Getty Images

La Suisse qualifiée après son nul contre l'Irlande du Nord (0-0)

La Suisse garde ses bonnes habitudes

Le 12/11/2017 à 19:47Mis à jour Le 14/11/2017 à 20:22

MONDIAL 2018 - La Suisse est le 27e pays qualifié pour la prochaine Coupe du monde. Après sa victoire 1-0 à l'aller en Irlande du Nord, la Nati a assuré l'essentiel dimanche soir à domicile avec un nul vierge (0-0) et disputera sa quatrième phase finale de rang.

La différence s'est donc faite sur un coup de sifflet de l'arbitre roumain Ovidiu Hategan lors du match aller à Belfast dans ce barrage entre Helvètes et Nord-irlandais. Le penalty inscrit par Ricardo Rodriguez aura suffi car la manche retour s'est achevée sans but (0-0). Mais sur la pelouse grasse du parc Saint-Jacques de Bâle, les deux sélections ont offert un combat intense et de tous les instants. La Nati se qualifie pour sa quatrième Coupe du monde consécutive, la 11e de son histoire.

S'il faut retenir un héros côté suisse, il s'agit certainement du latéral de l'AC Milan. Buteur à l'aller, Rodriguez a été l'auteur dans les ultimes minutes de ce barrage retour (90e+2) d'un sauvetage spectaculaire sur sa ligne après une tête dangereuse de Jonny Evans. Cette occasion était la plus franche des joueurs de Michael O'Neill galvanisés depuis la défaite de jeudi soir et ce qu'ils considèrent comme une injustice.

La Suisse dominatrice mais imprécise

L'Irlande du Nord a été guidée par son capitaine, le latéral gauche Chris Brunt, attiré comme un aimant par le ballon. D'entrée, sa lourde frappe a inquiété Yann Sommer (2e). Il s'est ensuite essayé à deux reprises mais sans cadrer cette fois. Laborieuse mais plein d'intention, l'Irlande du Nord aura été plus tranchante qu'à l'aller mais trop limitée pour inquiéter la Suisse.

Et si la sélection britannique s'en est sortie avec un nul à Bâle, elle le doit à son portier Michael McGovern. Le portier nord-irlandais a fait honneur à son rôle de dernier rempart. Lors de son remplacement en fin de match, le visage d'Haris Seferovic a trahi une frustration à laquelle le gardien de Norwich n'est pas étranger. Après avoir buté sur McGovern (23e) après un bel enchainement, l'attaquant du Benfica Lisbonne a complètement manqué la cible sur un face-à-face (85e) qui aurait pu libérer le stade un peu plus tôt.

Dominatrice mais très imprécise, la Suisse a finalement franchi ce barrage déséquilibré sans briller. Mais le sélectionneur pourra retenir l'émergence de deux jeunes joueurs Manuel Akanji (22 ans), titulaire en défense centrale à la place de Johan Djourou blessé, et Denis Zakaria préféré au milieu à Valon Berhami. A charge pour eux de confirmer les espoirs placés en cette équipe durant le Mondial russe.

0
0