Panoramic

Monaco met fin à 34 matches sans défaite du PSG au Parc en L1 (0-2)

Le PSG n'a pas mis tous les ingrédients et Monaco en a profité

Mis à jourLe 20/03/2016 à 23:14

Publiéle 20/03/2016 à 22:49

Mis à jourLe 20/03/2016 à 23:14

Publiéle 20/03/2016 à 22:49

Article de Maxime Dupuis

Assuré d'être champion de France depuis le week-end dernier, le PSG a chuté sur sa pelouse contre Monaco (0-2). Les Parisiens, qui n'avaient plus perdu au Parc depuis 34 matches en L1, ont dominé les Monégasques en première période avant de se relâcher après la pause. L'ASM a parfaitement su en profiter et conserve ainsi cinq points d'avance sur Nice (3e) pour conforter sa deuxième place.

Une semaine après le carton historique infligé à Troyes (0-9) et avoir célébré son sixième titre de champion dans les grandes largeurs, le Paris Saint-Germain s'est montré bien plus avare, dimanche face à Monaco, et a fini par le payer en s'inclinant au Parc des Princes pour la première fois en L1 depuis… 34 matches (0-2). La dernière fois que Paris avait perdu sur ses terres, c'était en mai 2014. Rennes était venu "gâcher" le sacre du PSG. Dimanche, l'ASM n'a pas gâché grand-chose. Et surtout pas son plaisir puisque le club azuréen profite de ce succès pour conforter sa deuxième place.

Avec Angel Di Maria en lieu et place de Blaise Matuidi et un trident offensif composé de Lucas, Ibrahimovic et Cavani, le Paris Saint-Germain était pourtant d'humeur joueuse. Mais pas tueuse. En première période, surtout, les Parisiens ont régalé ballon au pied, sur de savoureuses séquences. Celles qu'on ne tente pas forcément quand on a encore quelque chose à aller chercher. Mais devant le but, les Parisiens avaient débranché la prise. Pas mal de tentatives (21 tirs au total). Pas grand-chose de dangereux, sinon en début de match sur une intervention de Subasic dans les pieds de Cavani (4e).

Trop de relâchement

Au retour des vestiaires, Zlatan Ibrahimovic s'est offert la première occasion du second acte. Mais n'a pas été capable de la convertir en but (46e). Et puis le hérisson azuréen a commencé à sortir la tête et aller voir ce qu'il se passait dans le camp parisien. Fabinho a chauffé les paumes de Trapp sur un centre tir (49e). Lemar l'a imité sur une offrande surréaliste du duo Motta – Luiz (59e). La troisième alerte a été la bonne pour Monaco. Lemar a trouvé Vagner Love seul aux six mètres et l'ASM, qui réussit toujours bien au Parc, a ouvert le score (0-1, 65e).

Fabinho a imité son compatriote dans la foulée. Il a profité du relâchement de David Luiz, auteur d'une faute sur sa personne, pour se procurer un penalty et le transformer d'une Panenka limpide (0-2, 68e). Facile, le Brésilien aurait pu donner quelques cours aux attaquants parisiens qui ont rivalisé de maladresse lors d'une fin de match qu'ils ont pris à bras le corps. Mais, si Cavani a redonné un peu de travail à Subasic (80e), Zlatan, lui, avait décidé de rater des occasions qu'il ne rate que rarement. Un quadruplé à Troyes, dimanche dernier. Un chapelet de loupés, ce soir (80e, 88e). Ainsi va la vie. Ibra et ses copains ne devraient pas cauchemarder pour autant. Ils poursuivent d'autres rêves en cette fin de saison.

Vagner Love, buteur face au PSG et Kévin Trapp - 2016
Vagner Love, buteur face au PSG et Kévin Trapp - 2016 - AFP
0 commentaire
Vous lisez :