AFP

Le Real Madrid bat la Roma (2-0) et se qualifie pour les quarts de finale

Comme prévu, le Real est passé (mais il a peiné)

Le 08/03/2016 à 22:47

LIGUE DES CHAMPIONS - Durant plus d'une heure, le Real Madrid n'a pas fait le fier face à une Roma qui a cruellement manqué de réalisme, mardi en 8e de finale retour de la Ligue des champions. Mais Ronaldo et James sont venus plier l'affaire en quatre minutes (2-0, aller : 0-2). Les hommes de Zinédine Zidane sont en quarts de finale. Mais pas rassurés, ni rassurants.

Pour le Real de l'ère Zidane, c'est un premier pas. Un premier pas vers le Graal. Mais la route est encore longue et, compte tenu du fait qu'elle va s'élever au fil du printemps, on est en droit de se poser des questions sur cette Maison Blanche qui aurait pu payer une note très salée si la Roma s’était montrée plus réaliste, mardi à Santiago-Bernabeu. A l'arrivée, le Real s'est imposé 2-0, pliant l'affaire en quatre minutes au cœur de la seconde période, par Ronaldo (64e) et James (68e). Mais, à part ça, le Real Madrid n’a pas montré grand-chose collectivement parlant et parfois étalé des faiblesses inquiétantes. Zidane a du pain sur la planche.

Que d'occasions romaines...

Forts de leur net avantage de l'aller (victoire 2-0 à Rome), les joueurs de ZZ ont pris le match par le bon bout. Sans calcul. Mais s'ils ont mis le pied sur le cuir et surtout tenté leur chance de loin, ce sont les hommes de Luciano Spalletti qui ont failli ouvrir la marque. Au quart d'heure de jeu, sur une accélération de l'insaisissable Mohamed Salah, Stephan El Shaarawy s'est intelligemment effacé pour ouvrir le chemin du but à Edin Dzeko, qui n'a pas cadré (14e). Salah a imité le Bosnien quelques minutes plus tard. Lui aussi a frappé à côté (26e).

Dominateur mais fragile sur ses bases, le Real Madrid aurait pu ouvrir le score juste après cette alerte. Mais Cristiano Ronaldo, aligné en pointe en l'absence de Karim Benzema, a buté sur Wojciech Szczesny à deux reprises (28e, 33e).

Casemiro et El Shaarawy au sol

Casemiro et El Shaarawy au solAFP

Pas très fringant et stéréotypé dans son expression collective en première période, le Real Madrid n'a pas montré grand-chose de plus au retour des vestiaires. Et, après une parade de choix de Szczesny sur une reprise acrobatique de James (50e), c'est une nouvelle fois Salah qui s'est retrouvé face à Navas pour… une nouvelle frappe à côté (51e). Trois énormes occasions. Trois tirs non cadrés. Alessandro Florenzi et Konstantinos Manolas, eux, ont fini par viser juste. Mais ont eu maille à partir avec le portier costaricien du Real (51e, 57e), qui a éteint les derniers espoirs romains et n'a toujours pas pris de but en C1.

Parce qu'après ça, Cristiano Ronaldo a ouvert le score sur son 11e tir du match et après un centre de Vazquez (1-0, 64e). Son 13e but cette saison en C1. Et James Rodriguez, dans un angle fermé, a doublé la mise alors que toute la ville de Rome attendait un centre du Colombien (2-0, 68e). Un dernier tir sur le poteau romain, de Perotti (88e), n'a fait que confirmer ce que l'on subodorait déjà : la Roma ne marquerait pas, permettant au Real Madrid d'éliminer une formation italienne en match aller - retour pour la première fois sa confrontation face à au Naples de Maradona en... 1987/1988.

0
0