Hyundai Motorsport

Neuville, Mikkelsen et Ogier, dans un mouchoir de poche, se disputeront la victoire

Neuville, Mikkelsen et Ogier, dans un mouchoir de poche, se disputeront la victoire
Par AFP

Le 14/02/2015 à 18:32Mis à jour Le 14/02/2015 à 19:29

L'étape 2 suédoise a ménagé un formidable suspense en regroupant le Top 3 en moins de 10 secondes, samedi soir. Avec l'avantage pour Thierry Neuville (Hyundai WRT).

9"6 ! L'écart séparant les trois premiers pilotes du Rallye de Suède, samedi soir, promet une belle explication dimanche lors de la quatrième et dernière journée entre, dans l'ordre, le Belge Thierry Neuville (Hyundai WRT), le Norvégien Andreas Mikkelsen (Volkswagen MST II) et le Français Sébastien Ogier (Volkswagen MST).

Mikkelsen n'a pas réussi à préserver sa place de leader conquise la veille, suite aux sorties de route d'Ogier et du Finlandais Jari-Matti Latvala, mais le Scandinave n'est qu'à une seconde et demi du nouveau leader, Neuville, en état de grâce samedi. Le pilote Hyundai a donc provisoirement volé la vedette aux VW, notamment à la Polo-R n°1 d'Ogier, 9"6 derrière le Belge. Quatrième à plus de 50 secondes, le Norvégien Mads Ostberg (Citroën WRT) regardera de loin une bagarre à suspense entre les trois premiers. Ils auront trois spéciales et 46 km pour se départager.

Neuville s'envole sur 44 mètres dans la Colin's Crest

"Je viens sans doute de disputer l'une des meilleures spéciales de ma carrière", s'est réjoui Neuville après avoir signé le scratch dans la dernière spéciale du jour. "Je me sentais très bien dans la voiture. J'ai pris un plaisir immense." Le Belge a en outre établi un nouveau record en Suède, en bondissant à 44 mètres sur la fameuse Colin's Crest, l'une de ces crêtes qui permettent aux pilotes d'effectuer de longs sauts. Le précédant record (41m en 2014) était détenu par Ogier. "Dimanche, ce sera chaud. L'important sera de rester sur la route. Aujourd'hui, j'en voulais tellement que mon copilote (Nicolas Gilsoul, NDLR) a dû me calmer à plusieurs reprises", a poursuivi Neuville, cinquième il y a deux semaines d'un Rallye Monte-Carlo remporté par Ogier.

Seulement quatrième samedi matin après une sortie de route qui lui avait coûté près d'une minute la veille, le Gapençais a d'abord effectué une remontée fulgurante lors des quatre premières spéciales, signant trois meilleurs temps pour revenir à moins de deux secondes de Mikkelsen. Pour le leader du championnat, les choses se sont ensuite compliquées en raison d'un redoux des températures et surtout de son statut de premier pilote.

"Affreux" d'ouvrir pour Ogier

Pénalisé par cette position d'ouvreur, Ogier a été perturbé par les sillons creusés par les concurrents du rallye historique qui avait précédé les WRC. "Les lignes tracées sur la route ne correspondent pas du tout aux trajectoires idéales de ma voiture. Je manque d'adhérence. C'est affreux. C'est une honte de passer après ce rallye historique", pestait le double champion du monde.

Idéales en matinée, les conditions de course se sont ensuite dégradées, les concurrents devant composer avec des routes parfois recouvertes de "soupe" (dixit Mikkelsen) et non plus de neige ou de glace. "Clairement, les pilotes qui ouvrent sont désavantagés. Cela joue en ma faveur", reconnaissait sportivement le Britannique Kris Meeke, qui a profité de sa position (7e) pour signer deux scratches dans l'après-midi.

Le Finlandais Jari-Matti Latvala a lui poursuivi son chemin de croix. Déjà sorti de la route vendredi - il avait perdu huit minutes -, le pilote VW a de nouveau commis des erreurs qui l'ont pénalisé de quelques dizaines de secondes. Vainqueur l'an passé, il verra un autre que lui monter sur la première marche du podium. "Tout est possible, assure Mikkelsen. Mais je crois quand même que la victoire se jouera entre Thierry et moi. Nous attaquerons à fond tous les deux et, dans ces conditions, le retard de 9 secondes que concède Sébastien risque d'être difficile à combler".

0
0