AFP

Un monde d'écart : Mayweather a surtout pensé à l'argent et Pacquiao à la boxe et au public

Un monde d'écart : Mayweather a surtout pensé à l'argent et Pacquiao à la boxe et au public

Mis à jourLe 03/05/2015 à 20:31

Publiéle 03/05/2015 à 20:31

Mis à jourLe 03/05/2015 à 20:31

Publiéle 03/05/2015 à 20:31

Floyd Mayweather a été fidèle à lui-même samedi soir, sans convaincre totalement le public qui a préféré la façon d'être et de boxer de Manny Pacquiao.

Dernière seconde de combat, samedi soir au MGM Grand de Las Vegas : Floyd Mayweather lève le poing en signe de victoire pour s'attirer immédiatement des sifflets nourris. Altier, il se poste sur une corde du ring pour saluer le public de sa position dominante.

On lui ôte bientôt ses gants et il revient en toute connaissance de cause toiser le public, plus bruyant et réactif à cette nouvelle provocation. Sans doute estime-t-il que la victoire ne lui est pas seulement due, que l'assistance doit allégeance au vainqueur qu'il sera sûrement.

"Money", c'est du bling-bling qui s'arrête au ring

Dans l'attente du verdict des trois juges, il va saluer son valeureux adversaire, Manny Pacquiao, qui lui témoigne un respect évident. C'est beau à voir. Il l'étreint même. Fier, pour le moins. Surpris, un peu vexé aussi de cette défiance, lui qui boxe "à domicile", en résident de la cité du Nevada. Sous ce toit du MGM Grand choisi pour accueillir son 11e triomphe consécutif. Cette salle fétiche lui a échappé pendant et après 12 rounds tactiques, intenses, et il ne l'accepte pas vraiment.

Floyd Mayweather et Manny Pacquiao le 2 mai 2015 à Las Vegas
Floyd Mayweather et Manny Pacquiao le 2 mai 2015 à Las Vegas - AFP

De son côté, Manny Pacquiao ne paraît pas heureux, pas satisfait de lui pour tout dire. Il sait qu'il n'a pas récité sa boxe flamboyante face à un adversaire désespérément sûr de sa défense, économe de ses effets et d'une précision chirurgicale. "Money", c'est du bling-bling qui s'arrête au ring, où l'instinct du gagneur à sang froid reprendre le dessus.

Pacquiao avait préparé le terrain

La veille, le Philippin avait gagné la faveur de l'applaudimètre, lors de la pesée. Porté un t-shirt proclamant que "Toute la gloire et l'honneur reviennent à Dieu". Religieux, respectueux. Dans la noblesse de l'art. Dans ce suspense insoutenable, dans ces secondes qui peuvent tout changer, il est aussi sobre, réservé, qu'il peut être fougueux une fois ganté.

Avant le combat, la plupart des illustres noms de la boxe avaient désiré voir un Pacquiao tonique, incisif, puissant comme à l'accoutumée pour inoculer le doute. Obliger le rival à proposer une autre boxe, justifier le label "Combat du siècle". Mayweather, revendiqué "calculateur", savait qu'il ne répondrait pas à cet appel, et qu'il avait de fait perdu le coeur du MGM Grand avant même d'y pénétrer. Là où Manny Pacquiao avait saisi l'enjeu populaire, déboursé plus de 3 millions de dollars pour asseoir plus de 900 de ses proches aux meilleurs rangs afin de leur faire plaisir. Il avait bien soigné sa cote, et aux cris de "Manny ! Manny !", il en a eu pour son argent dès les premiers coups.

" Ma passion pour la boxe n'est plus la même"

Soudain, Floyd Mayweather se remet à faire son cirque dans la salle. Son irrépressible sens du show, certainement. La décison est annoncée, il est désormais le champion unifié WBA - WBC - WBO des welters. Il revient devant le public, croise les doigts, revêt ses ceintures WBO, WBC. Il en impose, c'est sûr. Une conclusion péremptoire à son sens.

Floyd Mayweather et Manny Pacquiao le 2 mai 2015 à Las Vegas

Sur Twitter, Mike Tyson ne tarde pas à regretter cette attente de cinq ans. Le plus souvent attribuée à son compatriote, qui a toujours su scénariser sa carrière, choisir ses adversaires. Oscar de la Hoya, perdant devant les deux combattants du soir, se demande où est passé l'argent des fans.

Pour ne rien arranger, "Money" avait aussi rompu le charme dans une confidence qu'il a répétée dans la conférence de presse post-combat. "Je l'ai déjà dit, ma passion pour la boxe n'est plus la même. C'est juste mon travail et je dois simplement être le meilleur dans mon boulot. Ce soir, c'était juste une journée de boulot comme une autre..." Après 18 ans au sommet, on a envie de le comprendre.

"J'avais un rêve, c'était de gagner une somme à neuf chiffres en une soirée, et j'ai reçu ce chèque de cent millions de dollars", a-t-il ajouté, décidemment "cash". Le problème est que peu de gens ont rêvé devant ce match dont il était le premier bénéficiaire. Avant la boxe elle-même, qui n'a pas vraiment fait avancer sa cause endolorie samedi.

Floyd Mayweather et Manny Pacquiao le 2 mai 2015 à Las Vegas
Floyd Mayweather et Manny Pacquiao le 2 mai 2015 à Las Vegas - AFP
0 commentaire
Vous lisez :