Aux aurores, Ogier avait idéalement débuté la journée. Mais ce vendredi après-midi, le septuple champion du monde Sébastien a crevé et laissé le Gallois Elfyn Evans prendre sous la pluie la tête du Rallye Monte-Carlo, première manche de l'année en WRC. Toujours très difficile en raison des conditions changeantes tant sur la route - asphalte neuf ou ancien, sec, mouillé ou glacé - que venant du ciel, avec une pluie battante dès la mi-journée vendredi, le Rallye Monte-Carlo 2021 ne déroge pas à ses habitudes sur ce point.

Rallye Monte Carlo
Tänak démarre fort, Ogier en difficulté
21/01/2021 À 17:08

Sans les milliers de spectateurs massés d'ordinaire sur les bords des routes, pandémie de Covid-19 oblige, l'épreuve inaugurale du championnat du monde au format resserré (257 km) tient ses promesses de sprint : Evans n'a que 7"4 d'avance sur son coéquipier chez Toyota Sébastien Ogier et 25"3 sur l'Estonien Ott Tänak (Hyundai). Vainqueur de la 6e spéciale, quand Ogier a crevé, Evans est récompensé de sa régularité - il a fini cinq spéciales à la 2e place depuis le début du "Monte" jeudi. Le vice-champion du monde confirme qu'il faudra encore compter sur lui cette année et qu'Ogier devra batailler pour s'octroyer son 8e titre mondial.

Ce sont des pneus de WRC2

Après un coup d'envoi à 6h10, pour respecter le couvre-feu à 18h00 en France, Ogier a pris la tête en réalisant trois temps scratchs lors des trois premières spéciales. Les problèmes de freins de jeudi apparemment derrière lui, le natif de Gap est apparu à son aise dans l'obscurité et sur "ses" routes verglacées. Mais après une pause au parc d'assistance de Gap, où Ogier a précisé avoir "retrouvé de la confiance pour commencer à attaquer", son offensive a été freinée par une crevaison dans l'ES6 (19,61 km), finissant la descente sinueuse vers La-Bâtie-des-Fonts (Drôme) avec une jante nue.

S'il a réalisé un 4e temps scratch lors de l'ES7 et mis la pression sur Evans, Ogier n'était pas ravi à l'issue de la journée : "C'est frustrant vu la vitesse qu'on avait aujourd'hui, on aurait pu être confortablement en tête et on ne l'est pas. On sait depuis le début que ces pneus ne sont pas adaptés, ce sont des pneus de WRC2, c'est dommage qu'on n'ait pas eu un package plus adapté au WRC parce que ça se transforme un peu en loterie", a-t-il regretté.

Evans n'est pas satisfait non plus

Evans, son coéquipier mains néanmoins rival chez Toyota, s'est également montré déçu malgré sa première place : "Bien sûr le classement est bon, mais la manière n'est pas complètement satisfaisante. On est en position de force mais on a encore du travail, j'ai probablement été trop prudent, j'ai manqué de confiance".

Manque de confiance probable également pour Pierre-Louis Loubet, l'autre Français engagé en WRC pour sa première année complète et son premier Monte-Carlo, qui n'a pas terminé la journée après avoir enfoncé sa Hyundai dans un talus. Le Corse de 23 ans, 10e avant l'incident, pourrait repartir pour l'autre moitié du rallye (7 spéciales sur 14 restent à disputer) samedi avec une importante pénalité si toutefois la voiture est réparée à temps.

Autre espoir tricolore, Adrien Fourmaux (M-Sport Ford), à bord d'une WRC2 pour ce rallye, est 9e du général et 2e du classement WRC2, antichambre de l'élite. Samedi dès l'aube, à 6h30, l'heure où pourrait blanchir la montagne avec l'arrivée possible de la neige, les pilotes partiront pour trois spéciales d'un total de 57,10 km à l'est de Gap, au sud et au nord du lac de Serre-Ponçon. Les équipages sont attendus directement après à Monaco, base du dernier jour de course dimanche.

Rallye Monte Carlo
Le crash spéctaculaire de Suninen à Monte-Carlo
21/01/2021 À 14:42
Saison 2021
Une dernière et puis s'en va : en quête d'un 8e sacre, Ogier veut finir en beauté
20/01/2021 À 20:36