Eurosport

Remaniement : notre gouvernement du football français

Remaniement : notre gouvernement du football français

Mis à jourLe 11/02/2016 à 17:30

Publiéle 11/02/2016 à 17:27

Mis à jourLe 11/02/2016 à 17:30

Publiéle 11/02/2016 à 17:27

Article de Cyril Morin

FOOTBALL - Après des semaines de tractations, François Hollande et Manuel Valls ont donc formé un nouveau gouvernement ce 11 février. Eurosport.fr a décidé de les imiter et d’inventer son gouvernement idéal du football français. Pas de ligne politique réellement définie, simplement une accumulation de certaines figures du football français.

Gouvernement du foot français 800 px
  • Premier ministre : Nasser Al-Khelaïfi

Pour diriger un gouvernement, il faut un homme à poigne, respecté et qui pèse de tout son poids. Un patron quoi. Depuis son arrivée à la tête du PSG, Nasser Al-Khelaïfi a imposé son management au sein du club parisien et même en dehors. Il dirige la plus grosse armada du foot français et est désormais membre du conseil d’administration de la LFP. Le boss.

  • Ministre des Affaires Étrangères et du Développement international : Kermit Erasmus

C’était inévitable. On ne connaît pas encore grand chose de cet attaquant sud-africain de 25 ans. Mais une chose est sûre, son nom est celui qu’il fallait pour relancer une Europe si souvent tancée par nos responsables politiques. Échange culturel, soirées animées et maîtrise des langues, voilà le programme d’Erasmus au Quai d’Orsay. Séduisant.

  • Ministre de l’Écologie : Loulou Nicollin

Après le succès de la Cop 21 à Paris en novembre, il faut une forte personnalité pour occuper le poste. Avec de l’expérience dans le domaine. Loulou Nicollin a le profil idoine. Dirigeant d’une société de nettoyage urbain, il aura également l’occasion de faire valoir sa “gouaille” légendaire. Quitte à changer un peu la face de la diplomatie environnementale.

  • Ministre de l’Éducation nationale : Christian Gourcuff
  • Ministre de la Justice : Tony Chapron

De l’autorité. Voilà pourquoi Tony Chapron a été choisi pour devenir garde des Sceaux. Avec lui à la Justice, ça file droit. Et, au moindre faux pas (ou non d’ailleurs), c’est carton. Son dernier match, Monaco-Nice (1-0), sera sa ligne directrice : 10 cartons jaunes et un rouge.

Tony Chapron en 2015
Tony Chapron en 2015 - AFP
  • Ministre des Finances et comptes publics : le duo Labrune/Margarita

Avec une dette à plus de 2100 milliards d’euros, il est urgent d’assainir les finances françaises. En nommant Vincent Labrune et Margarita Louis-Dreyfus à Bercy, c’est l’assurance de retrouver des comptes publics dans le vert. Bon, évidemment, cela passe par quelques saignées estivales, mais peu importe. Et puis, une fois les comptes rétablis, ne comptez pas sur eux pour investir le moindre million. On se fait prêter d’anciens joueurs vendus à prix d’or l’été dernier et le tour est joué.

  • Ministre de la Défense : Thiago Silva

Qui d’autre ? Pour mener la stratégie militaire de la France, il fallait un guerrier impassable. “O Monstro” Thiago Silva sera l’homme à même de préparer la défense française. Une grande responsabilité donc. En 2014, cela ne lui avait pas franchement réussi. Espérons que ça soit un peu mieux en 2016.

Thiago Silva PSG
Thiago Silva PSG - Panoramic
  • Ministre de la Santé : Abou Diaby

Le poste a été très disputé. Yoann Gourcuff a longtemps cherché à prendre la tête de ce ministère. Et puis, finalement, c’est le Marseillais Abou Diaby qui a été choisi pour sa connaissance du corps humain et des blessures possibles. Avec son retour annoncé contre Trélissac ce jeudi, c’est même l’assurance d’avoir un ministre remis sur pied.

