Ils ne sont plus que deux

Ils ne sont plus que deux
Par AFP

Le 22/10/2010 à 18:39Mis à jour Le 23/10/2010 à 11:46

Sébastien Loeb (Citroën WRT) a pris les commandes du Rallye d'Espagne. Le Français, septuple champion du monde, poursuivi par Sébastien Ogier (Citroën Junior) à 3.8 sec.

Le roi Sébastien Loeb (Citroën WRT), septuple champion du monde, a pris les commandes du Rallye d'Espagne, avant-dernière manche du championnat 2010. Les deux premières boucles de trois spéciales, toutes disputées sur terre sauf quelques courtes portions de bitume, ont permis au Français, déjà assuré du titre depuis sa victoire en Alsace au début du mois, de signer la moitié des temps scratch (ES1, ES3, ES6). En prime, il a réussi à préserver quatre secondes d'avance sur son compatriote Sébastien Ogier (Citroën Junior), dans sa C4 du Junior Team, et vingt secondes sur le Finlandais Jari-Matti Latvala (Ford WRT), dans sa Ford Focus officielle.

Loeb a profité le matin du brouillard et de l'humidité pour faire de bons chronos malgré le handicap de passer le premier, et donc de balayer la piste. Il a vu revenir Ogier à trois secondes après l'ES4, le soleil étant revenu et la poussière aussi, mais a fait ce qu'il fallait pour qu'il ne se rapproche pas plus. Toujours aussi jeune, le Norvégien Petter Solberg (Citroën Solberg), champion du monde en 2003, a signé deux temps scratch dans la même spéciale, celle de Ribera d'Ebre (ES2 et ES5, 15 km), un par boucle, au volant de sa C4 privée, et occupait vendredi soir la 4e place, à moins de trois secondes de Latvala.

Sordo décevant

La bonne surprise pour Ford est venue de Latvala, très efficace sur la terre catalane, alors que Mikko Hirvonen, l'autre pilote Ford, est resté en retrait (5e à 42 secondes), comme souvent cette saison, mais pas autant que Dani Sordo (Citroën WRT), 6e à 54 secondes. L'Espagnol a été la grosse déception du jour, surtout pour tous ses fans qui l'imaginaient remporter ici sa première victoire en WRC car libéré de toute consigne de course, le titre mondial de Citroën étant lui aussi assuré. Vendredi soir, l'assistance était rallongée d'une demi-heure (75 minutes au lieu de 45) pour reconfigurer toutes les voitures en suspensions asphalte, en prévision des deux autres journées de course.

Samedi et dimanche, les dix autres spéciales seront exclusivement courues sur bitume, la surface préférée de Loeb, soit plus de 200 km chronométrés qui devraient lui permettre de continuer à fêter, en tête du rallye, son 7e titre mondial. Sauf incident improbable, les seuls véritables enjeux seront la lutte pour la 2e place, du rallye et du championnat du monde, entre Ogier et Latvala, la conquête éventuelle d'un 7e podium de la saison pour Solberg, dans sa C4 bariolée, ou une remontée spectaculaire de Sordo. Le Rallye d'Espagne cette année, c'est un peu comme une auberge espagnole.

0
0