Grönholm : "Un podium ou... la victoire"

Grönholm : "Un podium ou... la victoire"
Par Eurosport

Le 21/01/2004 à 18:00Mis à jour

2004 est la saison de la reconquête pour Marcus Grönholm, champion du monde en 2000 et 2002. Le Finlandais de Peugeot nous a répondu avant le Monte Carlo, qui lance la saison ce week-end. Pour cette épreuve qu'il n'a jamais remportée, il sera pour la prem

Pour la première fois depuis trois ans, Peugeot ne débute pas une saison en tant que champion du monde. Qu'est-ce que cela vous fait de l'aborder en challenger ?

WRC 2004 : Provera (Peugeot) et la stratégie

Quelles sont vos impressions sur la 307 WRC ?

M.G. : Je suis très content. Il y a encore du travail à faire dessus mais ce sera après le Monte Carlo. Mais ça se présente bien.

Quelles sont les principales différence entre la 307 WRC et la 206 WRC ?

M.G. : Je n'ai pas fait beaucoup de tests avec la 307 sur la terre, mais sur l'asphalte elle est très bien, très facile à piloter et très stable. C'est une voiture complètement différente de la 206. Celle-ci est plus longue et plus volumineuse et rien n'a été transposé. Mais la chose la plus importante est que le moteur est bon. Il délivre beaucoup de couple, ce qui est très utile.

Quel résultat espérez-vous au Monte Carlo ?

M.G. : Si nous pouvons finir dans les trois premiers, je serais heureux. Mais si il y a une chance de gagner alors je ferais ce qu'il faut pour. Peut-être est-ce trop tôt pour la voiture. Mais c'est certain, un podium est possible.

Pouvez-vous nous expliquer pourquoi le Monte Carlo est un rallye si spécial ?

En considérant le parcours et les spéciales que vous ne connaissez pas, quel sera le jour le plus difficile des trois ?

M.G. : Probablement le deuxième. Il pourrait y avoir de la neige sur certaines parties et de l'asphalte sec sur d'autres. Le choix de pneus sera donc délicat. Le premier jour pourrait être uniquement en pneus neige. On verra.

La régularité était votre point fort lors des années de titres (2000, 02). C'est ce qu'il vous a manqué l'an dernier ?

Vous considérez-vous comme un candidat au titre ?

M.G. : Je ne pense pas être favori mais je l'un de ceux qui peuvent remporter le titre si tout se déroule bien.

Comment jugez-vous les nouvelles règles édictées par la FIA ?

M.G. : Je ne suis pas heureux de la façon dont la FIA change les règles presque tous les jours. J'ai décidé de ne pas y penser et d'essayer de faire mon travail de pilote.

Et le concept "Mille Pistes", inauguré au Rallye du Mexico, avec les reconnaissances le matin et la compétition l'après-midi ?

M.G. : Ce n'est pas une bonne idée, et ce devrait être supprimé des rallies car ça ne fonctionne tout simplement pas !

Le championnat a perdu deux de ses plus grandes stars, avec Colin McRae et Richard Burns. Quel est votre sentiment ?

M.G. : C'est dommage car l'année dernière il y avait beaucoup de top drivers et cette année il y en a moins. C'est vraiment dommage car nous n'avons pas énormément de pilotes d'usine (ndlr : dix), et avec seulement deux voitures par équipes, nous n'avons pas un gros plateau. Bon d'accord ça coûte cher d'engager trois voitures, mais pour les spectateurs et le show c'est mieux d'avoir plein de voitures.

McRae a adoré faire le Dakar. C'est quelque chose qui vous tenterait ?

M.G. : Pour le moment, non. C'est un peu trop dangereux. On verra quand j'arrêterai le WRC. Je ne pense pas au Dakar pour l'instant.

Vous avez en Freddy Loix un nouvel équipier. Le courant passe bien ?

WRC 2004 : Loix et le temps de la victoire

Votre contrat s'achève à la fin de cette saison. Etes-vous prêt à remettre ça ?

M.G. : Oui. Je discute avec Peugeot et nous sommes proches de signer un nouvel accord pour deux saisons supplémentaires.

0
0