Bienvenue dans le plus extraordinaire show européen de snowboard.
Pour se replacer dans l'historique, en 1993, lorsque la bande de potes autrichiens décide d'organiser son premier contest, l'objectif était simplement de passer une bonne soirée entre copains. On était à l'aube du snowboard dit « de masse » et jamais Andrew Hourmont (l'organisateur) et ses copains n'auraient imaginé l'ampleur que pourrait prendre l'événement en quelques années. Le premier Air & Style est organisé à Innsbruck. A l'époque, les compétitions de snowboard s'organisaient forcément en stations. Alors en l'organisant au Bergisel, sur l'ancien site olympique de saut à ski, l'événement a tout de suite éveillé la curiosité. Ce fut l'un des premiers city contest en Europe, et même au Monde. Et puis la venue dès la première année de stars de l'époque telles que Bryan Iguchi, Shaun Palmer ou Reto Lamm ont suscité l'intérêt des médias. Une légende était née.
Né à Innsbruck, le contest a ensuite déménagé en 2000 pour la petite station tyrolienne de Seefeld, puis a débarqué à Munich en 2005, la capitale bavaroise semblant plus appropriée en terme d'infrastructures pour accueillir les centaines de médias et les milliers de fans faisant le déplacement chaque année. Le spot est installé dans l'Olympia Stadion, au cœur de la ville. Un gigantesque échafaudage de plus de 40 mètres est érigé pour supporter la piste d'élan et l'énorme kicker.
Swatch
O’Neill Evolution
15/01/2008 À 10:53
Déjà en soi, le fait d'être invité au Air & Style est une reconnaissance majeure. Travis Rice, David Benedek, Risto Mattila, Heikki Sorsa, Nicolas Muller, Kevin Pearce, Eero Ettala, Mathieu Crépel, Christophe Schmidt, Andy Finch, Mikkel Bang, Torsteim Horgmo, Andreas Wiig… tous les plus grands noms du moment. La compétition est organisée sous la forme de KO system. Les riders s'affrontent par groupes de deux, un peu comme le système des poules en football. Après trois passages chacun, celui récoltant la meilleure note éjecte l'autre et passe en demie finale. On a pendant un temps, pensé que le niveau général du sport allait finir par stagner. On a eu ce soir la preuve flagrante du contraire. Désormais, tous les riders maîtrisent à la perfection les très grosses rotations et aucun ne peut espérer se qualifier sans réaliser de parfaits switch 900°.
Mais outre le niveau des riders, l'élément le plus détonateur du Air & Style est le public. La ferveur des fans allemands et autrichiens est sans commune mesure avec celle qu'on peut trouver en France. A Munich, on vient au Air & Style comme en France on va voir des matchs de football de première division. Le snowboard est ancré dans la culture locale et ce sont chaque année plusieurs milliers, voir dizaines de milliers de fans, qui vont acclamer leurs héros, et en particulier si l'un des participants est un local. Devant nous, un groupe de kids et de petites girls deviennent hystériques dès que David Benedek se présente à l'aire de départ. A chaque fois, se sont les 10 000 ou 20 000 personnes présentes dans le stade qui clament son nom à l'image d'un Zidane ou Ronaldhino. Autre rider qui aurait pu s'imposer à l'applaudimètre : Travis Rice, vainqueur ici l'année dernière. En raison d'un ou deux landings approximatifs, Rice ne se qualifiera pas pour les demie finales, mais il fut le plus impressionnant de la soirée avec notamment des doubles back-side rodeos 1080°. Sick.
On se souviendra des switch back-side 720° tellement stylés de Nicolas Müller, des front-side 360 one foot de Heikki Sorsa, des switch 1080° back de notre Mathieu Crépel national, des doubles front-side rodeos de David Benedek… En super finale se retrouvent quatre riders : David Benedek, Torsteim Horgmo, Mikkel Bang et Kevin Pearce. A la grande déception du public allemand, Benedek ne parviendra pas à replaquer son double front-side rodeo et termine 4ème. Torsteim Horgmo, actuel leader du TTR, impressionne par ses front-side 720° shyfty. Il ne fait pas les plus grosses rotations, mais le trick est novateur et tellement stylé. Il est 3ème. La gagne se joue entre Mikkel Bang, surdoué de 16 ans seulement et vainqueur du contest rookie l'année dernière, et l'américain Kevin Pearce. Durant toute la soirée, Mikkel Bang a assuré des réceptions parfaites sur 99% de ses sauts, sa figure la plus basique étant un back-side 900°. Sale gosse. Kevin Pearce, new comer lui aussi et récent vainqueur du dernier Arctic Challenge bénéficie d'une réussite comparable. Il enchaîne 900° et 1080°. Son dernier passage est un cab 1260° qu'il pose à la perfection. C'est la plus grosse rotation posée de la finale, Pearce s'impose d'un cheveu devant Mikkel Bang. Il rentre à la maison avec le gros chèque et ajoute son nom à la légende du Air & Style. Même s'il était encore relativement peu connu samedi matin et qu'il n'était pas le plus attendu, nul doute que sa cote internationales est montée d'un cran hier soir.
Swatch
Yoz extrem: London Ride (2)
12/01/2008 À 08:45
Swatch
Yoz extrem: London Ride (3)
12/01/2008 À 08:22