  • Ministre de l’Emploi (fictif) : Claude Makelele

C’est presque passé inaperçu, et pourtant, Claude Makelele a retrouvé un emploi après son passage sur le banc de Bastia. En devenant le nouveau directeur sportif de l’AS Monaco, l’ancien milieu de terrain a surpris beaucoup de monde (lien). Jamais passé par le club de la Principauté, on se demande encore aujourd’hui son rôle au sein du club.

Rolland Courbis en tant que “conseiller communication” du président Ruello à Rennes aurait pu se saisir du poste mais sa nomination en tant qu’entraîneur du Stade Rennais l’empêche de prendre ce portefeuille.

  • Ministre de l’Intérieur : Stéphane Ruffier

Le choix du gardien de l’AS Saint-Etienne n’a souffert d’aucune contestation. Taiseux, solitaire et impressionnant physiquement, il possède toutes les qualités pour diriger la Place Beauvau. Bon et puis la comparaison fréquente avec les gendarmes aide un peu.

  • Ministre de l’Agriculture et de la pêche : Zlatan Ibrahimovic

Il aurait pu être à la tête d’autres ministères bien plus importants. Mais, pour remplacer Stéphane Le Foll, Zlatan Ibrahimovic a décidé de se consacrer à son autre passion : la pêche. À noter que son directeur de cabinet se nomme Zoumana Camara.

  • Ministre du Logement : Jean-Michel Aulas

Lui aussi aurait pu prétendre à d’autres maroquins ministériels. Mais finalement, Jean-Michel Aulas sera ministre du Logement. Avec son stade dont il a vanté les mérites pendant des années, il est désormais propriétaire. Bon par contre, ne comptez pas sur lui pour trouver le nom des nouveaux stades construits.

Jean-Michel Aulas
Jean-Michel Aulas - AFP
  • Ministre de la Culture : Hatem Ben Arfa

C’est une déclaration qui lui a longtemps valu des moqueries. Alors, à l’heure de trouver le successeur de Fleur Pellerin, les lectures philosophiques d’Hatem Ben Arfa ont pesé lourd. Sa passion assumée pour Kant, Nietzche ou Spinoza lui permet donc de prendre la tête du ministère de la Culture. Et de transformer les dribbles en art contemporain.

  • Ministre de la communication : Michy Batshuayi

Un joueur connecté, adepte du numérique et doté d’un peu d’humour. Michy Batshuayi est donc nommé ministre de la Communication. Un peu de Bob l’Eponge et d'émojis dans une communication gouvernementale souvent technocratique, cela ne fera pas de mal.

  • Commerce extérieur : Jardim et son président

Chaque année, c’est la même histoire. Monaco commence la saison avec des jeunes pousses (presque) inconnues avant de les revendre au prix fort. Avec un déficit extérieur de 45,7 milliards d’euros en 2015, la France a bien besoin de l’aide de Leonardo Jardim et Dmitri Rybolovlev pour soigner ce déficit et mieux vendre ses produits.

  • Égalité des chances et droits des femmes : Corinne Diacre

Son arrivée sur le banc de Clermont en 2014 avait été vu par un coup de com’ de la part de son président, Claude Michy. Un an et demi plus tard, Corinne Diacre est toujours à la tête du club auvergnat et a même prolongé son contrat. Si son exemple n’a pas encore créé une dynamique au plus haut niveau, un ministère pourrait faire changer les choses.

  • Transports : Lucas Silva

C’est l’invité de dernière minute. Le Brésilien devait forcément prendre la tête de ce ministère. Avec la récente loi Macron, les autobus devraient se multiplier sur les routes de France. Et avec sa connaissance de celui de l’Olympique de Marseille, sûr que le joueur prêté par le Real Madrid devrait bien s’en sortir. Ou pas…

NB : Si François Hollande est présent sur la photo, c'est qu'il est le président de la République et qu'il n'est techniquement pas touché par un remaniement ministériel puisqu'élu au suffrage universel pour cinq ans, à l'inverse des ministres.

0 commentaire
Vous lisez :