Getty Images

Championnat du monde : Une entrée en matière nette et sans bavure pour les Bleus face à la Chine

Une entrée en matière nette et sans bavure pour les Bleus
Par Eurosport

Le 12/09/2018 à 14:34Mis à jour Le 12/09/2018 à 15:07

MONDIAL 2018 - Des débuts réussis et une belle revanche. La France n'a pas manqué son premier rendez-vous du championnat du monde ce mercredi en s'imposant contre la Chine en trois sets (25-20, 25-21, 25-17) à Roussé (Bulgarie). Battus par les Chinois début juin en Ligue des nations, les Bleus n'ont cette fois laissé aucune chance à leurs adversaires. Place désormais au choc face au Brésil, jeudi.

Une entrée en lice sans accroc. Opposée à la Chine ce mercredi pour son premier match du Mondial, la France n'a pas manqué ses débuts en s'imposant facilement (25-20, 25-21, 25-17) du côté de Roussé (Bulgarie). Malgré quelques premiers échanges compliqués, les coéquipiers d'Earvin Ngapeth se sont montrés très sereins tout au long de la partie.

En moins d'1h20 de jeu, l'affaire était pliée et la revanche était prise, un peu plus de deux mois après la défaite concédée contre cette même équipe chinoise en Ligue des nations. Cap désormais sur un match dont la physionomie risque d'être bien différente. Jeudi soir (19h30), la France affronte en effet le Brésil, champion olympique en titre, dans le choc du groupe B. Une autre paire de manches.

Deux sets avec Ngapeth

Étant donné la formule du tournoi, une victoire contre les Brésiliens permettraient aux Français d'entrevoir déjà la phase finale, prévue à Turin dans deux semaines. "C'est presque déjà décisif ! A chaque fois ce sont de grands matchs contre eux", a expliqué Earvin Ngapeth au micro de la chaîne L'Equipe à l'issue de la première victoire des Bleus.

La première bonne nouvelle a justement été la présence sur le terrain, dès le début du match, de la star française, qui s'était blessée aux abdominaux pendant la préparation. L'attaquant-réceptionneur a joué presque deux sets, sans forcer. "Ce n'était pas prévu à la base, donc je suis content. J'en ai besoin car je n'ai pas beaucoup joué ces derniers temps. Je n'ai pas ressenti de douleur, c'est très positif", a-t-il dit.

"On a étouffé leur jeu"

Un peu tendus, les Français ont laissé quelques points d'avance aux Chinois en tout début de match avant de prendre l'ascendant grâce à un volley très propre. Service avec Kevin Le Roux, réception avec Jenia Grebennikov, attaque avec Stephen Boyer et Kévin Tillie, l'un des deux Français qui jouaient dans le championnat de Chine cette saison (avec Julien Lyneel) : tout a bien fonctionné pour cette entrée en matière.

Les Bleus se méfiaient pourtant des Chinois, qui les avaient battus en juin (3-2). "La Chine n'est pas une équipe faible, c'est nous qui avons bien joué. On a étouffé leur jeu", a commenté le sélectionneur Laurent Tillie.

Cette génération qui a fait de la France une puissance mondiale avec ses victoires en Ligue mondiale (2015, 2017) et à l'Euro (2015) rêve de monter pour la première fois sur le podium du championnat du monde. L'unique médaille française, en bronze, date de 2002.

(Avec AFP)

0
0