Getty Images

Le premier surpris, c'est Roger Federer !

Le premier surpris, c'est lui !

Le 16/07/2017 à 19:30Mis à jour Le 16/07/2017 à 20:51

WIMBLEDON - A 35 ans bien tassés et même avec 19 titres du Grand Chelem en poche, Roger Federer garde la fraicheur d'un junior. Le Suisse, qui a décroché son 8e Wimbledon en battant Marin Cilic en trois sets, a toujours du mal à réaliser ce qu'il est en train d'accomplir au cœur d'une année 2017 exceptionnelle à bien des égards.

Il est venu. Il a vu. Il a vaincu. Dit comme ça, cela parait d'une simplicité enfantine. Vu des tribunes, ça ne parait pas bien plus compliqué quand on voit Roger Federer se mouvoir avec grâce et légèreté dans son jardin de la banlieue de Londres. Et pourtant… Ce qu'a réussi le Suisse, dimanche et même tout au long de la quinzaine est tout bonnement exceptionnel. Inconcevable même, pour le commun des mortels. A presque 36 ans, Federer a remporté son 8e Wimbledon, un record, son 19e tournoi du Grand Chelem, un autre record, tout ça sans perdre la moindre manche. Record… égalé. Une fois qu'on a dit ça, on a tout dit. Et pas grand-chose à la fois. Parce que ce Wimbledon 2017 et la saison de Federer, c'est bien plus qu'une accumulation de chiffres et de statistiques.

Après l'Open Australie et un retour au sommet qui avait fini par sembler de moins en moins plausible alors que Novak Djokovic puis Andy Murray avaient mis le circuit au pas, "RF" a poursuivi son œuvre en allant reprendre son bien avec autorité, à Wimbledon. Cinq ans qu'il n'avait pas triomphé et était l'égal de Pete Sampras et de William Renshaw. Pour triompher à nouveau sur le gazon béni du All England Lawn Tennis and Croquet Club, Rodgeur a écouté son corps et zappé la terre battue. Après avoir sauté la deuxième partie de la saison dernière pour soigner son genou, c'est l'autre décision qui a changé la face de la saison 2017 et peut-être de la suite de sa carrière dont la longévité est, elle aussi, exceptionnelle. "Je vais peut-être prendre plus de repos !", a-t-il plaisanté dimanche.

Roger Federer

Roger FedererGetty Images

"Ro8er"

Si le corps a parfois connu des moments de faiblesse, la tête n'a jamais vacillé. Jamais le Suisse n'a cessé d'y croire, accompagné par un cocon familial qui l’a toujours soutenu. C'est aussi ça la force de l'Helvète. Les deux finales perdues sur le Centre Court face à Novak Djokovic, en 2014 et 2015, la demie face à Raonic en 2016… Rien n'a changé Federer, qui est apparu en conférence de presse avec un t-shirt qui disait tout : "Ro8er". "Ces défaites étaient dures mais je me sentais capable de revenir. J'y ai cru et j'y suis arrivé aujourd'hui. C'est fantastique", se régale-t-il comme un enfant.

Lundi, le Bâlois sera numéro 3 mondial, derrière Murray et Nadal, avec une réelle chance de revenir au sommet du tennis mondial dans les mois qui viennent. La cerise sur un gâteau déjà on-ne-peut-plus majestueux. "Gagner Wimbledon sans perdre un set, c'est magique. Je n'arrive pas à y croire. C'est trop...", a-t-il confié sur le gazon londonien, quelques minutes après son sacre. Ce qu'il a confirmé quelques heures plus tard devant la presse : "C'est un chiffre spécial le 8 (ndlr, c'est aussi son jour de naissance)... et ça, durant mon tournoi favori. C'est vraiment exceptionnel".

Le mot est presque faible quand le Maestro se retourne sur la première moitié de l'année. Jamais il n'aurait imaginé dominer son sujet à ce niveau. "Je suis incroyablement surpris du déroulement de cette année où tout va bien. Je ne peux pas croire avoir gagné deux tournois du Grand Chelem cette année. Je crois que vous auriez rigolé si je vous avais dit que je gagnerais deux tournois du Grand Chelem cette année. Les gens ne m'auraient pas cru." Le plus incroyable dans tout ça, c'est qu'il reste un Majeur à disputer, l'US Open. Il arrive dans six semaines et Roger Federer aura la possibilité d'y réussir le Petit Chelem. Pour la première fois depuis… dix ans. Roger Federer est éternel.

0
0