Eurosport
 WTCC : Circuit Paul RicardRegarder 
 
 
Biathlon - Saison 2011-2012

M. Fourcade : "Je suis à 85%"

Le sportif numéro un de la saison hivernale, Martin Fourcade, a répondu à vos questions cette semaine. Le triple champion du monde et vainqueur du globe de la spécialité confirme sa volonté d'aller se tester en ski de fond et place la barre encore plus haut sur le biathlon... Si, si, c'est possible.

 
M. Fourcade : "A 85%" - Biathlon - Saison 2011-2012AFP
 

Axelthomas49300 : Pensez-vous être capable d'être encore à ce niveau à la prochaine Coupe du monde ?

Oui, et même d'être meilleur, car si j'y vais pour avoir le même niveau, ça ne passera pas. Je veux être meilleur, je veux progresser et je ne suis pas inquiet à ce sujet. C'est vrai que la saison a été exceptionnelle, je ne veux pas la banaliser, mais je ferai tout pour être au moins au même niveau et provoquer la même réussite. Car au plus haut niveau, la vraie différence, c'est la petite seconde de réussite que tu as ou que tu n'as pas, alors que tu n'es pas supérieur à l'autre.

Allezlesverts 2004 : Dans quels domaines penses-tu avoir encore une marge de progression?

Dans les deux. Je suis à 85% de moyenne au tir, c'est un fait avéré. Et je pense être à peu près au même stade sur mon potentiel physique en ce qui concerne le fond. 85%, ça me parle. Je n'atteindrai sûrement jamais les 100%. C'est dur d'être l'homme parfait, ou au moins le sportif parfait, mais je suis perfectible et loin de ces 100%. J'ai été le meilleur skieur du circuit cette saison, mais j'ai de la marge pour aller bien plus vite.

julianoo : Quels seront tes objectifs prochains? Où en est ce projet de participation à la Coupe du monde de ski de fond ?

Il prend forme, ça me branche vraiment. Ce sera dès l'an prochain sans doute. Mon objectif était le globe du biathlon, pour avoir la possibilité de me tester sur des choses différentes et pour me faire plaisir. C'est réussi, c'est un challenge, ça va me pousser à progresser et c'est un beau défi. J'y vais sans prétention. Je ne connais pas mon niveau, je serais déçu d'être loin et je veux me battre pour les podiums et les victoires, j'imagine que je ne suis pas 50e mondial.

mede33: A votre avis, pour un skieur de fond, est-il plus facile de se mettre au biathlon ou au combiné nordique ?

Au biathlon, sans hésitation. Le tir, même si c'est extrêmement compliqué, ça s'apprend assez vite. Je ne dis pas : être bon. Je dis : simplement, tirer. Cela s'apprend plus facilement que sauter. Le saut est un sport à part entière, il faut avoir des "cojones" pour y aller. C'est antagoniste avec le ski de fond, un sport d'endurance, alors qu'il faut de l'explosivité pour le saut. C'est définitivement plus facile pour un fondeur de se mettre au biathlon qu'au combiné, d'ailleurs il y a de nombreux exemples.

neftys06 : Comment vivez-vous, Jason Lamy-Cappuis et toi, le fait que vos deux sports soient vraiment très peu médiatisés en France alors que vous méritez bien plus de reconnaissance?

Je ne le vis pas mal, et puis ça progresse mine de rien. Quand je suis arrivé dans le biathlon, personne ne me connaissait, il y avait eu des champions avant nous, tous n'avaient pas joué le jeu médiatique. Et, comme Jason dans le combiné, les victoires ont changé les choses. Et sans être une star médiatique en France, je sens en Allemagne et en Russie, où le biathlon est bien plus important, une vraie reconnaissance. Evidemment ça me ferait plaisir que le biathlon soit plus reconnu en France, mais ce n'est pas un souci.

chris 0773 : Ne crains-tu pas, consciemment ou inconsciemment, un petit relâchement pour la prochaine saison ? Y a-t-il un risque réel ?

Le risque existe bien sûr, je vais tout faire pour le contrer en ayant des objectifs encore plus élevés. La meilleure façon de me planter serait de me dire que je vais vivre sur cet acquis en 2013 et que je me relancerai après pour les Jeux. Dans l'entraînement, la préparation, l'implication mentale, la détermination, la motivation, il faudra que tout soit au moins comme la dernière saison.

Le Maudit : A quel âge as-tu commencé le biathlon ? Et pourquoi ce sport et pas un autre ? J'aimerais vraiment en savoir plus sur ton parcours.

J'ai commencé le biathlon par le ski de fond. Une fois qu'on fait du ski de fond, en général on nous met une carabine entre les mains pour essayer. Moi ça m'a plu tout de suite. J'ai grandi à la montagne. Faire du sport était une fatalité. Faire du ski de fond, dans une famille de cinq, c'était meilleur marché que le ski alpin. J'ai toujours été accroc aux sports d'endurance. J'avais des qualités pour ça, beaucoup d'énergie, je me suis toujours régalé à faire de longues sorties à ski, à vélo, ou à course à pied. Le biathlon s'est imposé tout seul. J'en suis arrivé là par la filière fédérale la plus classique : club, comité, pôle France, équipe de France juniors, équipe de France B, équipe de France seniors. Je n'ai brûlé aucune étape, même si certaines étaient très courtes, c'est vrai.

 - Eurosport
 
#160;
 
 
À ne pas manquer
  • Découvrez Le Mag Eurosport

    Parce que sport rime aussi avec Lifestyle, Culture et High-tech, Eurosport vous garde au top des tendances avec son nouveau site LeMag.

  • Le BUZZ Eurosport

    Pas de score ni de compte-rendu de match, mais des succès, des chutes, des classements, des filles sexy... Retrouvez ici l'actu décalée du sport !

  • Regardez Eurosport où vous voulez, quand vous voulez

    Avec Eurosport Player, vivez et revivez tous les grands événements sportifs sur vos écrans. Accédez en illimité aux chaînes Eurosport et aux contenus exclusifs, en Live et à la demande.

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
 
Google Plus