AFP

Niang : "La haine de la défaite"

Niang : "La haine de la défaite"
Par Eurosport

Le 16/04/2009 à 10:04Mis à jour

L'OM y croit. Et Mamadou Niang aussi. L'attaquant sénégalais veut effacer le match aller de Coupe de l'UEFA perdu à Donetsk (2-0). Il assure que Marseille va "marquer des buts" au Vélodrome. La confiance et l'espoir habitent donc le buteur phocéen qui assure que ses coéquipiers "vont se racheter".

MAMADOU NIANG, comment abordez-vous ce match retour ?

M.N. : On est vraiment ultra-motivés même si ça ne va pas être facile. Car on a vu au match aller que cette équipe du Shakhtar était très bonne. Mais nous avons confiance en nous.

Pensez-vous réellement pouvoir refaire votre retard de deux buts ?

M.N. : Oui, nous pouvons le faire, nous pouvons créer l'exploit. En tout cas, nous allons jouer notre chance à fond.

Que retenez-vous du match aller ?

M.N. : On est déçu de ce match. Je pense que nous n'avons pas joué à notre vrai niveau. On aurait dû faire mieux. La qualité de jeu proposée n'était pas celle de nos derniers matches. C'est dommage car dès que nous avons commencé à jouer, ils ont été en difficulté. Et puis nous n'avons pas réussi à marquer ce but à l'extérieur. Mais on va se rattraper…

L'OM doit marquer au moins deux fois pour espérer se qualifier. L'attente autour de vous est donc grande. Ressentez-vous une pression particulière ?

M.N. : Je pense qu'on attend beaucoup de l'ensemble de l'équipe. Pas simplement des attaquants. Mais le secteur offensif est de grande qualité. Peu importe les titulaires, on peut leur faire confiance. On va marquer des buts.

Le groupe peut-il s'inspirer du match de Coupe Intertoto en 2005 face à La Corogne (victoire 5-1 après une défaite 2-0 en Espagne) ?

M.N. : C'est très difficile de comparer ces deux compétitions. Mais si je peux donner un conseil à mes partenaires, il y a quatre ans, nous nous étions lâchés. Il faudra faire la même chose face au Shakhtar. Et disputer un match intelligent en ne prenant pas de but. Si on y arrive, on gardera espoir et l'exploit sera alors possible.

N'êtes-vous pas tentés de laisser filer cette Coupe de l'UEFA au profit du championnat ?

M.N. : Non, on veut vraiment aller au bout dans les deux compétitions. Face au Shakhtar, on va tout donner pour se qualifier. On pensera ensuite à préparer le déplacement à Lorient. Car on aura deux jours pour bien récupérer.

Avec l'enchaînement des matches, l'équipe ne commence-t-elle pas à être fatiguée ?

M.N. : Il y a dans le groupe une haine de la défaite qui nous fait avancer. Tous les matches qu'il reste à jouer, nous voulons les gagner. A partir de maintenant, si on va jusqu'au bout, il nous restera onze finales à jouer entre le championnat et la Coupe d'Europe. Et nous n'avons pas de préférence entre ces deux compétitions.

En cas de qualification face à Donetsk, vous pouvez rencontrer Paris. Pensez-vous à cette éventuelle demi-finale ?

M.N. : Paris, on s'en fout ! Cette possible opposition est importante surtout pour les médias. Mais nous, on veut la demi-finale. C'est ça notre vraie motivation. Finalement, peu importe l'adversaire.

0
0