AFP

Serena Williams : "J'aimerais vraiment être un robot, mais je ne le suis pas"

Serena Williams : "J'aimerais vraiment être un robot, mais je ne le suis pas"

Mis à jourLe 30/01/2016 à 18:35

Publiéle 30/01/2016 à 13:58

Mis à jourLe 30/01/2016 à 18:35

Publiéle 30/01/2016 à 13:58

Article de Laurent Vergne

OPEN D'AUSTRALIE – A la surprise générale, Serena Williams a cédé en finale contre Angelique Kerber. Elle restait pourtant sur huit victoires consécutives en finale de Grand Chelem. Mais elle est apparue sereine et souriante, malgré la déception. "C'est tout ce que je pouvais offrir aujourd'hui, a-t-elle plaidé.

Serena Williams avait semblé détruite par sa défaite contre Roberta Vinci à l'US Open en septembre dernier. L'Américaine, il est vrai, lorgnait alors le Grand Chelem, inédit dans le tennis depuis plus d'un quart de siècle. Samedi, à Melbourne, Serena est à nouveau tombée de haut en s'inclinant en finale de l'Open d'Australie contre Angelique Kerber. Une surprise à peine moins grande que celle de Flushing. Mais cette fois, au moins à chaud, la numéro un mondiale semble mieux digérer son échec.

Etre grand dans la défaite, c'est aussi la marque des immenses champions. Dès la balle de match, Serena a donné une accolade appuyée à Kerber, avant de lui rendre un hommage tout aussi prononcé dans son discours d'après-match. Le tout sans se départir d'un franc sourire. On n'ira pas jusqu'à suggérer, comme un confrère lors de sa conférence de presse, qu'elle était plus contente de la victoire de Kerber que déçue par sa défaite, mais… "Vraiment, j'avais l'air contente ? Je devrais faire du cinéma alors", a plaisanté l'Américaine.

Serena Williams et Angelique Kerber
Serena Williams et Angelique Kerber - AFP

Le superbe hommage à Kerber

Assoiffée de victoires et de titres, compétitrice hors normes, Williams voue une haine prononcée à la défaite. Mais oui, le premier titre majeur d'Angelique Kerber, d'une certaine manière, lui procure du plaisir. "Je suis vraiment contente pour elle. Elle est là depuis un moment, sur le circuit. Elle a une attitude dont beaucoup de gens pourraient s'inspirer : toujours rester positif, ne jamais abandonner. Elle doit être une source d'inspiration pour ça. C'est une fille bien." Récompense méritée pour les efforts fournis depuis des années, donc, mais aussi au vu de cette finale. "Elle a tellement bien joué aujourd'hui. Elle s'est battue sur chaque balle, elle ne m'a rien donné. Si je ne devais pas gagner ce titre, je suis contente que ce soit elle."

03:42
HLTS Final Williams - Kerber - Eurosport

Difficile de faire plus classe que ces paroles-là. Lucide sur les mérites de son adversaire, Serena Williams l'a été aussi sur ses propres manques du jour. Ses fautes répétées "du fond du court comme au filet", a-t-elle relevé. Comme un symbole, c'est d'ailleurs sur une énième erreur à la volée qu'elle a achevé cette finale. Elle réfute en revanche l'hypothèse d'une nervosité excessive pendant la rencontre. Pourtant, elle est apparue terriblement crispée jusqu'au début du deuxième set. "Non, j'étais tendue avant mais pas pendant. Il y avait tellement d'intensité, que je n'avais pas le temps d'être nerveuse."

" J'essaie vraiment de gagner à chaque fois, de gagner chaque point, même, mais il faut être réaliste, je ne peux pas "

Alors, comment expliquer ces 23 fautes directes dans le premier set ? Ce service tellement moins efficace qu'à l'accoutumée, aussi bien en première qu'en seconde balle ? "J'aimerais vraiment être un robot, mais je ne le suis pas. J'essaie...", plaisante Serena. "C'est intéressant, poursuit-elle. Je veux dire, à chaque fois, tous les experts du tennis s'attendent à ce que je gagne. Que je gagne chaque match, chaque jour de ma vie. Je fais de mon mieux, vous savez. J'essaie vraiment de gagner à chaque fois, de gagner chaque point, même, mais il faut être réaliste, je ne peux pas. Si quelqu'un d'autre peut le faire, très bien. Moi, je ne peux pas. Est-ce que je me donnerai un A aujourd'hui? Non, mais c'est tout ce que je pouvais offrir."

Les 22 titres du Grand Chelem de Steffi Graf attendront donc encore d'être égalés. Au moins jusqu'au printemps prochain. Le compteur de Serena reste bloqué à 21 mais elle ne quitte l'Australie ni déprimée ni résignée. Au moins, cette année, personne ne lui parlera de Grand Chelem... Quant à égaler Graf, ou la dépasser, ou rejoindre le record absolu de Margaret Court et ses 24 couronnes majeures, il lui reste du temps. Serena file sur ses 35 ans, mais elle n'est pas prête à raccrocher.

Même si certains ont malicieusement noté qu'elle n'avait pas dit "à l'année prochaine" au public dans son discours d'après-finale. "Vraiment ? Je suis nulle pour les discours, j'oublie toujours quelque chose", a rigolé l'Américaine. "Mais vous serez là l'année prochaine ?", a insisté un journaliste. "Oui, bien sûr", a rétorqué Serena. Toujours avec le sourire.

00:28
Temps fort : Williams - Kerber Beau passing-shot - Eurosport
0 commentaire
Vous lisez :