AFP

Kylian Mbappé après France-Espagne : "C'était satisfaisant pour une première titularisation mais..."

Mbappé : "C'était satisfaisant pour une première titularisation mais..."

Le 29/03/2017 à 10:31Mis à jour Le 29/03/2017 à 10:57

MATCH AMICAL – Désarmant de décontraction devant les micros, Kylian Mbappé est revenu avec franchise sur sa première titularisation en bleu. Avec une intransigeance certaine et un bon brin de recul.

Il a fallu que l'attaché de presse de l'équipe de France finisse par perdre patience. Kylian Mbappé était parti pour refaire le match toute la nuit avec les journalistes. Avec son sourire désarmant et ses paroles pleines de bon sens, il a pris le temps de revenir sur sa titularisation face à l'Espagne (0-2) et sa semaine à faire tourner n'importe quelle tête. Pas la sienne : "Ne vous inquiétez pas pour moi, je suis bien entouré", s'est-il amusé. Avant de reconnaître : "Même si, quand je vois ma tête en Une de tous les journaux, ça fait toujours plaisir." Non, il n'y a pas à s'inquiéter pour le prodige monégasque, aussi désarmant devant les micros que sur les terrains. La même spontanéité, la même fraicheur.

Celle d'un homme qui ne doute jamais, ne recule devant rien. Que ce soit devant défenseurs de la trempe de Ramos et Piqué ou des forêts de micros. "Ramos et Piqué, ce sont des grands joueurs, mais sérieusement quand vous êtes sur le terrain vous n’avez pas le temps de regarder qui est derrière vous. Je ne suis pas du genre à avoir des appréhensions", témoigne-t-il. On l'avait remarqué. Face à la Roja, il fut l'attaquant le plus remuant, le Français le plus audacieux. Du haut de ses 18 ans.

Feu dans les jambes, plomb dans la tête

De quoi se satisfaire de cette première semaine en sélection. Sauf quand on a l'ambition de Mbappé : "Aujourd’hui, c’était satisfaisant mais si j’ai la chance de revenir et que dans quatre-cinq sélections je fais encore ça, je ne dirai plus que c’est encourageant. Là, c’est parce que c’était une première titularisation !"

Première sélection ou pas, Mbappé ne se pardonne rien. Surtout pas cette frappe soudaine détournée par De Gea en début de rencontre : "Le gardien fait un bel arrêt. Je peux mieux la mettre aussi." Son intransigeance est peut-être le meilleur de ses atouts. Pour le reste, il a prouvé encore une fois ce mardi qu'il avait tout pour réussir. Du feu dans les jambes et du plomb dans la tête. Son entente avec Griezmann est pleine de promesses et il ne lui aura manqué qu'un but pour parachever un rendez-vous international qui en appelle de nombreux autres.

Vidéo - Lopetegui : "Mbappé a un talent extraordinaire"

00:51

"Je vois que ça a l'air de vous plaire"

"Des jeunes, j'attends de l'enthousiasme, de la générosité", prévenait Deschamps en début de rassemblement. "Ils ont le droit à l'erreur mais ils doivent faire ! Ne pas faire est quelque chose que j'ai beaucoup de mal à accepter, à supporter." Le sélectionneur a été servi avec la pépite monégasque. Face à l'Espagne, il a tenté chaque fois qu'il en a eu l'occasion. Sur chaque prise de balle, il a fait frémir le Stade de France. Il faut dire que dès la présentation des joueurs, la simple évocation de son nom a réveillé l'enceinte et seul Antoine Griezmann a pu rivaliser à l'applaudimètre.

Vidéo - Deschamps : "Sur certaines actions, Mbappé a montré tout son potentiel"

00:43

Même constat face aux journalistes : sa décontraction naturelle a charmé son auditoire. "Lui, il a tout compris. Même devant nous, il est largement au-dessus des autres", nous a glissé un confrère. Comment expliquer une telle facilité dans la prise de paroles ? "Ca vient de mon éducation mais je vois que ça a l'air de vous plaire." Là-encore, Mbappé a tapé dans le mille.

0
0