Getty Images

La natation : l'élément indispensable pour aborder un marathon

La natation : l'élément indispensable pour aborder un marathon
Par Speedo

Le 21/04/2017 à 16:24

Dimanche 23 avril, le marathon de Londres verra environ 30 000 personnes s’élancer à l’assaut dès 42,2 Km et à la succession du Kényan Eliud Kipchoge, vainqueur en 2016 en 2h03’05 ". En attendant le grand rendez-vous, la préparation bat son plein. Une préparation qui va notamment passer par la case natation.

Qu’est-ce que le "1K Wet" ?

Le printemps, c’est la saison des marathons et des préparations. A quelques jours du marathon de Londres, qui se déroulera le dimanche 23 avril, le travail de fond pour l’événement est en cours chez les runners amateurs et les meilleurs mondiaux.

Dans l’émission Swim2Run, dont le troisième épisode sera diffusé durant le marathon de Londres, Eurosport a suivi deux runners confirmés désirant terminer l'épreuve sous la barre des 3h45. Conseillés par Annie Emerson, ancienne championne de triathlon, qui a pensé le programme "1K Wet", les deux athlètes ont fait un test grandeur nature du "1K Wet", en plongeant dans les bassins.

Quels avantages apportent la natation chez les runners ?

Un renforcement musculaire général

La natation offre une opposition, celle de l’eau, au sportif : tout effort effectué dans un bassin met donc à contribution l’ensemble des muscles, haut et du bas corps compris. Avec la natation, le haut du corps est développé à parts égales avec le bas. Nager permet un renforcement dorsal et par conséquent l'optimisation de la posture en course. La natation renforce les muscles du haut du corps suivant : trapèzes, deltoïdes, pectoraux, biceps, triceps, avant-bras, abdominaux et dorsaux.

Une meilleure respiration

La respiration abdominale, utilisée lors des séances de course, doit être réglée au millimètre le jour du marathon. Plonger dans un bassin renforce la ceinture abdominale, qui est logiquement mise à l'épreuve. Nager permet de travailler ses techniques de respiration et la synchronisation. La multiplicité des nages (crawl, nage, papillon, nages dorsales) offre au sportif le choix d'alterner avec plusieurs rythmes de respiration.

Protéger ses articulations et éviter les blessures

Courir reste une pratique traumatisante pour le corps, principalement pour les articulations (genoux, chevilles), qui doivent supporter jusqu'à trois fois le poids du corps de l'athlète lors d'un effort. Ces dernières sont également mises à rude épreuve dans le quotidien. Les préserver est un combat de tous les jours. En l’absence de choc et d’impact avec le sol, la natation n’expose pas le corps aux blessures et permet au contraire de l'étirer. Activité dite "portée" (l'eau peut supporter 90% du poids du corps humain), elle aide l'athlète à se préserver des blessures dites traumatiques (entorses, fractures), post-traumatiques (arthrite) et celles dites d'usure (arthrose, tassement et pincement des articulations et des vertèbres).

Optimiser sa récupération avant et après le marathon

Conseillée par les médecins du sport, la natation offre même la possibilité à un sportif de continuer à s’entraîner, ou simplement pratiquer une activité physique, en cas de blessure. Elle optimise la récupération en période d'avant et après marathon. Le contact massant avec l'eau offre une meilleure circulation sanguine et une élimination des toxines.

La natation casse la routine de la préparation

Allant de pair avec une activité physique, l'aspect psychologique est tout aussi fondamental. Plus que jamais au moment d'aborder un objectif majeur. Aller nager casse la routine du sportif, susceptible d'être usé mentalement à l'approche du rendez-vous, et son programme pré-établi. Une activité aquatique offre la possibilité de se fixer de nouveaux objectifs en cas de difficulté.

0
0