Grönholm : "Résister, puis gagner..."

Grönholm : "Résister, puis gagner..."
Par Peugeot Sport

Le 05/08/2005 à 10:00Mis à jour

Marcus Grönholm revient ce week-end sur sa terre finlandaise pour renouer avec une victoire qui le fuit depuis 2004. Même si Sébastien Loeb (Citroën) reste sur six succès de suite sur la terre, le double champion du monde de Peugeot peut être considéré co

Pensez-vous qu'avec un peu plus de réussite, il était possible de gagner en Argentine ?

Vous avez surtout brillé dans les spéciales du samedi matin, très ressemblantes à celles de Finlande...

M.G. : Notre 307WRC est effectivement très efficace dans ces épreuves larges, rapides et roulantes, avec notamment une très bonne motricité : c'est bien entendu encourageant pour la Finlande. Hormis des amortisseurs adaptés aux fameux sauts qu'on trouve là-bas et nulle part ailleurs, la définition technique de nos voitures sera très proche de celle que nous utilisions en Argentine, aussi, il est raisonnable de penser que y nous serons compétitifs.

Vos pneumatiques ont apparemment donné satisfaction en Argentine, de quoi être optimiste pour la manche à venir ?

Vous évoluerez à nouveau sur votre terrain de prédilection, celui où vous vous êtes imposé l'an passé...

M.G. : C'est vrai, mais notre adversaire principal semble tellement irrésistible cette saison qu'il paraît même capable de nous battre à domicile. C'est, malgré tout, le rallye qui est le moins évident pour lui : à nous d'en profiter. Chaque année, au départ de « Mon » rallye, je me sens naturellement irrésistible, mais cette fois, j'ai le sentiment qu'il faudra vraiment être très fort et très concentré pour s'imposer.

Si vos propos semblent quelque peu désabusés ces derniers temps, il semble que votre motivation n'ait pas pris une ride...

Sebastian Lindholm, votre cousin, sera également au départ en Finlande...

M.G. : Pour moi, il pourrait être un adversaire redoutable ! Sebastian connaît parfaitement le terrain. Il a prouvé l'an passé qu'il était très rapide et motivé comme un jeune loup. Il a d'ailleurs été victime d'un excès d'enthousiasme : c'est tellement grisant d'aller vite sur nos routes, tellement motivant pour tous les Finlandais de briller sur leur terrain, que ce type d'erreur est toujours possible. Cette année, il sera plus important que jamais, pour nous tous, de rester du bon côté de la limite.

Une longue période sans victoire peut-elle arriver à vous faire douter de votre propre potentiel ?

M.G. : Chaque pilote de rallye est persuadé d'être le meilleur, et c'est mon cas, quel que soit le contexte. Il faut reconnaître que cette année, la compétition est très serrée. Battre Petter Solberg est déjà une belle preuve de compétitivité, mais Sébastien Loeb est vraiment un adversaire redoutable car son équipe est très forte et il a tous les atouts en mains pour exploiter au mieux son immense talent naturel. J'étais dans cette situation avec la 206 WRC il y a quelques années. Si je retrouvais la même osmose qu'à cette époque, nous pourrions encore être les meilleurs. Hélas, on sent confusément qu'il nous manque à chaque fois un tout petit quelque chose, ce bonus apparemment insignifiant mais qui fait la différence. Ce même tout petit quelque chose qui s'avère bien difficile à trouver, toute l'équipe le recherche activement. Personne ne baisse les bras et surtout pas Marcus Grönholm.

0
0