AFP

Mondiaux 2016 sur piste : Wiggins régale, la Nouvelle-Zélande succède à la France en vitesse

Wiggins régale, la Nouvelle-Zélande triomphe en vitesse et succède à la France
Par AFP

Mis à jourLe 03/03/2016 à 19:46

Publiéle 03/03/2016 à 00:04

Mis à jourLe 03/03/2016 à 19:46

Publiéle 03/03/2016 à 00:04

Article de AFP
Dans cet article

MONDIAUX 2016 SUR PISTE - Le Britannique Bradley Wiggins, impressionnant lors des qualifications de la poursuite par équipe, et les sprinteurs néo-zélandais, victorieux en vitesse par équipes, ont ouvert les championnats du monde sur piste mercredi à Londres de manière spectaculaire.

Sir Bradley Wiggins, façon rock star ! Sa simple présence sur l'anneau de Lee Valley Velopark a suffi à faire lever la foule. Mais à 35 ans, le double champion olympique de poursuite individuelle (2004, 2008) est davantage qu'une icône. Il reste un cycliste d'exception, avec plus que de beaux restes... En grande partie grâce à lui, les Britanniques ont frappé un grand coup en dominant les qualifications devant les Australiens et les Néo-Zélandais, champions en titre. En attendant les finales, jeudi.

"Dans les derniers tours, il fallait vraiment s'accrocher pour rester dans sa roue", a expliqué son équipier Jonathan Dibben. De fait, Wiggins a bien failli à plusieurs reprises décrocher les trois wagons tenant difficilement dans son sillage. La Grande-Bretagne visera logiquement l'or jeudi en finale face à l'Australie tandis que Wiggins s'annonce déjà comme l'une des stars de cette semaine londonienne. Le duo qu'il (re)formera avec son compatriote Mark Cavendish dimanche lors de la course à l'américaine est très attendu.

Et les spectateurs en venaient à regretter que Sir Wiggins ne dispute pas l'épreuve individuelle de poursuite où il aurait sans doute été l'un des favoris. La prestation de l'ancien vainqueur de la Grande Boucle a presque fait oublier aux fans britanniques que leur équipe de vitesse est loin de son niveau d'il y a presque quatre ans quand elle avait écrasé l'épreuve olympique.

Les Français pas dans le coup, les Chinoises disqualifiées

Oui mais voilà : le Royaume Uni ne possède plus aujourd'hui de finisseur de la trempe de Chris Hoy (un autre "Sir") désormais à la retraite. Philip Hindes, Jason Kenny et Callum Skinner se sont contentés de la 6e place finale d'une épreuve remportée par la Nouvelle-Zélande. Ethan Mitchell, Sam Webster et Edward Dawkins ont dominé les Pays-Bas en finale et succèdent à la France qui s'est adjugée la quatrième place.

Presque pour s'excuser d'une éventuelle contre-performance, les Français avaient prévenu : leur objectif cette saison n'est pas Londres mais bien les JO de Rio en août. Et effectivement, Grégory Baugé, Kévin Sireau et Michael D'Almeida sont apparus éloignés de leur meilleure forme, après "un hiver difficile", a concédé l'entraîneur Laurent Gané, toutefois "satisfait" des temps réalisés par ses poulains à moins de cinq mois de l'échéance olympique.

Grégory Baugé champion du monde de vitesse individuelle à Saint-Quentin-en-Yvelines, le 22 février 2015
Grégory Baugé champion du monde de vitesse individuelle à Saint-Quentin-en-Yvelines, le 22 février 2015 - AFP

Chez les dames, les Russes Russes Daria Shmela et Anastasia Voinonva sont devenues championnes du monde. Battues en finale, elles ont bénéficié de la disqualification des Chinoises Jinjie Gong et Tianshi Zhong, détentrice du record du monde, coupables d'un relais irrégulier.

L'Espagnol Sebastian Mora Vedri est lui devenu à 28 ans champion du monde de scratch en devançant en solitaire le Mexicain Ignacio Prado et le Suisse Claudio Imhof. L'épreuve de poursuite féminine a vu la victoire de Rebecca Wiasak. A 31 ans, l'Australienne a nettement dominé pour reconduire son titre, un an après un premier succès à ce niveau à Saint-Quenti-en-Yvelines en France.

0 commentaire
Vous lisez :