Panoramic

Coupe Davis - Sans Gaël Monfils, la qualification en demi-finale n’aurait pas été possible

Sans Monfils, la qualification n’aurait pas été possible

Le 06/04/2014 à 19:29Mis à jour Le 07/04/2014 à 00:19

Sorti du banc pour remplacer Julien Benneteau lors du dernier simple de France - Allemagne, Gaël Monfils a été l’atout indispensable dans la manche d’Arnaud Clément. Très tôt prévue, l’entrée en lice du Parisien le dernier jour a nourri les espoirs français quand l’équipe était menée 2-0 vendredi.

"Même si nous n’avions plus droit à l’erreur, nous avons toujours cru que nous pouvions redresser la situation", clame le capitaine Arnaud Clément. Méthode Coué ? Pas seulement. Avec son CV brillant en Coupe Davis (cinq victoires en sept matchs à enjeu, dont des succès acquis contre des pointures comme David Ferrer ou David Nalbandian), le Parisien offrait en effet des certitudes que peu de joueurs affichent en équipe en France, et surtout pas Julien Benneteau, battu en ouverture de rencontre tant par ses nerfs que par Tobias Kamke.

" Gaël n’a jamais déçu en Coupe Davis"

Pour ce Gaël Monfils au fonctionnement aussi particulier que son talent est immense, Arnaud Clément a accepté un pacte peu répandu dans le cadre des équipes nationales. Un pacte à donnant-donnant, à coup de "Je viens en équipe de France, mais tu ne me fais jouer qu’en cas de coup dur."

Le capitaine tricolore raconte : "Gaël m'avait dit que ce serait compliqué pour lui de jouer ce week-end. Il se débat avec des problèmes personnels, il n’a pas beaucoup joué ces dernières semaines… Mais la Coupe Davis lui tient à cœur. Alors il m’a dit : 'Ok, mets-moi dans les quatre', et on s'est accordés sur le fait qu'il rentrerait à 2-2 si besoin était. Il a parfaitement su mettre ses problèmes de côté."

Coupe Davis France 2014 Monfils Tsonga Clement

Coupe Davis France 2014 Monfils Tsonga ClementPanoramic

Habitué au costume de numéro un national - même si Richard Gasquet le devance d’une place au classement ATP - et donc aux quatrièmes matches en Coupe Davis, Jo-Wilfried Tsonga s’est montré galvanisé par le fait de savoir que, s’il ramenait les deux formations à égalité contre Tobias Kamke, il pourrait ensuite compter sur son ami : "Gaël n’a jamais déçu en Coupe Davis, a-t-il salué à chaud. Il a toujours fait le boulot et nous a amené en finale de l’épreuve en 2010. J’ai été le voir pour achever de le remonter comme une pendule avant le match, mais en fait il n’y en avait pas besoin : il était prêt."

Des 17 Français vainqueurs d’un 5e match, Monfils est le seul à l’avoir fait en sortant du banc le dernier jour

Tellement prêt que, malgré le manque de compétition - quatre matchs disputés lors des huit dernières semaines - Gaël Monfils a sorti un match splendide du premier au dernier point. Exactement ce qu’il fallait pour marteler aux Allemands que leur chance était passée avec la perte du double samedi : avec ses 39 points remportés en 44 premières balles, son très bon 20/28 au second service, ses 15 aces et 39 coups gagnants, sans oublier sa capacité à exploiter les balles de break (5/10), la marche était tout simplement trop haute pour le 119e mondial Peter Gojowczyk, écarté en 1h52 (6-1, 7-6, 6-2).

Coupe Davis 2014 Arnaud Clement Gaël Monfils France Allemagne

Coupe Davis 2014 Arnaud Clement Gaël Monfils France AllemagneAFP

Non seulement Gaël Monfils a gagné, mais ce week-end lui aura à coup sûr fait beaucoup de bien pour la suite de sa saison. "J’avais dit que j’avais besoin d’une bonne semaine d’entraînement, mais que je me tenais prêt à entrer sur le terrain en cas de deux partout. Même si j’étais un peu tendu en entrant sur le court, j’ai rapidement évacué le stress. J'ai un bon début de saison derrière moi, de bonnes bases, et avec un peu d'entraînement, mes soucis un peu réglés..."

0
0