Getty Images

L'Italie ne sera pas du voyage en Russie !

L'Italie ne sera pas du voyage en Russie !

Le 13/11/2017 à 22:43Mis à jour Le 14/11/2017 à 00:15

BARRAGE COUPE DU MONDE - C'est terminé pour l'Italie, privée du Mondial 2018. La Squadra Azzurra, incapable de trouver l'ouverture en barrage retour face à la Suède lundi soir (0-0), après sa défaite de l'aller vendredi (1-0), ne participera pas à la Coupe du monde en Russie. Une première depuis 1958. La Suède s'offre elle sa première phase finale depuis 2006.

Elle l'a fait ! Au terme d'une rencontre qu'elle a passée à défendre, la Suède est parvenue à accrocher le nul qu'il lui fallait (0-0), lundi soir à San Siro, en barrage retour face à l'Italie et se qualifie ainsi pour sa 12e Coupe du monde. Il s'agira du premier Mondial pour les Blagult depuis 2006. Pour la Squadra, c'est en revanche un séisme impensable, d'autant que les Italiens ont eu les occasions pour se qualifier 90 minutes durant. Au lieu de cela, pour la première fois depuis 1958, l'Italie, quadruple championne du monde, ne sera pas du rendez-vous planétaire en Russie.

Et les hommes de Gian Piero Ventura, sur qui les critiques risquent de tomber ces prochains jours, se demanderont sans doute longtemps comment ils ont pu ne pas marquer. 75% de possession de balle, 25 tirs à 6 : la domination italienne a été totale, du début à la fin de la rencontre. Bien sûr, on n'oubliera pas non plus les deux penalties non sifflés (13e, 29e) en faveur de Suédois, dangereux une seule fois, sur une tentative de Claensson captée par Buffon (22e). Derrière, la Squadra a poussé.

La folie d'Insigne a manqué

Privée de Verratti, suspendu, et avec Jorginho préféré à de Rossi, l'Italie a dû attendre 40 minutes pour cadrer son premier tir, sur une tentative d'Immobile freiné par Olsen et dégagé sur la ligne par Granqvist. Mais, à l'image de Florenzi (6e), Darmian (14e), Immobile (15e), Candreva (27e), Gabbiadini (42e) ou Bonucci (43e), la Squadra a beaucoup trop gâché. Et lorsque Florenzi a enfin fait une différence balle au pied, Olsen s'est parfaitement interposé (44e). Mais la Suède reculait de plus en plus et s'exposait aux accélérations italiennes.

La deuxième période a été une copie conforme de la première et a confirmé les difficultés offensives italiennes (deux buts marqués au cours de ses six derniers matches). Tour à tour, Florenzi (53e, 66e, 77e), Candreva (61e), Immobile (64e) se sont montrés imprécis tandis qu'Olsen poursuivait sa série d'arrêts faciles devant Chiellini (57e) et Jorginho (73e). Alors que l'on attendait l'entrée d'Insigne, dont la folie a sans doute manqué à l'Italie, Ventura lui a préféré El-Shaarawy, Belotti et Bernadeschi.

La fin de rencontre approchant, la Squadra a alors jeté ses dernières forces dans la bataille mais ni Parolo (82e) et Belotti (85e), imprécis, ni El-Shaarawy (87e), auteur d'une belle volée repoussée par Olsen (87e) n'ont délivré un San Siro qui avait pourtant répondu présent pour ce rendez-vous si important. Mais, soixante ans après le Mondial en Suède, l'Italie manquera bel et bien la Coupe du monde en Russie. Comme un drôle de pied de nez, ce sera au profit des Suédois.

0
0