AFP

ASM-City (3-1), l'antisèche : Si une équipe peut rêver plus grand, c'est Monaco

L'antisèche : Si une équipe peut rêver plus grand, c'est Monaco

Le 16/03/2017 à 00:30Mis à jour Le 16/03/2017 à 00:39

LIGUE DES CHAMPIONS - Monaco a réalisé une énorme performance terrassant Manchester City (3-1) pour accéder aux quarts de finale, malgré sa défaite il y a trois semaines à l'Etihad (5-3). La jeune équipe de Leonardo Jardim n'a pas volé cet exploit. Il peut d'ailleurs en appeler d'autres. Notre antisèche.

Le jeu : Monaco, parfait à tous les niveaux

Du talent, de l'impact, du cœur, du caractère… Il y avait tout dans le match que Monaco a livré face à Manchester City. Le talent et l'impact en première période, quand l'ASM a littéralement étouffé son adversaire avec un pressing infernal, une agressivité de tous les instants dans les duels, et des différences énormes faites sur les côtés. Un contraste saisissant avec le match aller tant City lui avait fait mal sur les côtés.

Et après la pause, le cœur et le caractère des Monégasques ont prédominé. Pour résister au retour de City, réorganisé au milieu quand De Bruyne a reculé d'un cran pour aider le pauvre Fernandinho. Et comme un clin d'œil, pour répondre au but anglais en allant chercher la qualification sur un coup de pied arrêté, ce domaine où les Monégasques avaient failli à l'aller. C'était une partition parfaite de l'équipe de Leonardo Jardim, à tous les niveaux.

Les joueurs : Mendy a dynamité City

Benjamin Mendy, ultra-présent en attaque comme en défense sur son côté gauche, a été déterminant et fait beaucoup de mal à City. Tout comme Fabinho, impressionnant dans la récupération. Mais c'est impossible de ressortir seulement deux joueurs du lot côté monégasque. Ils ont tous été performants, de Subasic, décisif, à Germain, qui a su peser en l'absence de Falcao. En passant par la charnière Jemerson-Raggi, le héros Bakayoko, les créateurs inspirés Lemar et Bernardo Silva et le phénomène Mbappé. Petit bémol pour Sidibé, trop attentiste sur le but de Sané.

Kylian Mbappé félicité par Benjamin Mendy après son but face à Manchester City

Kylian Mbappé félicité par Benjamin Mendy après son but face à Manchester CityPanoramic

Du côté de City, il n'y a rien eu de bon chez les défenseurs, que ce soit dans l'axe avec Stones et Kolarov, ou sur les côtés avec Clichy et Sagna. Fernandinho a perdu des ballons importants dans l'entrejeu où De Bruyne et David Silva ont repris vie après une première période transparente. Sterling et Sané aussi, mais ils n'ont jamais eu le même impact qu'à l'aller même si les deux ailiers sont à l'origine du but mancunien. Agüero, sevré de ballons lors des 45 premières minutes, a manqué d'efficacité après la pause.

Le facteur X : Fernandinho, le mauvais choix de Guardiola

Yaya Touré n'aurait vraiment pas été inutile dans l'entrejeu de Manchester City. Mais Josep Guardiola a préféré aligner Fernandinho et ce n'était pas un choix inspiré. Parce qu'il était le joueur laissé libre par le pressing de Monaco et qu'il n'a pas su donner de l'air à City dans une première période étouffante pour les Anglais. La qualité de passe de Yaya Touré n'aurait pas été superflue pour permettre aux Citizens de sortir. Cela aurait peut-être atténué la domination monégasque lors du premier acte. Et évité à City de rejoindre les vestiaires avec un break de retard.

Pep Guardiola face à Monaco

Pep Guardiola face à MonacoAFP

La stat : 2

Kylian Mbappé est un véritable OVNI. La pépite monégasque a initié le succès de l'ASM en ouvrant le score à Louis-II après avoir déjà marqué à l'aller, pour sa toute première titularisation en Ligue des champions. Deux buts pour un joueur de moins de 20 dans les tours à élimination directe de cette compétition, ce n'était plus arrivé depuis la saison 2003-04. Ça en dit long sur l'ampleur du phénomène.

Le tweet qui force le respect

La décla : Bernardo Silva (milieu offensif de Monaco)

" On n'a pas tremblé. Ce qui fait notre force cette saison, c'est qu'on n'a pas peur de jouer."

La question : Monaco peut-il viser plus haut ?

Ce n'était pas un très grand Manchester City à Louis-II. Mais c'était quand même l'équipe de Josep Guardiola et un demi-finaliste de la précédente édition. Il ne faut vraiment pas négliger la performance de Monaco. L'équipe de Leonardo Jardim a montré d'incroyables qualités en attaque tout au long de la saison et elle les a confirmées ce soir. En affichant aussi toutes les vertus de son collectif pour aller chercher sa qualification. Sans deux éléments clés de son équipe-type, Kamil Glik et Radamel Falcao, forfait de dernière minute. Ce que l'ASM a fait, c'est très fort.

Cette équipe monégasque a plus d'arguments que celle qui avait échoué, cruellement, devant la Juventus Turin il y a deux ans. Sur son niveau de jeu, elle a montré sur l'ensemble des deux matches face à City qu'elle avait sa place dans le Top 8 européen. La coutume est de dire que son avenir dans cette Ligue des champions dépendra du tirage au sort. Ça joue forcément. Mais quel que soit son adversaire, il lui faudra être très fort sur deux matches pour vaincre la bande de Leonardo Jardim. Ce n'est certainement pas Guardiola, jamais éliminé avant les demi-finales jusqu'ici, qui dira le contraire.

0
0