From Official Website

Loeb ne calcule pas

Loeb ne calcule pas
Par AFP

Le 30/05/2008 à 18:45Mis à jour

Sébastien Loeb (Citroën WRT) a passé sa journée à balayer les routes grecques, vendredi. Pendant que les Ford officielles galéraient.

Sébastien Loeb (Citroën C4) a bien profité de la première journée du rallye de Grèce pour creuser un écart significatif sur Jari-Matti Latvala et Mikko Hirvonen, respectivement 6e et 7e vendredi soir, à plus d'une minute, après avoir abîmé leurs Ford sur des cailloux mal placés. Alors que les deux prochains jours s'annonçaient encore plus difficiles, le jeune Espagnol Dani Sordo, sur l'autre C4 officielle, était idéalement placé -2e à 15 secondes de Loeb- et le podium provisoire était complété par Petter Solberg, le champion du monde 2003, très satisfait de sa nouvelle Subaru Impreza.

"Nos adversaires ont eu des petits soucis sur la fin, donc c'est bien", a résumé Loeb en rentrant au parc d'assistance. La super-spéciale de 4,6 km, dans le camp militaire de Tatoi (ES7), venait de coûter très cher à Hirvonen et Latvala obligés de rouler au ralenti devant les nombreux invités de leur pétrolier préféré, dans une ambiance de fête foraine très mal organisée. Hirvonen, leader du championnat du monde, a perdu 40 secondes dans cette ES7 à cause d'un triangle de suspension cassé à l'avant, à la fin de l'ES6. Quant à Latvala il a fait toute cette super-spéciale avec une roue arrière droite pliée elle aussi à la fin de l'ES6, quand il était encore 2e du classement général.

"En fin de journée, ça commençait à être très cassant, surtout dans l'ES6, et ça risque d'être encore plus difficile samedi" , a prévenu Loeb. "Ce soir, le bilan est positif pour nous, mais peut-être que samedi soir ce sera l'inverse. Il faut s'attendre au pire", a ajouté Olivier Quesnel, le patron de Citroën Sport.

Citroën joue tactique

"Il reste deux jours très durs", a dit Malcolm Wilson, le patron de Ford en rallye. Bien avant de voir Hirvonen et Latvala plonger au classement, il avait perdu Gigi Galli dès le douzième kilomètre de l'ES2. Le pilote italien a tapé dans un gros caillou que Loeb, quelques minutes plus tôt, avait soigneusement contourné. "Je ne pensais pas qu'il était si gros" , a plaidé Gigi, sans rire.

Pour enfoncer un peu plus les Ford, Citroën a pris une belle revanche de la Jordanie en faisant ralentir Sordo à la fin de l'ES6, pour qu'il perde quelques secondes et passe juste derrière Latvala au classement. L'ordre de passage de samedi était en effet déterminé par le classement avant la super-spéciale de clôture, pour éviter des tactiques trop voyantes. "J'ai décidé de ne pas rentrer dans ce jeu-là. L'objectif c'était de prendre la tête et après de la garder. On a eu raison, parce que si aujourd'hui on avait lâché du temps, ce serait de l'avance en moins", a dit Loeb, auteur de quatre temps scratch sur sept (ES2, ES4 à ES6). Latvala en a signé deux autres (ES1, ES3).

"On se rappelle que Latvala nous avait repris beaucoup de temps en Sardaigne. On n'est pas à l'abri d'un souci, donc il va falloir rester concentrés, attaquer pour garder le bon rythme" , a annoncé le quadruple champion du monde. Au menu de samedi, il y a 120 km de spéciales très cassantes au dessus du golfe de Corinthe. Ça promet.

0
0