Le Belge Thierry Neuville (Hyundai), leader depuis la première spéciale du matin, disposait de 21"5 d'avance en tête du Rallye de Catalogne, 13e et avant-dernière manche du Championnat du monde des rallyes (WRC), samedi soir. Son rival estonien Ott Tänak (Toyota), qui a une chance de décrocher son premier titre mondial ce week-end, était 3e à 24"6 de Neuville et 3"1 de la 2e place occupée par l'Espagnol Dani Sordo (Hyundai).
Le Français Sébastien Ogier (Citroën) demeurait, lui, 8e à 4'09"9 du Belge et à 2'45"4 de la 7e place. Seule une mésaventure d'un adversaire pourrait lui permettre de remonter au classement lors des quatre dernières spéciales dimanche, dont la Power Stage (ES17) qui attribue des points bonus au Championnat. Le second Français Sébastien Loeb (Hyundai), tenant de l'épreuve et leader vendredi soir, était 4e à 25"2 de Neuville, et donc à seulement 0"6 de Tänak.
Rallye d'Espagne
Tänak, pointe de vitesse et accidents de parcours
27/10/2019 À 13:41
Pour être sacré dès ce week-end, l'Estonien doit marquer deux points de plus qu'Ogier, sextuple tenant du titre, tout en ne laissant pas le Belge lui reprendre plus de onze unités.
Neuville compte 21"5 d'avance sur son équipier Dani Sordo. Dimanche, l'Espagnol aura encore pour mission de contenir Tänak, donc remonté trois secondes seulement derrière lui en enchaînant les meilleurs temps en spéciales samedi (ES9, ES10, ES11, ES12).
Reste à voir si le pilote Toyota jouera l'attaque ou la prudence, sachant qu'il conserve toutes ses chances d'être sacré lors de l'ultime rallye et qu'il joue également, avec son équipe, le titre constructeurs."Il reste quatre spéciales assez compliquées, on verra ce qu'on peut faire. Nous voulons prendre le maximum de points et limiter autant que possible les chances des autres en Australie", se contente de lâcher l'Estonien.

"Pas la fin du monde" pour Ogier

"Nous ne savons pas ce qu'il peut se passer et il faut attendre, exhorte pour sa part Neuville. Je vais essayer de terminer le travail et gérer mon avance (...) Mais si Tänak aussi fait le job, nous ne pouvons pas l'en empêcher."
Outre la lutte pour les deuxième et troisième places du rallye -- que peut viser aussi Sébastien Loeb, l'équipier français de Neuville, pointé à 0"6 seulement de Tänak --, les points bonus au championnat de la Power Stage (ES17) vaudront cher.
Ogier a quant à lui perdu beaucoup de temps vendredi à cause d'un problème hydraulique. Quelle que soit la répartition des points dans la Power Stage, ce ne serait pas suffisant pour rester dans la course au titre. Le pilote Citroën ne peut désormais compter que sur une mésaventure de ses rivaux.
"Je ne le souhaite à personne et je pense qu'Ott mérite (le titre)", répond le Français. Ne pas être champion pour la première fois depuis 2013 "ne serait pas la fin du monde", assure-t-il. "Quoi qu'il arrive, je suis six fois champion. C'est la vie et il y a des choses plus importantes."
Reste également le titre constructeurs à attribuer, mais il est peu probable que celui-ci se joue dimanche : il faudrait en effet que Hyundai porte son avance sur Toyota de huit à 44 longueurs, ce qui à l'heure actuelle est loin d'être le cas.
Mais avec ses trois voitures dans le top 4 et seulement deux "Toy" dans les points après l'accident du Britannique Kris Meeke dans l'ES8 (celle du Finlandais Jari-Matti Latvala est cinquième), la marque coréenne a l'opportunité de creuser un bel écart.
Rallye d'Espagne
Une page tricolore se tourne : le palmarès depuis 2003
27/10/2019 À 14:14
Rallye d'Espagne
Fin de l'hégémonie française : Tänak est champion du monde
27/10/2019 À 12:18