AFP

France-Serbie : Nicolas Batum signe un chef d'oeuvre

Batum, le chef d'œuvre de l'inutile

Le 13/09/2014 à 01:19Mis à jour Le 13/09/2014 à 01:27

Nicolas Batum a signé le match d'une vie en sélection vendredi, face à la Serbie. Auteur de 35 points, l'ailier de Portland a failli ramener les Bleus à lui tout seul ou presque. Mais ce record personnel s'est avéré insuffisant.

Avant le début de ce Mondial, Nicolas Batum se plaisait à rappeler que cela faisait "10 ans" qu’il participait aux campagnes tricolores. Avec l'absence du MVP Tony Parker, tout le monde s’attendait enfin à voir l’ailier longiligne endosser l’habit du patron. Au moins pour le scoring, laissant à Boris Diaw le rôle de leader spirituel. Longtemps, dans ce tournoi, ce ne fut pas le cas, Batum tournant à une moyenne inférieure à 10 points par rencontre. Mais vendredi, il a littéralement pris feu. Incandescent, particulièrement dans une fin de rencontre "jordanesque", le natif de Lisieux a explosé son record de points en sélection : 35. Sans pouvoir forcer le destin bleu.

Après une première période tricolore bien trop faiblarde en termes d’intensité collective, avec un écart déjà prononcé en faveur des Serbes à la pause (46 à 32), la tâche s’annonçait compliquée, mais Batum a au moins essayé. Avec brio. Lors de cette deuxième mi-temps Nicolas Batum a enfin enfilé son costume de Batman. Après avoir marqué 10 points en première période, soit déjà plus que sa moyenne par match sur ce tournoi, l’ex-Manceau a a planté 25 points en seconde période, dont 17 dans les dix dernières minutes.

A deux points du record de Parke en bleu

Pour y arriver, le Français a enfin retrouvé son adresse extérieure. Alors qu’il sortait de quatre matchs catastrophiques sur ce plan, avec un vilain 1/16 sur les tirs primés, le Traiblazer a fait sauter la banque avec 8 paniers à trois points réussis sur 12 tentatives. Un exploit magnifique qui aura permis aux Français d’y croire jusque dans les derniers instants, en recollant à moins de deux points à quelques secondes de la fin, grâce à 39 pions inscrits dans le dernier quart.

Avec un tel total, la marque de Batum se situe même désormais à seulement deux petits points du record de Parker en sélection et l’ailier a égalisé par la même occasion son propre record en professionnel. Il n'avait marqué qu'une seule fois 35 points en NBA, avec son club de Portland. C’était déjà il y a moins de deux ans, le 16 novembre 2012 lors d'une victoire contre les Rockets de Houston. La belle perf’ individuelle de Batum en Espagne a d’ailleurs attiré l’œil de ses partenaires américains de club, comme Damian Lilliard ou le jeune Meyers Leonard.

Dommage que cela n’ait pas suffi pour résister aux assauts de Teodosic et sa bande. Dans tous les cas, si la France ramène une médaille de bronze contre la Lituanie ce samedi, Batum pourra se féliciter d’avoir obtenu une breloque, absente de la collection du meilleur basketteur français de tous les temps, Tony Parker. D’ailleurs, "Nico" pensait déjà au prochain match, quelques minutes après le coup de sifflet final. La Serbie restera une immense frustration collective. Et un chef d'oeuvre individuel. Un chef d'oeuvre inutile, malheureusement...

0
0