Getty Images

Bayern-PSG (3-1), l'antisèche : Pour un prétendant, ce n'est pas suffisant

L'antisèche : Pour un prétendant, ce n'est pas suffisant

Le 06/12/2017 à 00:10Mis à jour Le 06/12/2017 à 08:46

LIGUE DES CHAMPIONS - Même s'il a assuré l'essentiel en conservant sa première place, le PSG est globalement passé à côté du test qui l'attendait mardi face au Bayern Munich (3-1). Les Parisiens ont confirmé leurs difficultés à s'exprimer dans des grands matches à l'extérieur. Cela semble rédhibitoire pour un club qui ambitionne de remporter la Ligue des champions.

Le jeu : Un sursaut insuffisant

Le PSG n'a pas joué un match de Coupe d'Europe pendant les 45 premières minutes. Contrairement au Bayern. Sans être grand, le club bavarois a été supérieur à Paris dans tous les domaines, notamment dans l'approche tactique du match et l'agressivité dans les duels. Comme les Parisiens à l'aller, les hommes de Jupp Heynckes ont su faire preuve d'un grand réalisme pour concrétiser cette supériorité et prendre un break d'avance décisif sur le résultat. Ceux d'Unai Emery ont eu le mérite de réagir en seconde période, d'adopter une meilleure attitude et de réduire l'écart. Un sursaut notable mais insuffisant. Et éteint par le troisième but du Bayern en contre.

Les joueurs : A part Mbappé…

Le seul joueur à ressortir du lot, c'est Kylian Mbappé. Le plus jeune de cette équipe du PSG, mais le seul à avoir été au niveau de ce choc sur l'ensemble du match, au-delà de son but. Contrairement à Neymar, qui n'a pas su endosser le rôle de leader attendu sur ce type de rencontre. Et, surtout, de Dani Alves. Les trois buts bavarois viennent du côté gardé par le Brésilien, hors-sujet de bout en bout. En face, les trois Français du Bayern ont fait beaucoup de mal aux Parisiens. Franck Ribéry, pourtant à court de rythme, a été le détonateur de jeu bavarois et Kingsley Coman son accélérateur. Et que dire de Corentin Tolisso, impérial au milieu et auteur d'un doublé.

Kylian Mbappé marque face au Bayern

Kylian Mbappé marque face au BayernGetty Images

Le facteur X : La gestion de la blessure de Thiago Silva

Touché sur un contact avec Robert Lewandowski à la 65e minute de jeu, Thiago Silva a repris le jeu en étant considérablement diminué. Trop pour monter sur Corentin Tolisso sur le troisième but bavarois. Derrière, le Brésilien s'est mis au sol pour arrêter le jeu et Presnel Kimpembé a pu faire son entrée. Il aurait dû faire ça avant le but, même si son remplaçant n'était pas totalement prêt. Entre le moment où Silva s'est blessé (65e) et celui où Kimpembé l'a remplacé (73e), il s'est passé huit minutes durant lesquelles le PSG était quasiment à dix. Le Bayern en a profité pour marquer et sceller sa victoire. A ce niveau, ces petits détails font une grande différence. Paris ne les maîtrise pas.

La stat : 2

Trois ans. Il faut remonter à trois ans en arrière pour voir le PSG, déjà battu samedi à Strasbourg en championnat (2-1), subir deux défaites consécutives toutes compétitions confondues. En décembre 2014, ses deux bourreaux s'appelaient Barcelone (3-1) et Guingamp (1-0).

Le tweet que Dani Alves voudrait oublier

La décla : Nasser Al-Khelaifi (président du PSG, au micro de BeIN Sports)

" On a des grands joueurs, on ne vient pas ici pour prendre 3-1. "

La question : Cette défaite remet-elle en cause les ambitions européennes du PSG ?

Il n'y aura jamais de honte à s'incliner sur le terrain d'un géant européen comme le Bayern Munich. Des clubs bien plus réputés que le PSG y sont tombés eux-aussi. Et au moins, Paris a évité le pire en sauvant sa première place. Elle était déterminante dans l'optique des huitièmes de finale, avec la perspective et d'affronter un deuxième de groupe et de jouer le match retour au Parc des Princes. A l'arrivée, le PSG a fini en tête de son groupe devant le Bayern Munich. C'est quand même remarquable.

Mais ça ne masque pas les manques de cette équipe incapable de jouer son football sur des gros déplacements. A Munich, on a retrouvé certaines lacunes déjà présentes cette année quand Paris avait sombré à Barcelone (6-1), ou même à Nice (3-1) et à Marseille (2-2) en championnat. Un problème d'attitude notamment. On attendait justement que cette équipe prouve sa progression dans ce domaine en Bavière. Elle ne l'a pas fait. Et tant qu'elle ne sera pas capable de jouer sur sa valeur dans ce type de rencontres, elle ne sera pas en mesure de remporter la Ligue des champions.

Unai Emery et le PSG sont passés à côté du test Bayern

Unai Emery et le PSG sont passés à côté du test BayernGetty Images

0
0