AFP

Roumanie, Albanie, Suisse : où en sont les adversaires des Bleus ?

Roumanie, Albanie, Suisse : où en sont les adversaires des Bleus ?
Par AFP

Le 01/03/2016 à 23:54

EURO 2016 - A 100 jours de l'Euro, où en sont les trois adversaires de la France en phase de groupes ? La Suisse s'inquiète de la forme actuelle de ses cadres, la Roumanie est perturbée par un manque d'union sacrée autour de la sélection, tandis que l'Albanie est gonflée à bloc.

Roumanie : des dissensions entre clubs et fédération

Match le 10 juin à Saint-Denis

Les Roumains, qui ouvriront le bal face aux Bleus au Stade de France, savent l'importance de cette première rencontre. "C'est celle qui compte le plus. C'est très important qu'on ne perde pas", a insisté Dumitru Moraru, l'entraîneur des gardiens, sur le site de la Fédération (FRF). Si cette équipe se caractérise par sa solidité collective, l'union sacrée n'a pas vraiment été au rendez-vous en janvier. Le Steaua Bucarest a en effet refusé à plusieurs de ses joueurs convoqués d'effectuer un stage de 15 jours en Turquie avec la sélection.

Un "manque de fair-play" qui a fâché le sélectionneur Anghel Iordanescu, qui espère bien disposer de tous ses joueurs pour les deux matches amicaux de mars contre la Lituanie le 23 et contre l'Espagne, le 27. Selon le souhait du sélectionneur, la phase préparatoire directe débutera "aux alentours du 16 mai". "Je ne crois pas qu'on aura des équipes qui nous poseront problèmes", se rassure-t-il.

Un stage est planifié en Italie "car nous voulons nous rapprocher des supporteurs roumains de l'étranger", a expliqué Razvan Burleanu, le président de la Fédération. Quatre matches amicaux sont prévus, les 22, 26 et 29 mai contre des adversaires à déterminer, et le 3 juin, contre la Géorgie.

Anghel Iordanescu, sélectionneur de la Roumanie

Anghel Iordanescu, sélectionneur de la RoumanieEurosport

Albanie : un "esprit de groupe et de sacrifice"

Match le 15 juin à Marseille

Qualifiée pour la première fois de son histoire pour le tournoi continental, l'Albanie (36e au classement FIFA) appréhende cet évènement avec une motivation démonstrative. "Nous n'irons pas en France pour perdre, mais pour donner le maximum, le meilleur de nous-même", a affirmé à l'AFP le président de la Fédération, Armando Duka. "Tous les joueurs qui évoluent dans les différents championnats sont en bonne forme", s'est félicité Dritan Kokona, le responsable presse de la Fédération. Le sélectionneur Gianni De Biasi doit ainsi apprécier les récentes sorties rassurantes de son capitaine Lorik Cana, en progrès après une fin d'année 2015 difficile.

En mars, l'Albanie jouera un premier match amical contre l'Autriche, le 26, à Vienne. Elle débutera ensuite sa préparation pour l'Euro le 24 mai. Un stage de deux semaines qui passera "par l'Autriche", selon la Fédération, avec un match amical le 29 mai face au Qatar, à Kapfenberg. Suivra ensuite l'arrivée en France le 5 juin, au camp de base de Perros-Guirec dans les Côtes D'Armor, où les Albanais prépareront leur entrée en lice le 11 face à la Suisse à Lens.

"Plus que par les noms et les talents, la sélection a trouvé son bon équilibre dans l'esprit de groupe et de sacrifice", estime M. Kokona, selon lequel l'Albanie devra rester concentrée "jusqu'à la dernière minute" pour éviter de revivre les deux défaites de la fin 2015 sur le fil, face au Portugal (1-0) et à la Serbie (2-0).

Lorik Cana lors de l'entraînement d'avant-match à Rennes à la veille de France-Albanie

Lorik Cana lors de l'entraînement d'avant-match à Rennes à la veille de France-AlbanieAFP

Suisse : des cadres discutés

Match le 19 juin à Lille

La "Nati", qui reste sur une amère défaite (5-2) au Mondial-2014 face aux Bleus, n'a pas trop souffert pour se qualifier pour l'Euro, en terminant deuxième derrière l'Angleterre. Mais en ce début d'année, les états de forme de ses leaders inquiètent. Celle de Xherdan Shaqiri en premier lieu, depuis que l'ancien joueur du Bayern Munich a rejoint Stoke City l'été dernier, après son échec à l'Inter Milan.

Des interrogations concernent deux autres piliers du milieu, Granit Xhaka (Mönchengladbach) et Gökhan Inler (Leicester). Ce dernier est apparu très en dedans lors des derniers matches qualificatifs. Au point que Stéphane Grichting, ancien défenseur central international, estimait récemment que le sélectionneur "Vladimir Petkovic doit envoyer des signaux clairs : soit il le protège, soit il le change". Un choix qui sera scruté en mars contre l'Eire (25 mars) et la Bosnie (29), alors que le technicien d'origine serbe, largement moins payé que son prédécesseur Ottmar Hitzfeld, a récemment demandé à sa Fédération de l'augmenter.

La Suisse, qui posera ses valises à Montpellier-Juvignac le 6 juin après deux matches préparatoires contre la Belgique (28 mai) et la Moldavie (3 juin), peut en revanche compter sur d'autres cadres toujours solides comme le défenseur Stephan Lichtsteiner qui brille avec la Juventus. Et attend beaucoup de son grand espoir, l'attaquant du FC Bâle, Breel Embolo, 19 ans, élu joueur suisse de l'année 2015.

Le capitaine suisse Gökhan Inler lors des éliminatoires de l'Euro 2016

Le capitaine suisse Gökhan Inler lors des éliminatoires de l'Euro 2016AFP

0
0