AFP

Contre le Canada, les Françaises veulent oublier Londres et réécrire l'histoire

Contre le Canada, les Françaises veulent oublier Londres et réécrire l'histoire
Par AFP

Le 12/08/2016 à 12:04Mis à jour Le 13/08/2016 à 00:32

JO RIO 2016 - L'équipe de France féminine de football affronte le Canada en quart de finale du tournoi olympique à minuit samedi. L'affiche est spéciale pour les Bleues, privée de médaille de bronze à Londres par ces mêmes Canadiennes. Sur leur route vers la finale olympique, elles doivent effacer la déception de 2012 et définitivement se lancer dans ce tournoi.

L'équipe de France féminine de foot affronte le Canada en quarts de finale des JO 2016 samedi à minuit à Sao Paulo, avec le dernier carré en ligne de mire et une déception cruelle il y a quatre ans dans le rétroviseur. Aux côtés des autres quarts que sont Etats-Unis-Suède, Chine-Allemagne et Brésil-Australie, le duel francophone détone par l'histoire olympique qu'il convoque.

Petite finale des JO de Londres, 9 août 2012 à Coventry, 92e minute du temps réglementaire de France-Canada : contre le cours du jeu, Matheson marque un but comme on plante un poignard aux Bleues, qui voient la médaille de bronze leur échapper, comme précédemment au Mondial 2011.

" C'était horrible, ma plus grosse déception en équipe de France confie à l'AFP la milieu Camille Abily""

"Je pense à ce but et je nous vois nous écrouler, parce que c'était la fin, poursuit-elle. Il y a encore beaucoup de frustration, c'était une déception très cruelle. On a envie de prendre notre revanche."

Le groupe de 18 joueuses compte huit rescapées des Jeux londoniens (Bouhaddi, Renard, Bussaglia, Abily, Necib, Thomis, Delie et Le Sommer), qui pèsent ensemble 1030 sélections, soit près de 130 de moyenne. Pour certaines, la hâte de médaille se fait aiguë, surtout Necib, puisqu'elle arrêtera sa carrière professionnelle après les Jeux, à 29 ans, afin de se consacrer à sa vie de famille.

"Ça ne fait que trois ans que j'ai l'équipe, j'ai entendu parler de cette défaite, mais psychologiquement on est passé à autre chose, en jouant déjà contre le Canada", a pour sa part estimé le sélectionneur Philippe Bergerôo.

Le Canada comme départ réel de la quête de médaille

Les Bleues sortent d'une phase de poules ambiguë : d'un côté, elles ont battu la Colombie (4-0) et la Nouvelle-Zélande (3-0) avec autorité. De l'autre, elles ont perdu face aux Etats-Unis, triples tenants du titre (1-0), après avoir pourtant fait plus que jeu égal. Philippe Bergerôo a fait tourner son équipe face aux Océaniennes, histoire de ménager les organismes dans un tournoi marqué par les longs voyages en avion et les changements brutaux de climat, avec une température équatoriale de 30°C mardi à Salvador divisée par deux à Sao Paulo. Le Sommer, absente sur blessure face aux Américaines, a rejoué ensuite et devrait reprendre sa place en pointe au détriment de Delie. Le schéma classique convoque Necib et Abily en soutien, tandis que Diani et Thomis restent en balance pour l'aile droite.

Eugenie Le Sommer a inscrit le premier but des Bleus face à la Nouvelle-Zélande

Eugenie Le Sommer a inscrit le premier but des Bleus face à la Nouvelle-ZélandeAFP

En face, le Canada a fait forte impression, en battant l'Australie (2-0) et le Zimbabwe (3-1) et surtout l'Allemagne (2-1), devenant ainsi la seule équipe à avoir remporté ses trois matchs parmi les 28 des tournois féminin et masculin. Les "Canucks" possèdent une solidité défensive et des attaquantes redoutables comme leur capitaine Sinclair, deuxième meilleure buteuse de l'histoire du foot féminin (162 réalisations) et Soulier d'Or aux JO 2012 (6 buts), ainsi que Beckie, meilleure buteuse de l'édition actuelle (3 buts).

Depuis la désillusion de Coventry, les Bleues ont affronté trois fois la sélection entraînée par John Herdman, pour un nul (1-1) et deux victoires 1-0, la dernière en match de préparation le 23 juillet à Auxerre. Mais le Canada leur avait "posé quelques problèmes", se souvient Thomis.

Coventry, Auxerre, Sao Paulo, la route est longue et pittoresque. Mais pour les Françaises, seul compte Rio, et la finale au Maracana.

0
0