses comme ça où il y a du vent jusqu'à fin, les écarts sont infimes. C'est ce qui fait la beauté de cette course. Mich' (Desjoyeaux), navigue vraiment bien. Il contrôle tout ce qu'il fait, a toujours un temps d'avance. C'est beau de le voir naviguer. Moi, je dois mes résultats à ma vitesse qui est très bonne. Je m'étais préparé à cette arrivée et je suis content de finir 2e c'est une super récompense. Leader général, ça ne veut rien dire, il y a une étape de 760 milles qui nous attend et c'est celle-là qui va départager tout le monde. Ce qui est encourageant c'est d'attaquer cette troisième étape en étant certain de ma vitesse… pas le plus rapide de la flotte, mais presque. »

Gildas Mahé (Le Comptoir Immobilier) 3e et 5e au général : « C'était physique avec les successions de virements de bord et les grains qu'on a eu au départ, après du portant avec le vent qui est rentré progressivement au largue serré. Il fallait bosser sur les réglages.. c'est pour ça qu'on n'a pas dormi, c'était impossible. Dès qu'on arrêtait de régler ou de barrer deux minutes on se faisait passer par les petits copains. On était obligé d'être dessus donc physiquement, c'est sur que ç'est harassant. Il y a eu du boulot tout le long. Même dans le goulet, avec des gens qui affalaient, renvoyaient les spis…

Christophe Lebas (Lola la piscine assemblée) 4e et 18e au général : « Après 44e à la première étape, 4eà la deuxième, ben c'est mieux ! C'était une belle étape… dure… je suis cuit, j'ai pas assez dormi, j'ai mal partout… Ben, ça aurait pu le faire ! Ce qui m'a permis de bien revenir est de continuer tribord un peu plus longtemps que les autres. On avait passé toute la journée dans un bazar sans nom sous l'Irlande et ça c'était vraiment le bon coup de l'étape. Après c'était une bataille de chiffonniers !»

Nicolas Bérenger, (Koné Ascenseurs), 5e et 3e au général : « Le long des côtes irlandaises, j'étais à l'envers. Je n'ai même pas profité du spectacle, car j'étais à l'envers : sur chaque choix tactique, chaque bascule, c'était faux. Et puis au Fastnet, quand j'ai vu que tout le monde empannait, je me suis dit : voilà l'opportunité, les autres font une erreur et je vais l'exploiter. Je n'ai pas empanné parce que je savais que sous le vent de l'Irlande, il n'y avait pas d'air. Les autres se sont fait prendre au piège. Après, j'ai attaqué toute la journée sous spi, j'ai mis du charbon. Un seul bateau est allé plus vite que moi, c'est Fred Duthil. On a avoiné comme des fous toute la journée… J'ai dormi une fois 12 min et une fois 5 min. C'est la première fois que je dors aussi peu en autant de temps mais on ne pouvait pas faire autrement. Physiquement, j'ai mal d'un côté car depuis hier soir on est sur le même bord et la position était assez statique… Au général, jusqu'ici tout va bien. J'ai de la ressource. Quand je suis à la rue, j'arrive à revenir et c'est encourageant. »

Thierry Chabagny (Brossard) 7e et 4e au général : « La fin de course a souri aux Gildas brestois, Mahé et Morvan qui m'a dépassé dans le goulet. C'était une super étape de glissade : toute la Mer Celtique et la Manche sur un bord sous spi à fond, forcément, c'est plaisant. Le problème, c'est que tu ne peux pas trouver de moments pour dormir, le pilote n'arrive pas à barrer correctement donc tu fais tout à la niaque et tu arrives sur les rotules, content d'arriver mais fatigué. Au finish, il y a eu une série de petites manoeuvres à faire entre Ouessant et l'arrivée, plein de changements de voiles, de petits bords à tirer. J'ai perdu des places à ce moment là mais il n'y a pas d'écarts à l'arrivée donc ça va même si j'aurais aimé être sur le podium parce que j'étais bien placé toute la manche. »

Vincent Biarnes (Côtes d'Armor), 16e et 1er bizuth : "du plaisir et beaucoup de fatigue ! Du plaisir et beaucoup de fatigue, on peut résumer cette deuxième étape comme ça ! Encore une fois ce n'était pas aussi facile que prévu avant le départ, notamment la navigation jusqu'au Fastnet, bien plus compliquée que prévue. Mais même le long bord de spi n'était pas si évident, il fallait suivre les oscillations du vent en permanence dans une mer formée. Je suis rincé, explosé !"

0
0