Getty Images

Le Barça est-il encore un favori naturel au sacre en C1 ?

Le Barça est-il encore un favori naturel au sacre ?

Le 12/09/2017 à 07:25

LIGUE DES CHAMPIONS - Le FC Barcelone a perdu de sa superbe. Et ce n'est pas seulement lié au départ de Neymar cet été. Avant de retrouver le Juventus pour cette nouvelle saison de la Ligue des champions, le Barça n'est plus la terreur de l'Europe comme c'était le cas il y a quelques saisons.

C'est plus qu'une impression. Et qui ne date pas seulement de cet été. A l'heure d'aborder cette nouvelle saison de Ligue des champions, un constat s'impose : le FC Barcelone fait moins peur. Et ce n'est pas seulement lié au départ de Neymar. Non, c'est une tendance qui se dessine depuis quelques années maintenant. Le Barça a pourtant remporté la C1 en 2014-2015. Mais ce n'est plus la terreur des exercices passés.

Rappelez-vous : il y a quelques années, le club catalan était l'ogre éviter lors des tirages. A juste titre. De l'édition 2007-2008 à celle 2012-2013, les Blaugrana n'ont jamais été éliminés avant les demi-finales. A l'époque, c'était une vraie machine de guerre. Une armada qui provoquait des cauchemars à toutes les équipes adverses. Mais voilà, ce n'est jamais évident de rester au sommet et de conserver un telle dynamique. Le FC Barcelone n'a pas su le faire.

Luis Suarez avec le FC Barcelone

Luis Suarez avec le FC BarceloneGetty Images

Neymar laisse un vide mais son transfert n'est pas la seule raison

Au fil des années, le géant catalan n'est pas parvenu à se réinventer et s’est peu à peu délité. Des leaders comme Andres Iniesta ou encore Sergio Busquets ont perdu de leur superbe. Et après plusieurs mercatos loin des attentes, le FC Barcelone, qui sort moins de pépites de sa Masia, n'a pas réussi à insuffler du sang neuf apte à compenser les départs de Dani Alves, Xavi and co. Un symbole de ce changement de statut ? Depuis 2013, la formation catalane a échoué en quart trois fois sur quatre. Et sans un scénario marqué pas une déconfiture improbable du PSG, le Barça n'aura même jamais dû passer les huitièmes lors du dernier exercice. Le quart contre la Juve (3-0, 0-0) n'a fait que confirmer cette impression.

Alors bien sûr, le FC Barcelone reste une équipe redoutable avec des individualités d'exception. Lionel Messi est toujours ce monstre sacré de la planète football. Sur une action, la Pulga peut faire basculer n'importe quel match. Luis Suarez est lui un buteur hors norme. Mais le style barcelonais fait moins de ravages. Ce fameux jeu basé sur des successions de passes courtes qui a fait la grandeur du Barça est plus stérile qu'à une époque. Et le départ de Neymar est venu enfoncer encore un peu le clou.

L'assurance du Barça a volé en éclat quand le PSG a surpris la planète football en lâchant 222 millions. Sans le Brésilien, le Barça a moins de certitudes, moins d'arguments, moins de claquant. Pour cette saison et son avenir. Et ce n'est pas faire injure à Ousmane Dembélé de le dire. A l'heure actuelle, les deux ne jouent pas dans la même catégorie. Voilà pourquoi le FC Barcelone, humilié par le Real Madrid en Supercoupe d'Espagne début août, attaque cette C1 moins sûr de sa force. Dominé pour le moment par son rival madrilène, moins serein que le Bayern Munich, il ne fait même plus partie des hyper-favoris de l'épreuve. Et cela faisait longtemps que ce n'était pas arrivé. Ernesto Valverde a plusieurs mois pour travailler et changer cette courbe.

0
0