Getty Images

Euro féminin - Echouafni : "C'est une nouvelle compétition qui débute"

Echouafni : "C'est une nouvelle compétition qui débute"
Par AFP

Le 29/07/2017 à 23:41Mis à jour Le 30/07/2017 à 00:00

EURO FEMININ - Avec le quart de finale contre l'Angleterre, dimanche (20h45) à Deventer, "c'est une nouvelle compétition qui débute" a estimé samedi le sélectionneur des Bleues Olivier Echouafni.

Eurosport Player : Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Les émotions ressenties lors du match contre la Suisse ont bien été digérées ?

Olivier Echouafni : Elles sont derrière mais elles sont aussi peut-être devant. Des émotions, on espère en connaître d'autres. On est arrivé à notre objectif d'atteindre déjà les quarts de finale. Maintenant c'est une nouvelle compétition qui débute. On a une grande détermination à vouloir aller le plus loin possible. On a beaucoup de qualité. On a vécu une première phase de groupe difficile, où on s'est endurcie et on a pris confiance, comparativement à cette équipe d'Angleterre qui a eu une phase de groupe très facile, avec beaucoup de buts marqués. Dimanche ça va faire un très beau match avec deux grandes nations du football.

Quel sera l'impact de la suspension de Wendie Renard selon vous ?

O.E. : Wendie comme vous le savez est une joueuse importante pour le groupe. Malheureusement elle a pris deux cartons jaune, je pense d'une grande sévérité. On ne va pas revenir dessus, c'est fait. Je pense qu'elle va avoir un rôle très important auprès du groupe, son expérience est déterminante. Avoir une approche de confiance, de calme, de sérénité, et puis la connaissant, c'est vrai que cela va la démanger de ne pas jouer. On espère de tout coeur pouvoir la récupérer après.

Vidéo - Les Bleues sont revenues de l'enfer pour éviter le fiasco : Le résumé de Suisse - France en vidéo

02:13

Craignez-vous l'esprit de revanche des Anglaises, qui n'ont plus battu les Bleues depuis 1974 en compétition internationale ?

O.E. : Revanche, je trouve que c'est un mot assez fort. C'est vrai que ce match à la SheBelieves (2-1 après avoir été mené 1-0, ndlr) a dû certainement laisser des traces parce qu'elles savent aussi quelque part que tout peut arriver. C'est la première fois en tout cas pour moi depuis ma prise de fonction qu'on va réellement les rencontrer en compétition officielle, donc ce sera un tout autre match avec une équipe anglaise, qui comme nous s'est très bien préparé.

Le jeu de contre des Anglaises peut-il vous gêner ?

O.E. : Il n'y a pas que cela mais aussi tout ce qui va avec. Cette équipe a vraiment énormément progressé, même depuis la SheBelieves Cup. On les sent prêtes physiquement, en plus le coach a pu faire tourner lors du dernier match. C'est vrai que c'est un atout. Après c'est une équipe qui est capable aussi de garder le ballon avec des joueuses de talent, mais aussi qui mettent un bon impact physique. Elles nous connaissent mais on les connait aussi très bien, on a fait un travail très minutieux sur elles.

Miser sur un scenario à la Portugal, ce n'est finalement pas décevant pour une formation aussi joueuse que l'équipe de France ?

O.E. : Pas particulièrement, les histoires de tous ces matches ont été bien différents. On s'appuie aussi sur un mental fort, ce qui n'était peut-être pas le cas auparavant. Après l'important c'est aussi de se qualifier, si on peut y mettre la manière on le fera. Cela viendra aussi par les résultats. On doit continuer à +performer+, à s'accrocher, et se dire que tout est possible.

Vidéo - Les Bleues face à la malédiction des quarts

00:40

Après un 1er tour laborieux, le meilleur est-il à venir pour les Bleues ?

O.E. : La seule réponse que je peux vous apporter, c'est que c'est (dimanche). Je pense que les trois matches de groupe nous ont forgé (au niveau) du caractère et du mental. Maintenant l'équipe va monter en régime et est capable d'avoir un niveau très élevé.

0
0