AFP

Loeb sans calcul

Loeb sans calcul
Par Eurosport

Le 06/05/2011 à 17:52Mis à jour Le 07/05/2011 à 10:49

Sébastien Loeb (Citroën WRT) a conclu vendredi en tête la première étape du Rallye d'Italie, 5e manche du Mondial 2011. Malgré sa position d'ouvreur, le Français a signé quatre temps scratches. Il possède 33.2 secondes d'avance sur Petter Solberg (Citroën Solberg) au classement général.

Qui a dit que la position d'ouvreur était handicapante ? Pas Sébastien Loeb (Citroën WRT) en tout cas. Premier sur les routes sardes, vendredi, le Français n'a pas souffert outre-mesure du balayage propre au rallye terre. En signant quatre scratches, il a même creusé un écart conséquent sur ses adversaires. 33,2 secondes sur Petter Solberg (Citroën Solberg) et 53,1 secondes sur Mikko Hirvonen (Ford WRT). Samedi, il sera toutefois contraint d'ouvrir la route une nouvelle fois. Mais au regard de sa performance du jour et du matelas qu'il s'est construit, l'Alsacien peut envisager la suite de manière positive même si lui en doute. "Ce sera difficile de conserver la tête", a-t-il jugé.

Pour venir lui barrer la route d'un succès en Italie, Petter Solberg a le profil idéal. En manque de victoire depuis 2005, le Norvégien a une stratégie claire : à fond tout le temps. Avec seulement une trentaine de secondes de retard sur le Français et une position plus avantageuse, il peut espérer revenir. "Je suis heureux de ma position, a-t-il déclaré. Je n'aurai jamais pensé me retrouver à cette place." Sans la stratégie de Sébastien Ogier (Citroën WRT) qui a choisi de freiner délibérément en fin de journée, le Norvégien ne serait en effet pas à cette position.

Ogier : "Je ne vais pas me battre pour la victoire"

Ford WRT

Le pilote Ford a longtemps été au coude à coude avec Loeb avant de lâcher prise dans l'ES7 à cause d'une crevaison. Son équipier Jari-Matti Latvala (Ford WRT) n'a quant à lui même pas eu la chance d'aller aussi loin. Il est parti en tonneau dans l'ES1, puis a été contraint à l'abandon dans l'ES2 à cause d'un problème de suspension consécutif à sa sortie de route.

La première étape du Rallye d'Italie a été marquée par le retour de Mini en Championnat du monde. Au volant de la John Cooper Works WRC numéro 52, Kris Meeke a réussi un début de parcours remarqué. Profitant de sa position sur la route, il a signé le 7e temps de l'ES1 puis le 3e chrono de l'ES2. Mais son accélérateur lui a donné des soucis dans la suivante et il a dû s'arrêter dans l'ES3. Seul en lice après le retrait du Nord-Irlandais, son équipier Dani Sordo a préféré assurer pour conclure l'étape 1 sur une 6e place. "Je suis très heureux des performances de la voiture, a-t-il déclaré. J'attaque de plus en plus, je glisse davantage et je suis plus aggressif." Samedi, l'Espagnol, ainsi que Meeke qui repartira en SupeRallye, auront l'occasion de poursuivre leur prise en main de la John Cooper Works WRC tout au long des six spéciales au programme de l'étape 2.

0
0