AFP

En Coupe de France, Bordeaux et Nantes ont un long passé commun

Bordeaux - Nantes en Coupe, c'est toute une histoire

Le 10/02/2016 à 13:37

COUPE DE FRANCE - Bordeaux reçoit Nantes mercredi soir en 8e de finale. Le premier duel dans la compétition entre les deux grands rivaux de l'Atlantique depuis exactement 15 ans. L'occasion de reprendre le fil d'une histoire riche en matches mémorables. Morceaux choisis.

1981 : 10 buts en 2 matches, Nantes prend la fessée

C'est sans doute un des pires souvenirs du FC Nantes en Coupe de France. Champion de France en titre et encore en course pour une nouvelle couronne, les Canaris subissent en avril 1981 une véritable humiliation en huitième de finale aller. Dans leur antre de Saupin, les joueurs de Jean Vincent sont étrillés 4-1. Jean-Paul Bertrand-Demanes, le gardien international nantais, est impliqué dans trois des quatre buts girondins. C'est une énorme claque pour le FCN.

Quelques jours plus tard, il va s'incliner à nouveau à domicile, face au promu auxerrois : une date historique, puisque Nantes n'avait plus été battu à Saupin en championnat depuis 92 matches. La gifle girondine n'avait pas été digérée. Au match retour, en Gironde, le match de la rédemption tourne encore au cauchemar. A Lescure, Nantes marque certes 4 buts mais… en encaisse 6 ! 10 buts encaissés en deux matches contre le grand rival de l'Atlantique, voilà une fessée mémorable.

1983 : L'éclatante revanche mais...

Cette saison 1982-83 est peut-être la plus aboutie de l'histoire du FC Nantes. En championnat, l'équipe de Jean-Claude Suaudeau marche sur la concurrence. Elle terminera avec 10 points d'avance (14 avec la victoire à trois points) sur… Bordeaux. En Coupe aussi, les Canaris se frottent aux Girondins. Deux ans après avoir été humiliés, ils vont prendre une superbe revanche. En huitième de finale, à nouveau.

Après un nul à l'aller en Aquitaine (0-0), le leader offre un véritable récital au retour à Marcel-Saupin. Un doublé de Vahid Halilhodzic en première période règle déjà l'affaire. Nantes s'impose au final 4-0. Le troisième but, une merveille de lob, est signé Thierry Tusseau. Ce même soir, le défenseur international est approché par Claude Bez, le président bordelais. Deux mois plus tard, il quittera Nantes pour Bordeaux. Un départ vécu comme une déchirure par Coco Suaudeau. Balayé sur le terrain, Bordeaux n'avait quand même pas perdu son temps sur les bords de l'Erdre…

1994 : La renaissance d'une rivalité

Après un début de décennie compliqué (relégation administrative en D2 pour Bordeaux, dépôt de bilan et rétrogradation évitée de justesse pour Nantes), les deux clubs retrouvent des couleurs. Et la rivalité repart de plus belle. En décembre 1993, avant de retrouver Karlsruhe en Coupe de l'UEFA, Rolland Courbis se fend d'une pique mémorable en ironisant sur le "grand Nantes", sorti par Valence dès le 1er tour. Valence lui-même étrillé dans la foulée par Karlsruhe. D'où le "chambrage" de Courbis, qui ne manque jamais une occasion de s'en prendre au fameux "jeu à la nantaise", lequel le fait gentiment sourire.

C'est dans ce contexte qu'en janvier 1994, Nantes et Bordeaux s'affrontent deux fois à quelques jours d'intervalle. En championnat, d'abord. Et là, Bordeaux boit la tasse : 4-1 à la Beaujoire. Rebelote dans la foulée en Coupe, toujours à Nantes. "Etes-vous content de retourner voir vos amis nantais ?", demande-t-on à Courbis juste avant le coup d'envoi. "Pas vraiment", sourit l'entraineur bordelais. De fait, si elle évite cette fois la raclée, son équipe s'incline une fois encore (1-0).

2001 : La dernière, 15 ans déjà

Le dernier duel à ce jour entre les deux clubs. Au cœur de l'hiver 2001, le FC Nantes, un peu à la surprise générale, est en train de se replacer au sommet. Tout lui réussit. Y compris en Coupe de France. En 16e de finale, les joueurs de Raynald Denoueix doivent se coltiner un déplacement à Bordeaux. Quelques semaines auparavant, ils s'y sont imposés en championnat, une première depuis près de 20 ans ! Le FCN va réussir le tour de force de doubler la mise. Un but de Marama Vahirua peu après l'heure de jeu suffit au bonheur des Jaunes. Trois mois plus tard, Nantes allait décrocher sa huitième couronne de champion de France. Depuis 15 ans, il n'a plus rien gagné...

0
0