Eurosport

L’arrêt Bosman a 20 ans, on vous explique tout en une image

L’arrêt Bosman a 20 ans, on vous explique tout en une image

Le 15/12/2015 à 15:11Mis à jour Le 15/12/2015 à 20:49

TRANSFERT - C’est quoi l’arrêt Bosman, cette décision de justice qui a ouvert une nouvelle ère et totalement révolutionné le football des 20 dernières années ? On vous résume tout en une image.

L’arrêt Bosman. C’est l’une des expressions les plus utilisées pour expliquer le football moderne et justifier parfois de la fuite des talents, français notamment, vers l’étranger. Cela fait désormais vingt ans, jour pour jour, que cette décision de justice a changé la face du football mondial. Mais c’est quoi l’arrêt Bosman ? On vous résume tout en une image.

Infographie Arrêt Bosman

Tout débute en 1990. Jean-Marc Bosman est un joueur belge du RFC Liège. En fin de contrat, il souhaite rejoindre Dunkerque en D2 française. À l’époque, Liège a le droit de s’opposer à son départ sans indemnité et demande une compensation financière au club français. Le joueur saisit la justice via la Cour de justice des Communautés européennes qui lui donne raison le 15 décembre 1995. S’ouvre une nouvelle ère pour le football.

Une évolution qui a permis à de nombreuses équipes, anglaises notamment, de dépasser le quota de trois joueurs de nationalités européennes différentes. Arsenal a été l'un des premiers clubs à sauter le pas en présentant plusieurs fois des équipes 100% étrangères, notamment lors de la saison 2004-2005. Une évolution que cherche encore à contrôler le football anglais, en atteste sa volonté de recréer pour obliger les clubs de Premier League à aligner des joueurs britanniques. Une demande restée lettre morte pour l’instant, laissant à l’arrêt Bosman de beaux jours devant lui.

Cela dit, si la libre circulation des joueurs européens est issue de l’arrêt Bosman, elle ne s’applique pas aux joueurs extra-communautaires. Aujourd’hui, les clubs sont toujours limités par un quota pour les joueurs en dehors de l’Union européenne, exceptés ceux issus de pays faisant partie de l'Espace économique européen, de Suisse, de Russie et des pays ayant ratifié l'accord Cotonou (Etats d''Afrique, Caraïbes et du Pacifique). En France, le chiffre est limité à quatre joueurs. Le nombre peut varier selon les championnats.

Enfin, au niveau européen, les clubs doivent présenter une liste de huit joueurs formés sur le sol national pour pouvoir participer à la Ligue des champions et à la Ligue Europa. De quoi limiter (un peu) les effets de cet arrêt symbolique.

0
0