AFP

Finales dames : Angelique Kerber signe une énorme sensation en battant Serena Williams

Kerber, quelle sensation !

Le 30/01/2016 à 14:54

OPEN D'AUSTRALIE 2016 - Colossale surprise à Melbourne samedi. Angelique Kerber, pour sa toute première finale majeure, a dominé Serena Williams (6-4, 3-6, 6-4) en finale. L'Allemande ouvre son palmarès à 28 ans et prive la numéro un mondiale d'un 22e titre en Grand Chelem qui lui aurait permis d'égaler Steffi Graf.

C'est une surprise à la mesure de celle du dernier US Open. Mauvaise surprise, en l'occurrence, à nouveau, pour Serena Williams. Après son échec en demi-finale à New York contre Roberta Vinci, la numéro un mondiale a subi une nouvelle défaite inattendue samedi à Melbourne, s'inclinant en trois sets (6-4, 3-6, 6-4) en finale de l'Open d'Australie, face à Angelique Kerber.

L'Allemande, épatante de sérénité et d'audace pour sa toute première finale majeure à 28 ans, n'a pas volé sa victoire, face à une Williams qui n'a jamais véritablement pu se libérer. Elle devra attendre, encore, pour rejoindre Steffi Graf et ses 22 titres en Grand Chelem...

Vidéo - Williams - Kerber, les temps forts

02:42

Avec une kyrielle de fautes directes, Serena Williams a exprimé de la plus mauvaise des manières l’énorme pression qu’elle avait sur les épaules. Elle avait déclaré avant ce match qu’elle ne pouvait pas en faire abstraction, et malgré sa grande expérience en Grand Chelem, l’Américaine a été beaucoup plus crispée par l’événement que son adversaire. C’est le paradoxe le plus criant qui ressort de cette finale où les deux joueuses ont eu pourtant leur chance. Mais c’est l’Allemande qui a eu le dernier mot grâce à une meilleure maîtrise de ses nerfs et de son jeu.

Dès le début du match, Kerber a montré qu’elle n’était pas là par hasard. C’est elle qui a pris la mise en jeu de son adversaire en premier. Et poussé tout de suite la numéro un mondiale dans les cordes. Durant tout le set, l’Américaine a forcé son tennis, se compliquant la tâche sur chaque frappe, la faute à un jeu de jambes qui a mis du temps à se mettre en place et à de mauvaises décisions au moment de ses frappes. Résultat, après 40 minutes et 23 fautes directes de Serena (pour seulement 12 coups gagnants), Kerber prenait logiquement les commandes de cette finale.

Le record de Steffi Graf attendra encore

La réponse de Serena ne s’est pas fait attendre. Plus posée, c’est avec autorité qu’elle a breaké Kerber dans le 4e jeu de la 2e manche. Un avantage qu’elle conservait jalousement pour égaliser à une manche partout. Après une heure et quart de jeu, Williams pensait sans doute avoir fait le plus dur. Mais une nouvelle fois, la machine américaine s’est enrayée. Trois énormes erreurs sur son premier jeu de service de la dernière manche ont mis la tête de Serena dans le sac.

Serena Williams - Open d'Australie 2016

Serena Williams - Open d'Australie 2016AFP

Après un break sur jeu blanc, la numéro un mondiale a pourtant réagi dans la foulée en refaisant son retard. Mais une nouvelle fois, c’est sur sa mise en jeu que Williams a perdu le contrôle de cette finale. Avec 42% de réussite derrière sa seconde balle (47% pour Kerber), c’est son service qui a fini de la faire plonger, alors que c’est habituellement son arme de destruction massive. Le sixième jeu de la 3e manche, qui a duré plus de 10 minutes, a été décisif : en convertissant sa 5e occasion de break, Kerber a réalisé le coup parfait pour faire main basse sur le trophée.

Pourtant, le bras d'Angelique s'est mis à trembler au pire des moments : en servant pour le match à 5-3. Moment où Serena a refait une nouvelle fois son retard en prenant le service de son adversaire. Comme un symbole, la seconde balle de Serena Williams à 40/30 sur la mise en jeu suivante a profité à Kerber. Coup de pression de trop pour l'Américaine qui perdait toute seule les deux derniers points pour laisser l'Allemande réaliser l'exploit de ce début d'année.

En battant une numéro un mondiale pour la première fois de sa carrière, Angelique Kerber entre donc dans la cour des grandes, de celles qui ont battu Serena Williams en finale de Grand Chelem, comme Maria Sharapova ou encore Samantha Stosur avant elle. L'Australienne était même la dernière à avoir dominé l'Américaine dans une finale majeure à l'US Open 2011. Williams restait donc sur huit victoires consécutives en finale de Grand Chelem avant ce samedi. Comme quoi, le scénario d'un match, même très déséquilibré, n'est jamais écrit d'avance.

0
0