Etape 1 : déclarations

Etape 1 : déclarations
Par Eurosport

Le 23/10/2010 à 05:14Mis à jour Le 23/10/2010 à 11:41

Voici ce qu'ont déclaré les protagonistes à l'occasion de l'Etape 1 du Rallye d'Espagne, vendredi.

Sébastien Loeb (Citroën WRT, leader en 1h 25 min 26.8 sec) : "La spéciale (ES1) était noyée dans le brouillard et les chemins de terre avaient été mouillés par l’humidité ambiante. C’était une bonne surprise, car notre handicap s’est presque transformé en avantage ! Contrairement aux précédents rallyes, où je devais être à l’arrivée pour marquer des points dans l’optique du championnat, je ne me suis pas posé de questions. J’ai attaqué en étant totalement libéré et je pense que cela a fait la différence dans ces conditions de visibilité réduite (…) Le bilan de la journée est très positif, car nous pensions concéder beaucoup de temps sur la terre. Les écarts se sont resserrés au cours de l’après-midi, mais nous avons réussi à conserver la tête. Nous allons pouvoir aborder la seconde étape sereinement. Sur l’asphalte, les conditions de route sont quasiment similaires pour les trois ou quatre premiers, mais c’est quand même un peu mieux d’être premier ! Malgré le manque d’enjeu de ce rallye, je suis bien décidé à jouer la victoire. C’est finalement plus facile de piloter sans se dire que la moindre erreur peut avoir des conséquences fâcheuses pour le championnat !"

Dani Sordo (Citroën WRT, 6e à 54.7 sec) : "Je ne sais pas vraiment dire ce qui n’a pas fonctionné aujourd’hui, en tous cas ça ne s’est pas passé comme je l’avais rêvé ! Je ne me sentais pas bien au volant, ma C4 se dérobait sans cesse de l’arrière. De toute façon, les mécaniciens changent quasiment tout sur la voiture ce soir. Nous verrons samedi, j’espère au moins revenir sur Mikko Hirvonen."

Sébastien Ogier (Citroën Junior, 2e à 3.8 sec) : "Les routes étaient glissantes avec l'humidité matinale et il y avait un brouillard épais dans certaines portions (ES1). J'ai essayé de bien rouler mais je me suis fait quelques frayeurs… Nous ne pensions pas être si bien placés après les premières spéciales. Notre ordre de départ n'était théoriquement pas avantageux, mais les écarts n'étaient finalement pas très importants. Nous avons fait du très bon travail avec le Citroën Junior Team. Le très léger survirage constaté ce matin a été parfaitement corrigé à l'assistance. Nous étions plus à l'aise avec davantage de grip. Ma C4 WRC était parfaite durant cette seconde boucle. Nous allons essayer de nous accrocher à Seb sur asphalte. L'objectif est de rester au contact. Nous avons bien peaufiné nos notes durant les reconnaissances. J'espère que cela paiera samedi."

Benoît Nogier (Citroën Junior, tam manager) : "Nous pensions vraiment subir le balayage. Il fût moins pénalisant que nous l'imaginions après les reconnaissances, à tel point que Sébastien est non seulement deuxième, mais à seulement trois secondes de Loeb. C'est très encourageant pour la suite. L'équipe a fait un très bon travail qui a payé durant la boucle de l'après-midi. Désormais, l'objectif est de conserver cette deuxième position jusqu'à l'arrivée avec toujours la deuxième place du championnat en ligne de mire."

Jari-Matti Latvala (Ford WRT, 3e à 19.9 sec) : "Ce matin, il y avait beaucoup de terre ramenée sur les portions d'asphalte par les voitures qui nous précédaient. Cela m'a surpris et gêné dans mon pilotage. Les réglages de la voiture étaient parfaits. Le brouillard a ajouté de la difficulté à une matinée qui n'était pas simple. L'après-midi s'est mieux déroulée mais j'ai surchauffé mes pneus dans la longue spéciale, ce qui m'a fait perdre du temps dans l'épreuve suivante également. Dans l'ultime chrono, j'ai heurté une grosse pierre avec la roue avant-droite et un bruit venant de l'avant de la voiture m'a fait craindre une crevaison. J'ai donc ralenti dans la portion asphalte. C'est dommage car cela m'a fait perdre du temps. Je voulais finir mieux placé au classement."

Mikko Hirvonen (Ford WRT, 5e à 42.4 sec) : "J'ai failli sortir de la route, seulement un kilomètre après le départ de la première spéciale et cela a cassé mon rythme jusqu'à la fin de l'épreuve. Mon pilotage n'était pas aussi propre que je l'aurais voulu. J'ai surchauffé mes freins dans la longue spéciale cet après-midi. C'est la première fois que cela m'arrive en quatre ans ! Je connais bien le parcours de demain sur lequel je cours depuis 2005. J'espère que je pourrai mettre cette expérience à profit".

0
0