AFP

Real-Atlético (0-1), l'antisèche : C'était le premier grand test pour Zidane, ça restera un échec

L'antisèche : C'était le premier grand test pour Zidane, ça restera un échec

Mis à jourLe 27/02/2016 à 20:35

Publiéle 27/02/2016 à 20:24

Mis à jourLe 27/02/2016 à 20:35

Publiéle 27/02/2016 à 20:24

Article de Vincent Bregevin

LIGA – Pour son plus grand rendez-vous depuis qu'il est sur le banc du Real Madrid, Zinédine Zidane a connu sa première défaite dans le derby face à l'Atlético (0-1). Le technicien français n'a pas su guider son équipe vers la victoire face à des Colchoneros qui ont confirmé leur supériorité sur la Maison Blanche en championnat. Mais sa part de responsabilité est limitée. Notre antisèche.

Le jeu : La leçon tactique de Simeone

Un pressing haut, un quadrillage de terrain précis, plus de détermination dans les duels et d'abnégation dans le replacement : la recette de Simeone est connue de tous mais elle fonctionne toujours aussi bien. Le Real de Zidane a été incapable de développer le jeu qu'il produit habituellement, en tout cas à domicile, et ses vagues offensives sont venues se briser sur le mur rojiblanco de façon quasi-systématique. L'Atlético a neutralisé son adversaire, avant de mettre en lumière l'une de ses grandes lacunes, le repli défensif, sur un contre parfaitement mené et conclu par Griezmann. L'épilogue prévisible d'une leçon tactique signée "El Cholo".

Les joueurs : Griezmann était partout

Marquer le but de la victoire dans le derby, c'est forcément ce qu'on retient, mais cela ne doit pas faire oublier le travail monumental abattu par Griezmann dans le pressing, et les différences qu'il a pu faire sur ses prises de balle. Dans son sillage, l'ensemble des joueurs de l'Atlético a répondu présent, notamment Gimenez, un vrai pitbull en défense, et Koke, infatigable dans l'entrejeu. Au Real, c'est l'inverse : il faut chercher les satisfactions. Citons Navas et Ramos, irréprochables, et Danilo, plutôt performant à la place de Marcelo à gauche. Ronaldo a beaucoup tenté et peu réussi, Benzema, diminué, et James ont été invisibles. Quant à Kroos, il a symbolisé les difficultés du Real au milieu.

Koke félicite Antoine Griezmann après son but face au Real
Koke félicite Antoine Griezmann après son but face au Real - Panoramic

Ce qui aurait pu tout changer

31e minute de jeu : Le Real Madrid obtient une touche sur le côté gauche, dans le camp de l'Atlético. Cristiano Ronaldo la joue rapidement, en gagnant un peu de terrain au passage, et trouve Karim Benzema lancé vers le but. Le Français est légèrement retenu par Diego Godin, a priori en position de dernier défenseur. L'arbitre Clos Gomez sort un carton jaune à l'encontre du défenseur de l'Atlético, alors que le rouge n'aurait pas été forcément injustifié. Et avec des Colchoneros réduits à dix au bout d'une demi-heure, les données du match n'étaient plus les mêmes. Il y a aussi eu une intervention très douteuse dans la surface de Gabi sur Danilo, à la 88e minute de jeu. Là encore, cette décision litigieuse a été favorable à l'Atlético, qui n'a pas été sanctionné d'un penalty.

La stat : 6

Avant ce derby, le Real restait sur cinq matches sans victoire face à l'Atlético en Liga. C'était déjà la série d'invincibilité la plus longue des Colchoneros face au club merengue dans l'histoire du championnat espagnol. On en est à six désormais. Et il faut toujours remonter au 27 avril 2013 pour retrouver la trace d'une victoire du Real sur les Rojiblancos en Liga (1-2).

Cristiano Ronaldo et le Real Madrid ont une nouvelle fois échoué face à l'Atlético en Liga
Cristiano Ronaldo et le Real Madrid ont une nouvelle fois échoué face à l'Atlético en Liga - Panoramic

Le tweet facile

La décla : Zinédine Zidane (entraîneur du Real Madrid)

" C'est moi qui suis responsable."

La question : Quelle est la part de responsabilité de Zidane dans cet échec ?

Limitée. Zinédine Zidane pouvait tout changer sur un terrain balle au pied, il ne peut pas faire grand-chose sur le banc. Notamment régler le problème du Real au milieu. L'absence d'un vrai récupérateur d'envergure depuis le départ de Xabi Alonso se fait toujours sentir, et l'Atlético en a encore largement profité pour remporter la bataille de l'entrejeu dans ce derby. Zidane a cependant l'option Casemiro, un joueur probablement sous-utilisé par rapport à ce qu'il a pu apporter durant la première moitié de saison.

A part ça, il n'y a quand même pas grand-chose à reprocher au technicien français. Il a même tenté des choses assez audacieuses, comme faire entrer le jeune Borja Mayoral à la place de Benzema à la pause. Il n'est pas resté inactif, il a essayé de changer le cours des choses, et certaines décisions arbitrales n'ont pas été favorables à son équipe. Certes, Zidane n'y est pas arrivé. Mais avant lui, des techniciens aussi expérimentés que Carlo Ancelotti et Rafael Benitez avaient eux aussi échoué face à l'Atlético de Diego Simeone en championnat.

C'est justement ce qu'il faut garder à l'esprit : Zidane n'en est pas encore à son dixième match sur le banc de l'équipe première d'un club comme le Real, et il n'avait encore jamais affronté une équipe de l'envergure de l'Atlético. En tant que coach, le Français est encore en phase d'apprentissage, et il lui appartiendra désormais de tirer les enseignements de ce premier échec. Car, même s'il en la responsabilité avec ses joueurs, loin d'avoir répondu présents pour ce derby, cela restera aussi son échec.

Diego Simeone et Zinedine Zidane lors de Real-Atlético
Diego Simeone et Zinedine Zidane lors de Real-Atlético - AFP
0 commentaire
Vous lisez :