AFP

Débat : Benzema est-il indispensable à l'équipe de France ?

Débat : Benzema est-il indispensable à l'équipe de France ?
Par Eurosport

Le 30/03/2016 à 15:56

EURO 2016 – Les Bleus ont fait parler la poudre en attaque face aux Pays-Bas (2-3) et à la Russie (4-2). Une orgie offensive qui pose la question d'un retour de Karim Benzema en équipe de France, dans l'hypothèse où il sera de nouveau sélectionnable pour l'Euro. L’avant-centre du Real Madrid est-il indispensable en sélection ? Deux de nos journalistes ne sont pas d'accord. Voici leur débat.

Oui, s'en passer, ce serait se tirer une balle dans le pied

Par Martin Mosnier

Je n'ai pas toujours été tendre avec Karim Benzema en équipe de France notamment lors de la dernière Coupe du monde où sa manie de dézoner et sa nonchalance sur le terrain face au Nigeria m'avaient profondément agacé. Sa carrière chez les Bleus est loin d'être flamboyante (27 buts en 81 capes). Mais difficile de ne pas admettre que la sélection tricolore ne sera pas meilleure sans lui. Elle s'est très bien débrouillée cette semaine ? Oui, c'est vrai. Face à des Pays-Bas qu'on n'a pas reconnus et une Russie qui ne fait même pas partie des outsiders pour le prochain Euro.

Ce ne sera pas la même chanson en juin et, comme le sait parfaitement Didier Deschamps, la France ne peut pas se passer de l'avant-centre du Real Madrid qui, en passant, réalise la meilleure saison de sa carrière madrilène. Je vais dissiper un malentendu très tentant pour les anti-Benzema : s'il revient à Clairefontaine, Benzema ne va pas soudainement semer le trouble dans un groupe qui vit à merveille. Ne vous méprenez pas, les Bleus l'accueilleront à bras ouverts. Benzema s'entend comme larron en foire avec les Griezmann, Evra, Sakho… Il est un leader dans un groupe qui en manque.

Karim Benzema et Antoine Griezmann (France) contre l'Arménie

Karim Benzema et Antoine Griezmann (France) contre l'ArménieAFP

Bien sûr, l'impression du moment a tendance à tout emporter. Sept buts en deux matches, une animation offensive flamboyante sans Benzema : tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. N'oublions pas que l'association Griezmann-Benzema a fait des ravages en équipe de France notamment lors de la dernière apparition du Madrilène face à l'Arménie (4-0). Leur complémentarité technique avait sauté aux yeux. Le jeu dos au but, la technique en mouvement : Benzema sait faire tout ce que Giroud et Gignac font. Mais en mieux. S'en passer, ce serait se tirer une balle dans le pied.

Non, l’alchimie a ses raisons que la raison ignore

Par Maxime Dupuis

"Le mieux est parfois l’ennemi du bien" : L’adage est connu et va certainement trotter dans la tête de Didier Deschamps ces prochaines semaines. DD le pragmatique emmènera-t-il Karim Benzema à l’Euro ? On sera très probablement fixé autour du 15 avril quand la FFF lèvera ou non l’interdiction de sélection de l’attaquant madrilène. Ces dernières semaines, le patron des Bleus a paru pencher vers le oui, assez clairement. Mais entre-temps, il y a eu ce rassemblement de mars. Ces deux régalades offensives des Bleus, intervenues après une rencontre tout aussi accomplie face à l’Allemagne un triste soir de novembre (2-0). De quoi instiller une part de doute dans son esprit éclairé.

Didier Deschamps, lors du match France-Russie

Didier Deschamps, lors du match France-RussiePanoramic

Aujourd’hui, si l’on met la question éthique de côté, ce qui n’est pas si simple que ça, une seule interrogation prévaut. Ce n’est pas de savoir si Karim Benzema est le meilleur attaquant français. Mais d'être certain que l’équipe de France est meilleure avec lui à la pointe de son attaque. L’Euro 2012 et les matches qui comptaient lors de la dernière Coupe du monde ne dessinent pas forcément une tendance positive. Ajoutez à cela que le football est un sport collectif où onze individus, aussi exceptionnels soient-ils, ne forment pas forcément une grande équipe. L’alchimie a ses raisons que la raison ignore. Raul, célèbre attaquant madrilène oublié par sa sélection, pourrait aujourd’hui en témoigner.

En vieux routier et acteur principal de la plus belle aventure de l'histoire du football français, Didier Deschamps doit se souvenir que son sélectionneur de l’époque, Aimé Jacquet, avait laissé sur le côté de la route celui qui était alors son capitaine et son meilleur attaquant, un certain Eric Cantona. Quand ? Après l’écart de conduite et le high kick le plus fameux de l’histoire de la Premier League moderne. Le numéro 7 de Manchester n’avait plus revu la sélection. Car Jacquet avait un choix à faire entre Zidane – Djorkaeff et l’ombre envahissante d’un Canto qui annihilait les jeunes pousses dont le destin doré était tout sauf écrit. Benzema n’a pas l’aura ni l’autorité de Cantona. Mais avec et sans lui, ce n’est pas pareil sur le terrain. Reste à savoir si c’est mieux. Ce qui est tout sauf une évidence à cette heure.

Selon vous, Karim Benzema est-il indispensable à l'équipe de France ?

Sondage
99381 vote(s)
Oui
Non
0
0