Julien Absalon ne deviendra donc pas le premier champion français à décrocher trois titres olympiques consécutifs. Comme Tony Estanguet il y a quatre ans à Pékin, la star française du VTT a vu ses espoirs de triplé douchés très rapidement. Estanguet, lui, avait été éliminé dès les demi-finales. Absalon a vécu une désillusion d'une ampleur comparable en quittant la course sur abandon avant même le tiers du parcours. Nettement distancé, le Vosgien naviguait à plus d'une minute trente de la tête de course, aux alentours de la 25e place, à l'issue du deuxième tour. Sa course, celle qui devait le mener au podium, était dès lors terminée. Absalon a préféré jeter l'éponge.

Après un bon départ, tout est allé de travers pour le double tenant du titre. Il a d'abord été victime d'une chute. "J'étais un peu dans le trafic, mais c'était sans gravité. Ca aurait pu m'être préjudiciable mais ce n'était pas très grave", a-t-il souligné sur France Télévisions. Néanmoins, ça n'annonçait rien de bon. Quelques instants plus tard, Julien Absalon a surtout été victime d'une crevaison au pire endroit. "Dans le Rocky Garden, j'ai senti que je n'avais pas assez de pression. J'avais sans doute crevé avant, je me demande même si je ne suis pas parti avec une crevaison lente, s'interroge le Français. J'ai dû faire toute la longue montée comme ça et prendre des risques derrière dans la descente."

Jeux Olympiques
Abandon de Julien Absalon, double champion olympique en titre
12/08/2012 À 12:59

"Le pire scenario possible"

Un coup du sort fatal, qui a ruiné pour de bon les chances de victoire du double médaillé d'or. "Quand j'ai changé ma roue, poursuit-il, j'étais au-delà de la 30e place, à 50 secondes. Je n'avais plus aucune chance de revenir, même pour le podium." Touché moralement, Absalon a le sentiment d'avoir dû rendre les armes sans avoir pu combattre. "C'est vraiment le pire scenario possible. J'avais tout imaginé mais pas ça, a-t-il confié, amer. Je voulais terminer sans avoir de regrets, malheureusement... J'aurais préféré avoir un jour sans qu'un ennui mécanique. Il n'y a rien de pire. Quatre années pour ça, c'est vraiment frustrant. Ca fait partie de mon sport, je le savais, mais aux Jeux Olympiques, c'est dur. J'ai crevé au moment où j'étais en train de me replacer. J'étais 6 ou 7e et j'attendais justement la longue montée pour revenir."

C'est d'autant plus dur à admettre pour Julien Absalon que ce parcours lui convenait. Au printemps, il s'y était imposé avec autorité, affirmant ses prétentions à quelques mois des Jeux. Il n'aura même pas eu le temps de rêver dimanche. "J'ai dû faire une centaine de tours ici en compétition ou à l'entrainement sans jamais connaitre le moindre souci et le jour de la course, je crève dès le premier tour", regrette-t-il. Ce n'était pas son jour. Ce n'étaient pas ses Jeux. Sans sa figure emblématique, l'équipe de France s'est retrouvée démunie. jean-Christophe Péraud n'a jamais été dans le coup. Seul Sébastien Tempier a tenté de se mêler à la lutte pour le podium. Longtemps installé à la 6e place, il n'a pu tenir la distance et a finalement terminé au 11e rang. Le titre est revu au Tchèque Jaroslav Kulhavy, qui a devancé d'un cheveu le Suisse Nino Schurter pour l'or. L'Italien Marco Aurelio Fontana a pris le bronze.

LES JEUX OLYMPIQUES SONT A SUIVRE EN DIRECT SUR EUROSPORT ET EUROSPORT PLAYER

Jeux Olympiques
Bresset, jeunesse en or
11/08/2012 À 13:13
Jeux Olympiques
Julie Bresset sacrée championne olympique, la 10e médaille d'or pour la France
11/08/2012 À 12:56