Izmir, ses plages, son soleil et désormais la victoire fondatrice de l'équipe de France face à l'Allemagne. Il est des succès plus savoureux, plus délicieux qui porte à croire qu'une force collective peut se révéler dans l'adversité. Battus logiquement par la Pologne vendredi, les volleyeurs français avaient à coeur de se relancer dans cet Euro.
Les mines enjoués, les embrassades et le sourire de Philippe Blain ne trompaient pas en ce samedi après-midi. En s'offrant en 4 sets l'Allemagne, qui avait tant martyrisé les Bleus lors de l'Euro 2007, les tricolores se sont offert un avenir. Brillant ? On ne le sait pas encore mais fondateur, ça c'est une certitude.
La puissance allemande allait pourtant prendre les Français à la gorge. Un premier set mal maitrîsé (21-25), on pouvait alors craindre de voir le collectif bleu s'étioler et partir totalement vrille. Il n'en fut rien. Au cours des trois sets suivants, les coéquipiers de Stéphane Antiga allaient faire preuve de solidité dans tous les secteurs. Antonin Rouzier, montré du doigt avant la rencontre, allait notamment signer un match énorme en attaque.
Euro 2009
Un de chute
03/09/2009 À 12:30
En prenant le meilleur sur l'un de ses concurrents directs, la France a pris un ascendant vers les demi-finales. Mais avant de s'emballer, il restera à battre la Turquie dimanche pour accéder à la 2e phase de l'échéance européenne.
LES DECLAS :
Guillaume Samica (attaquant français) : "Après la défaite contre la Pologne, ça fait du bien de gagner avec la manière, en équipe. On s'est tous arraché, on a tous produit un bon jeu et le résultat est là, face à une équipe dure à jouer qui ne nous réussit pas trop. Ca fait du bien au moral. J'ai demandé pas mal de ballons à Yannick (Bazin le passeur) dans le quatrième set. Il m'a fait confiance. On est obligé de penser aux demi-finales, même s'il ne faut pas. On a encore un match super dur à jouer demain contre les Turcs. Ca risque d'être super chaud. La deuxième poule est sûrement plus favorable mais on n'y est pas encore. L'erreur serait d'arriver trop confiant."
Romain Vadeleux (central français) : "On était un peu stressé au début. Si on avait perdu ce match, je ne sais pas comment on aurait trouvé la motivation pour demain. On a réussi à imposer notre jeu. On n'a pas de joueurs très grands de plus de deux mètres, mais on arrive à jouer avec notre potentiel technique et tactique et ça marche."
Philippe Blain (entraîneur français): "On savait que notre calendrier allait du plus dur (Pologne) au plus facile (Turquie) et que ce match-là était hyper important. Ca ne peut que donner confiance au groupe pour la suite. J'ai particulièrement apprécié la fin du match. C'est serré, on est même deux points derrière mais on ne s'affole pas. On revient les chercher avec notre contre et notre défense. Il y a eu un gros travail en défense avec Stéphane (Antiga) et Hubert (Henno) qui ont ramassé énormément de ballons. Antonin (Rouzier) a été efficace en bout de filet. Guillaume (Samica) nous a donné le dernier point sur un ballon qu'il avait demandé. Tout ça ce sont de bonnes nouvelles qu'il faut confirmer demain dans un match totalement différent face à une équipe (la Turquie) beaucoup moins physique mais plus joueuse et plus truqueuse. Il ne faut pas qu'on croie que ce sera si facile que ça."
Euro 2009
Blain: "On vise les play-offs"
03/09/2009 À 07:00
Euro 2009
Ce qu'il faut savoir
02/09/2009 À 10:00