AFP

Paris - Nice, Henao : "Cette victoire est pour Dave"

Henao : "Cette victoire est pour Dave"

Le 13/03/2017 à 07:40

PARIS-NICE – Pour deux secondes, Sergio Henao a décroché la plus belle victoire de sa carrière, dimanche. Plein de sang-froid face à l'assaut final d'Alberto Contador, il a dédié ce succès majeur à toute l'équipe Sky, et plus particulièrement à son patron Dave Brailsford, en pleine tourmente.

Injuste de voir Alberto Contador échouer pour deux petites secondes après une semaine de baston ? Peut-être. Mais Sergio Henao s'en moque. En matière d'injustice, le Colombien estime avoir donné. Il sait de quoi il parle. Des galères, il est vrai qu'il en a connues, plus souvent qu'à son tour. Jusqu'ici, sa carrière avait ressemblé à un chemin de pierres. Un tunnel de poisse, parfois, aussi. A Nice, il en a vu le bout. Pour de bon l'espère-t-il. "Je suis passé par des moments durs dans ma carrière. Aujourd'hui, le soleil est sorti pour moi", a soufflé le coureur de la Sky.

Dimanche, sur le quai des Etats-Unis, peut-être a-t-il repensé à ce mois de juin 2014 quand, sur le Tour de Suisse, il avait été renversé par une voiture. Résultat, un genou en miettes, près de dix heures sur le billard et huit mois loin des pelotons. L'été dernier, lors de la course en ligne des Jeux Olympiques, il avait quitté Rio avec une fracture de la crête iliaque après une chute dans le final en compagnie de Vincenzo Nibali. "Mais il ne faut jamais perdre la foi", assure Henao.

Vidéo - Contador, De la Cruz, Henao : revivez le fabuleux final de la dernière étape

01:41
" Je savais qu'Alberto allait attaquer et qu'il était très fort "

Ce Paris-Nice, c'est un peu la roue qui tourne pour lui. Il n'y aura pas gagné la moindre étape de la semaine, mais sa gestion aura été presque parfaite. Après sa prise de pouvoir samedi au col de la Couillole, il avait toutefois prévenu : rien n'était terminé. "On va voir dans la dernière étape, avait-il prudemment avancé. Je me souviens de l'année dernière, ça avait été juste pour Geraint Thomas. Je m'attends à ce que ce soit compliqué. Contador est toujours prêt au combat." Bien vu. Un combat sans merci, même, qui a bien failli tourner au vinaigre pour le Colombien.

Longtemps, Contador a été maillot jaune virtuel. Jusqu'aux tous derniers hectomètres de l'étape. Un temps relégué à une minute, Henao a comblé l'essentiel de son handicap dans la descente du col d'Eze, l'ultime difficulté de cette semaine. "Je me rappelais de l'année dernière, quand ça s'était joué dans la descente, raconte-t-il. Je savais qu'Alberto allait attaquer et qu'il était très fort. Mais je devais attendre." Mais il l'avoue, il a tremblé. "Je dois reconnaître que j'ai commencé à paniquer quand j'ai vu l'écart atteindre la minute. Je me suis dit que je devais faire un chrono jusqu'à l'arrivée. La journée a été complètement folle."

Colombia's Sergio Henao (C), wearing the overall leader's yellow jersey, drinks as he waits for the start of the 115,5 km eighth and last stage of the 75th edition of the Paris-Nice cycling race, in and around Nice, on March 12, 2017

Colombia's Sergio Henao (C), wearing the overall leader's yellow jersey, drinks as he waits for the start of the 115,5 km eighth and last stage of the 75th edition of the Paris-Nice cycling race, in and around Nice, on March 12, 2017AFP

La victoire de Sergio Henao confirme en tout cas le savoir-faire de l'équipe Sky sur Paris-Nice. C'est le cinquième succès en six ans du team britannique, avec quatre coureurs différents : Bradley Wiggins en 2012, Richie Porte en 2013 et 2015, Geraint Thomas en 2016 et, donc, Henao cette année. Comme il l'avait promis la veille au col de la Couillole, le Colombien a dédié ce qui est "le plus grand succès" de sa carrière à toute son équipe. A ceux qui l'ont accompagné et protégé, d'abord, au cours de ces huit journées. "Je devais finir le travail après tout ce que l'équipe a fait pour moi durant la semaine", a-t-il dit.

Soupçons

Mais il a aussi eu une pensée spécifique pour Dave Brailsford. Le manager de la Sky, inquiété par les enquêtes en cours en Grande-Bretagne sur le fonctionnement, surtout médical, de la formation anglaise, aura sans doute apprécié ce réconfort. "Dave passe un moment difficile, a confié le champion de Colombie. Moi, j'en ai connu qui étaient encore plus compliqués. Cette victoire est pour lui." Présent chez Sky depuis 2011, Henao a lui-même été sous le feu de la suspicion. Aux printemps 2014 et 2016, ses paramètres sanguins avaient interpellé l'UCI. Il les avait justifiés par un entraînement en altitude. L'affaire s'était arrêtée là.

Dimanche soir, les doutes sur la Sky ou sur lui semblaient bien loin pour Sergio Henao. Accroché à ses deux petites secondes, le plus faible écart de toute l'histoire de Paris-Nice, il savoure une victoire qu'à près de 30 ans, il a longtemps attendue. "J'espère qu'elle en appelle d'autres", lance-t-il, même s'il sait qu'il sera aussi (surtout ?) attendu dans un rôle d'équipier de luxe de Chris Froome sur le prochain Tour de France. Un Froome présent au bord de la route dimanche, et qui aura sans aucun doute goûté le sang-froid de son compère.

0
0