C'est le retour d'un temps que les moins de 15 ans n'ont pas connu. Celui où le champion du monde des Rallyes n'est pas Français et ne s'appelle pas Sébastien. Après les neuf titres de Loeb, entre 2004 et 2012, et les six sacres d'Ogier entre 2013 et 2018, Ott Tänak (Toyota) a mis fin à l'hégémonie tricolore. Le pilote de 32 ans s'est contenté d'une deuxième place en Catalogne, suffisante pour décrocher la timbale au bout d'une saison qu'il aura globalement dominée, avec six victoires au total.
Avec une manche encore à disputer en Australie du 14 au 17 novembre et trente points à prendre au maximum, Tänak ne peut plus être rejoint au classement des pilotes. Sa deuxième place dimanche et sa victoire dans la Power Stage (ES17) le placent en effet 36 longueurs devant le Belge Thierry Neuville (Hyundai), gagnant de l'épreuve et 3e de la Power Stage, et 46 devant Ogier (Citroën), 8e du rallye et 5e de la Power Stage.
Rallye d'Espagne
Tänak, pointe de vitesse et accidents de parcours
27/10/2019 À 13:41

"C'était l'objectif de ma vie"

"C'est un bon sentiment ! Il est difficile de dire exactement ce que je ressens. La pression que j'avais était inimaginable. C'était l'objectif de ma vie !", s'est réjoui l'Estonien. La bataille pour les deuxième et troisième places du championnat, en revanche, se poursuivra entre le Belge et le Français en Australie. Grâce au succès de Neuville et à la 3e place de l'Espagnol Dani Sordo, Hyundai accroît son avance sur Toyota au classement des constructeurs de huit à 18 unités avant l'ultime rallye de la saison. A noter également la 4e position de Loeb, qui était le tenant de l'épreuve.

Ott Tanak (Toyota) lors du Rallye de Sardaigne 2019

Crédit: Getty Images

Rallye d'Espagne
Une page tricolore se tourne : le palmarès depuis 2003
27/10/2019 À 14:14
Rallye d'Espagne
Neuville en tête, Tänak proche du sacre, Ogier décroché et résigné
26/10/2019 À 17:35