Getty Images

Mondial 2018 : Les Bleus battus par les Pays-Bas

Ça se complique pour les Bleus
Par AFP

Le 16/09/2018 à 22:10Mis à jour Le 16/09/2018 à 22:40

CHAMPIONNAT DU MONDE - L'équipe de France a subi sa deuxième défaite en quatre matches en s'inclinant devant les Pays-Bas (3-2) dimanche à Ruse. Alors qu'ils menaient deux manches à rien, les Bleus n'ont pas su résister au retour des Néerlandais, désormais deuxièmes de la poule B (23-25, 19-25, 25-21, 25-23, 15-13). Ils n'ont désormais plus le droit à l'erreur.

Ce n'est vraiment pas le départ que la France espérait. Dimanche face aux Pays-Bas, les Français ont subi une nouvelle désillusion en s'inclinant devant les Pays-Bas en cinq sets (23-25, 19-25, 25-21, 25-23, 15-13). Les Bleus devraient quand même se qualifier pour le deuxième tour, mais comme les résultats du premier seront conservés, ils auront beaucoup de mal à se hisser en phase finale avec déjà deux échecs. Ils s'étaient inclinés (3-2) mercredi face au Brésil. Une victoire sur le Canada mardi dans le dernier match de poule est absolument indispensable pour conserver l'espoir.

La France a pourtant mené 2 sets à 0 avant de s'effondrer. "Je suis dégoûté, c'est très dur. On s'écroule parce que la Hollande joue bien. On était prévenu après leur énorme match contre le Brésil (remporté 3-1 par les Néerlandais). Il y a eu un petit grain qui fait changer le match et on perd un peu les pédales", a déclaré le passeur Benjamin Toniutti au micro de la chaîne L'Équipe. Le match s'est terminé par un vidéo challenge particulièrement cruel pour les Français. Après une attaque néerlandaise trop longue, l'arbitre a décidé que le ballon avait effleuré le doigt de Nicolas Le Goff.

Aziz a fait mal aux Bleus

Les Néerlandais, ancienne grande nation du volley (championne olympique en 1996) en sommeil depuis deux décennies, ne faisaient pas partie en principe des candidats au podium. Mais ils avaient réussi un premier exploit la veille en s'offrant le Brésil, médaillé d'or à Rio. Sur l'euphorie de cet exploit, les "Orange" ont mené d'entrée 10 à 3 dans le premier set, puis encore 23 à 21. Mais les Français, qui pouvaient compter sur Earvin Ngapeth, ménagé vendredi contre l'Égypte, ont renversé la situation en inscrivant les cinq derniers points.

Après le gain plus facile de la deuxième manche, les champions d'Europe 2015, accrocheurs en défense et efficaces au filet avec Thibault Rossard et Nicolas Le Goff, semblaient en route vers un succès aisé. Mais c'était sans compter sur la montée en puissance du pointu Nimir Abdel Aziz. Les Bleus n'ont jamais trouvé la solution pour arrêter ce fantastique attaquant, un ancien de Poitiers (il y jouait alors... à la passe!). Un sans-faute est désormais indispensable.

0
0