Getty Images

Novak Djokovic : "Je fais tout ce que je peux pour bien jouer"

Djokovic : "Je fais tout ce que je peux pour bien jouer"

Le 21/04/2017 à 23:06

MASTERS 1000 MONTE-CARLO - La spirale négative de Novak Djokovic se poursuit. Pour la 4e fois de suite, le Serbe n'a pas réussi à atteindre le dernier carré d'un tournoi qu'il dispute. Ça commence à devenir inquiétant pour le numéro deux mondial, qui était il y a un an l'incontestable patron du circuit.

Pour Novak Djokovic, ça ne va pas beaucoup mieux. Lui qui ne devait pas jouer à Monte-Carlo a finalement voulu tenir sa place pour reprendre contact avec la terre battue. Mais après deux victoires à l'arraché, son troisième match a été finalement le dernier. Gilles Simon et Pablo Carreno Busta n'ont pas été loin de le pousser dehors, mais c'est bien David Goffin qui a réussi à le faire. Une première pour le Belge qui s'en souviendra longtemps (6-2, 3-6, 7-5).

Le Serbe probablement aussi : pour la première fois depuis 2006, Djokovic a raté le dernier carré des trois premiers Masters 1000 de la saison. Après avoir été stoppé en huitième de finale à Indian Wells et par une blessure à Miami, le Serbe s'est arrêté en quart à Monte-Carlo. Les plus optimistes y verront une petite progression. Sauf qu'il n'a plus dépassé les quarts de finale dans un tournoi depuis son titre dans une compétition mineure, à Doha en tout début d'année. Pour le numéro deux mondial, ce début de saison cauchemar reste dans la lignée de sa fin de saison dernière : en net retrait.

" Il n’y a rien a expliquer, juste à travailler"

"Mon coude va bien. Malheureusement, j’ai manqué ma chance de faire le double break au début du 3e set et après ça s’est enchaîné, a expliqué Djokovic après son match perdu. J’ai commencé doucement, mais je me sentais bien physiquement. J’ai eu un peu de chance, c’est vrai, dans mes deux premiers matches. Aujourd'hui, ce n'est pas passé."

Un brin défaitiste, le Serbe reconnait à demi-mots que son meilleur niveau est un peu comme lui : perdu. "Il n’y a rien a expliquer, juste à travailler. Je fais tout ce que je peux pour bien jouer. Je pense que je joue mieux que les premiers mois de l’année, mais la terre est une surface qui nécessite beaucoup de réglages. Il faut beaucoup courir. Je pourrai le faire, je l'espère, pendant les prochaines semaines."

Sa déception est d'autant plus grande qu'il manquera ses retrouvailles avec Rafael Nadal au prochain tour. Un Nadal très impressionnant sur la terre battue de Monte-Carlo. Le Serbe reste sur 7 victoires d'affilée face au Majorquin, la dernière sur le terre battue de Rome l'an passé. Il y a un an, le futur vainqueur de Roland-Garros survolait les débats. En 2017, il semble encore très loin du compte, lui qui pointe à une lointaine 20e place à la Race, à environ 3400 points du leader, Roger Federer, bien loin de toutes ses considérations.

0
0