Loeb en route vers le titre

Loeb en route vers le titre
Par AFP

Le 22/08/2004 à 19:15Mis à jour

Vainqueur de la moitié des rallyes WRC cette saison, Sébastien Loeb (Citroën) a maintenant de quoi voir venir au championnat. Sans compter qu'il sera encore sur son terrain d'excellente sur l'asphalte française et espagnole.

Victorieux à Trèves devant François Duval (Ford Focus), Carlos Sainz (Citroën Xsara) et Markko Märtin (Ford Focus), Loeb compte désormais 29 points d'avance sur l'Estonien, son rival le plus proche, à six épreuves du terme de la saison, le 14 novembre à Perth en Australie.

Solidité

Là où ses rivaux tombent un à un, victimes d'erreurs, Loeb affiche une solidité à toute épreuve, aidé par une Xsara à la fiabilité diabolique. Une seule panne (moteur) au Mexique, le seul abandon de l'Alsacien. Nul mieux que lui sait éviter les pièges. Comme ceux tendus par l'apocalypse noyant le camp militaire de Baumholder samedi, transformant les routes en torrents d'eau et de boue. Avec pour ultimes obstacles, des blocs de béton bordant l'asphalte.

Seul François Duval était à même de rivaliser, de menacer le Français. "Le temps, les routes, tout me rappelle la Belgique", confiait le Belge. Un problème de transmission vendredi empêcha la bagarre que Loeb attendait. "Je préfère la lutte plutôt que de devoir gérer une avance", reconnaissait Loeb au soir de la première journée.

"On nous attendait"

Duval se contentait de la deuxième place arrachée à l'autre Xsara de l'Espagnol Sarlos Sainz. "Pour le reprendre, il aurait fallu que Seb commette une erreur. Mais il n'en fait pas", constatait Duval.

Dimanche, le parc d'assistance de Bostalsee était pris d'assaut par une foule compacte de supporteurs venue célébrer le triomphe annoncé de leur champion. Bousculades, embrassades, félicitations, caméras et micros tendus vers lui, Loeb faisait face, avec calme.

"Il était important de ne pas lâcher sur l'asphalte où on nous attendait, commentait-il. Je suis d'autant plus heureux que cette troisième victoire a été acquise dans les conditions les plus difficiles que nous ayons connues."

0
0