AFP

Ligue des champions : le Bayern Munich étrille Arsenal (5-1) en 8e de finale aller

Le Bayern a (quasiment) déjà plié l'affaire

Le 15/02/2017 à 22:53

LIGUE DES CHAMPIONS - Jusqu'à la pause, les Gunners tenaient tête aux Bavarois. Mais la sortie de Laurent Koscielny sur blessure a tout changé : Robert Lewandowski et Thiago Alcantara, auteur d'un doublé, et Thomas Müller ont fait exploser la défense londonienne (5-1) en seconde période. Pour offrir au Bayern un matelas confortable avant le 8e de finale retour, dans trois semaines.

Le Bayern n’y est pas encore. Mais il a quand même un pied et quatre orteils en quart de finale de la Ligue des champions. L’équipe de Carlo Ancelotti a produit son effort en seconde période pour signer faire exploser Arsenal mercredi à l’Allianz Arena (5-1). Des buts d’Arjen Robben, Robert Lewandowski, Thomas Müller et un doublé de Thiago Alcantara ont placé le FCB sur une voie royale avant le match retour à l’Emirates le 7 mars. Même si la réalisation d’Alexis Sanchez laisse un semblant d’espoir à la formation d’Arsène Wenger.

Il aurait peut-être été plus grand sans la blessure de Laurent Koscielny (49e). Car elle a précipité le naufrage d’Arsenal. Sans son défenseur français, l’arrière-garde des Gunners a été submergée en moins d’un quart d’heure par les vagues bavaroises. Robert Lewandowski a fait basculer le match, d’abord en reprenant de la tête un centre de Philipp Lahm pour redonner l’avantage au Bayern (2-1, 53e), puis en lançant d’une talonnade subtile Thiago Alcatara vers un duel victorieux face à David Ospina pour le but du break, trois minutes plus tard (3-1, 56e).

Les Gunners ont fait illusion un quart d’heure

Arsenal ne s’en est pas remis. Thiago Alcantara a corsé l’addition d’une frappe déviée par Kieran Gibbs qu’Ospina n’a pu que repousser dans son but (4-1, 63e). Puis Thomas Müller, entré en cours de jeu, a ajouté un cinquième but plein de sang-froid (5-1, 88e). Le score aurait même pu être plus sévère pour les Gunners sans les parades de son portier colombien devant Lewandowski (61e), Javi Martinez (63e), Arturo Vidal (68e) et Douglas Costa (83e). Et sans la générosité de l’arbitre, Milorad Mazic, sur une reprise de Robben sauvée de la main par Kieran Gibbs (61e).

Avant de craquer dans les vingt minutes qui ont suivi la blessure de Koscielny, Arsenal tenait pourtant le bon bout. Dominés en début de match et victimes du talent de Robben, toujours aussi brillant quand il revient vers l’intérieur avant d’armer son terrible pied gauche (1-0, 11e), les Gunners avaient su réagir avec un penalty malicieusement obtenu par Koscielny, venu gratter un ballon dans les pieds de Lewandowski qui s’apprêtait à dégager. Alexis Sanchez, en trois temps, a fini par tromper Manuel Neuer pour égaliser (1-1, 30e).

Derrière, Arsenal avait repris du poil de la bête. Mais ça n’a duré qu’un quart d’heure. Et l’incapacité des Gunners à tenir tête au club allemand sur la seconde période, à se remettre de la blessure de Koscielny, a été logiquement sanctionnée par l’équipe de Carlo Ancelotti. L’entrée en jeu d’Olivier Giroud (77e) n’a rien changé à la donne. Et laisse entrevoir un scénario des plus classiques pour la formation d’Arsène Wenger : une élimination dès le stade des huitièmes de finale, pour la septième année consécutive.

0
0