Getty Images

De Leon à Ngapeth, en passant par Zaytsev : un Euro en haute altitude

De Leon à Ngapeth, en passant par Zaytsev : un Euro en haute altitude
Par AFP

Le 11/09/2019 à 00:12

EURO 2019 - Du Cubain naturalisé polonais Wilfredo Leon, actuellement le meilleur joueur de la planète volley, au Français Earvin Ngapeth, amoindri par une petite blessure aux côtes, en passant par l'Italien Ivan Zaytsev, l'Euro 2019 de volley qui débute jeudi promet du spectacle en haute altitude.

Wilfredo Leon

Une détente qui peut s'approcher d'un mètre et demi, pour faire claquer ses attaques de plus de 3,70 m du sol, bien au dessus du filet (2,43 m) et du contre adverse (plus de 3 mètres) : Wilfredo Leon est un phénomène physique impressionnant, et un véritable casse-tête pour ses adversaires. Né à Santiago de Cuba fin juillet 1993, il est à 26 ans le meilleur joueur de la planète. International cubain à partir de 2007, Leon est devenu vice-champion du monde en 2010, à tout juste 17 ans.

Considéré comme le N.1 mondial, il a rejoint la meilleure équipe du monde, la Pologne, il y a seulement deux mois, quatre ans après avoir obtenu la nationalité polonaise et trois ans après son mariage avec la Polonaise Malgorzata Gronkowska. Pour ses débuts avec le Pologne en août à Gdansk, il a surclassé les Français, balayés au tournoi de qualification olympique pour Tokyo 2020.

Wilfredo Leon

Wilfredo LeonGetty Images

Earvin Ngapeth

Depuis l'éclosion de l'une des plus belles, si ce n'est la plus belle génération du volley français, au plus haut niveau à partir de 2013 et le titre de champion d'Europe en 2015, Earvin Ngapeth en est la tête d'affiche. Spectaculaire sur le terrain, ses attaques inattendues dos au filet ont régalé les fans, dont la plus connue sur balle de match en finale de l'Euro 2015 contre la Slovénie, a offert le premier titre européen aux Bleus.

Il a rejoint Kazan à l'automne 2018, atteignant la finale du Championnat de Russie, l'un des plus relevés du monde, et la finale de la Ligue des champions, remportant la demie contre Pérouse de Wilfredo Leon, au cours de laquelle il est allé sauver une balle en percutant la table de marque, geste qui lui a valu quelques points de suture.

Les supporters français à Montpellier vont toutefois devoir patienter pour le voir en action : une lésion musculaire au niveau des côtes contractée il y a trois jours le contraint au repos pour au moins les trois premiers matches de la compétition.

Earvin Ngapeth

Earvin NgapethGetty Images

Ivan Zaytsev

Les Italiens disposent dans leurs rangs d'une génération exceptionnelle, entre le Cubain naturalisé Osmany Juantorena, neveu du double champion olympique en athlétisme (400m/800m) Alberto Juantorena, ou encore le passeur de génie, Simone Giannelli. Mais la véritable star de l'équipe, c'est Ivan Zaytsev, surnommé "Le Tsar" ou "Ivan Le Terrible", attaquant-réceptionneur de Modène, l'un des quatre meilleurs clubs transalpins, avec Trentino, Civitanova et Pérouse.

A Rio en 2016, Zaytsev a décoché le service le plus rapide sous les Anneaux: 127 km/h, comme l'Allemand Gyorgy Grozer et l'Italien Cristian Savani à Londres en 2012. Et lors de la Ligue des nations 2018, Zaytsev a encore élevé le curseur, avec une mise en jeu enregistré à 134,0 km/h. Les réceptionneurs et libéro français et bulgares, qui affronteront l'Italie à Montpellier, sont prévenus.

Ivan Zaytsev

Ivan ZaytsevGetty Images

Maksim Mikhailov

Meilleur marqueur et meilleur attaquant lors du sacre russe aux Jeux de Londres en 2012, MVP de la Ligue des nations 2018 remportée par la Russie, Maksim Mikhailov, joueur ultra physique de plus de deux mètres et 100 kilos, porte à lui seul la sélection russe.

Vedette du Zenit Kazan avec Ngapeth, il compte déjà deux titres continentaux en sélection, en 2013 et 2017, et pas moins de cinq triomphes en Ligue des champions (2012, 2015, 2016, 2017, 2018).

Tsvetan Sokolov

Vainqueur de la Ligue des champions à trois reprises -deux avec Trentino (2010 et 2011) et une fois avec Civitanova (2019)- l'attaquant/réceptionneur de 29 ans a pris la place de Matey Kaziyski, parti en retraite internationale avant les JO 2012, dans le coeur des supporters bulgares.

Récompensé individuellement à plusieurs reprises en clubs (meilleur attaquant du Mondial des clubs 2017 ou de la Ligue des champions 2018), il a eu du mal à confirmer avec la sélection bulgare, avec seulement une médaille de bronze à l'Euro 2009.

0
0